FORSV : Forum de Sciences et de Vie

Forum scientifique
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 débat éthique : médecine douce ou pas ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Le Vieux

avatar

Nombre de messages : 6198
Age : 68
Localisation : Liège
Date d'inscription : 08/02/2007

MessageSujet: débat éthique : médecine douce ou pas ?   Jeu 18 Oct 2018 - 9:43

Salut

Reçu ceci dans ma boite courriel de la part de "Xavier Bazin - Santé Corps Esprit"

Il y a certain éléments qui me semblent assez juste et d'autre moins.


santé corp et esprit a écrit:
Faut-il croire votre médecin aveuglément ?
Cher(e) ami(e) de la Santé,

Vous avez été nombreux à réagir à ma dernière lettre (Pourquoi les informations de santé sont biaisées ?).

Globalement, vous êtes d’accord avec moi : on ne peut pas croire sur parole les médias et autorités de santé.

Mais vous êtes plusieurs à me poser la question : pourquoi notre médecin ne fait-il pas « contrepoids » à toute cette désinformation ?

Il y a de nombreuses raisons à cela, qu’il est important de bien comprendre.

D’abord, votre médecin est souvent le premier « désinformé » : il n’a pas le temps de vérifier par lui-même ce que disent les autorités de santé, et il se contente donc la plupart du temps de suivre docilement leurs recommandations.
Dans la plupart des cas, sa seule autre source d’information principale vient… des « visiteurs médicaux », ces représentants de l’industrie pharmaceutique qui viennent vanter auprès des médecins leurs dernières molécules chimiques.
Au total, avec ses 10 heures de consultation par jour, les tracas administratifs et les coups de téléphone, il est humainement impossible à votre médecin de lire les milliers d’études scientifiques qui sortent chaque mois.
Et le pire, c’est que même lorsque votre médecin est parfaitement bien informé, il lui est parfois difficile de tenir un discours de vérité absolue.


Votre médecin ne veut pas d’ennui avec les autorités

Chaque fois qu’il s’écarte de la vérité « officielle », édictée par les autorités, votre médecin prend un risque sérieux.
On l’a vu de façon spectaculaire avec le Professeur Joyeux, condamné en 2016 par l’Ordre des Médecins du Languedoc-Roussillon pour avoir critiqué l’excès de vaccination (et non la vaccination elle-même).
Notez bien le « deux poids, deux mesures » :
Aucun médecin ne sera jamais poursuivi pour avoir recommandé à un patient de se vacciner contre l’hépatite B, même si cela lui déclenche une sclérose en plaque.
En revanche, si votre médecin a le malheur de refuser de vous vacciner, par exemple parce qu’il estime que votre système immunitaire est trop fragile, il s’expose aux pires des poursuites !
C’est le même problème avec les médicaments contre le cholestérol (les statines).
Même si votre médecin est convaincu que ces médicaments sont inutiles et dangereux… il réfléchira à deux fois avant de vous les faire arrêter, si votre cholestérol est élevé.
Car imaginez que vous soyez foudroyé par un infarctus, quelques semaines après avoir arrêté vos statines. Votre médecin pourrait être poursuivi pour ne pas avoir donné ces médicaments, recommandés par les autorités de santé !
A l’inverse, votre médecin ne risque absolument rien si vous attrapez le diabète ou Alzheimer à cause de ces médicaments, puisque leur prescription est recommandée par les autorités !
Le risque de poursuite est une forme de censure. Mais les médecins pratiquent également l’autocensure :

Votre médecin ne peut pas toujours tout vous dire

Imaginez un patient en surpoids, pré-diabétique et dont la tension est mesurée à 18/10.
Un médecin bien formé aux méthodes naturelles sait qu’il y a trois possibilités :
L’idéal : si le patient change radicalement son mode de vie (alimentation, activité physique), sa tension baissera et sa santé s’améliorera sur tous les plans ;
Le regrettable : le patient ne change rien à ses habitudes mais accepte de prendre ses médicaments contre la tension, ce qui a le mérite de limiter les dégâts ;
Le catastrophique : le patient ne change rien ET refuse de prendre ses médicaments qui abaissent la tension, car il ne se « sent » pas malade.
Dans un cas comme celui-là, le médecin est confronté à un terrible dilemme.
S’il dit la vérité sur les effets indésirables graves des médicaments antihypertenseurs… cela peut susciter chez son patient deux réactions très différentes :
Soit cela l’encourage à changer son mode de vie, pour éviter d’être obligé de prendre ces médicaments risqués – c’est le scénario idéal ;
Soit cela peut le convaincre de refuser de prendre ces médicaments, sans pour autant changer quoi que ce soit à ses habitudes – c’est le scénario catastrophique.
Résultat, pour votre bien, votre médecin pourrait être tenté de vous cacher, ou minimiser la longue liste des effets catastrophiques des médicaments qu’il vous prescrit !


Votre médecin veut garder la conscience tranquille

Il existe un dernier « biais » inévitable quand vous êtes médecin.

Il est psychologiquement difficile d’admettre que l’on a donné pendant des années des substances dangereuses à ses patients, alors qu’on souhaitait uniquement les aider à aller mieux !
C’est pourquoi les médecins ont souvent du mal à reconnaître que les médicaments qu’ils ont prescrits pendant des années puissent être « dangereux », même lorsque de nouvelles études scientifiques le démontrent.
Et cela peut arriver même aux médecins les plus « compétents » et formés aux méthodes naturelles ! Par exemple, plusieurs médecins pour lesquels j’ai une immense estime sont moins sévères que moi sur la dangerosité des médicaments antiacides IPP, contre les brûlures d’estomac.
À mon avis, cela s’explique par une raison simple : ce sont des études très récentes (datant de 2014 et 2015) qui ont démontré que ces médicaments provoquaient Alzheimer, maladies rénales graves et infarctus. Jusqu’alors, ces médicaments étaient considérés comme « bien tolérés ».
Un autre exemple, encore plus criant, est celui des amalgames dentaires au mercure.
Pourquoi les dentistes ont-ils toujours farouchement nié leur dangerosité ? Pourquoi ne sont-ils toujours pas interdits en France, alors qu’ils ont été abandonnés depuis longtemps chez plusieurs de nos voisins européens ?
Parce qu’il est insupportable psychologiquement à nos dentistes d’admettre qu’ils ont implanté des poisons dans la bouche de leurs patients pendant des décennies !

C’est tout simplement humain !

Voilà pourquoi je ne peux que renouveler le conseil que je vous donnais dans ma dernière lettre :

INFORMEZ-VOUS, PAR VOUS-MÊME !

C’est la condition pour être libre, maître de sa santé… et créer un dialogue riche et constructif avec votre médecin !

Bonne santé,

Xavier

La dernière recommandation qui dit "informer par vous même", me semble tout de même peu recommandable étant donné les informations qui vont dans tous les sens, je suis pour la médecine douce pour des maladies bénignes, ne pas systématiquement prendre des médicaments pour un état grippal, un rhume, un petit mal de dos etc.., le meilleur médicament est sans doute la prévention en menant une vie plus saine et de toute manière quelle que soit notre vie, on finira toujours par mourir un jour. Quant aux vaccin, on en a déjà discuter de long en large sur notre cher forum.

Alors pour s'informer soi même, il faut aussi apprendre à se connaitre soi même.


Le Vieux.

_________________
S'occuper des grands problèmes de ce monde c'est bien, et même très bien, s'asseoir sous un arbre et regarder les nuages passer c'est très bien aussi (L.V.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Steph



Nombre de messages : 7979
Date d'inscription : 09/03/2007

MessageSujet: Re: débat éthique : médecine douce ou pas ?   Jeu 18 Oct 2018 - 13:10

S'informer par soi-même, c'est que ma soeur fait depuis des décennies. Elle a passé sa vie à passer de la naturothérapie à l'aromathérapie, puis à la musicothérapie, dansothérapie, rythmothérapie, atmothérapie, herbothérapie et j'en passe sûrement d'autres. A chaque fois, tentant de convaincre son environnement du bienfondé de sa démarche.
Aujourd'hui, elle ne sait plus que croire, tant les informations disponibles sont contradictoires et les conflits d'intérêts larvés.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yoda

avatar

Nombre de messages : 2182
Age : 40
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 11/02/2007

MessageSujet: Re: débat éthique : médecine douce ou pas ?   Ven 19 Oct 2018 - 23:09

S'informer soi-même, ça ne veut pas dire trouver le prochain truc dans lequel croire.

Xavier Bazin a écrit:
Globalement, vous êtes d’accord avec moi : on ne peut pas croire sur parole les médias et autorités de santé.

Mais vous êtes plusieurs à me poser la question : pourquoi notre médecin ne fait-il pas « contrepoids » à toute cette désinformation ?
Alors c'est vrai, on ne peut pas vraiment les croire. Il vaut mieux éplucher toutes les publications scientifiques, ou à défaut les revues spécialisées (comme Prescrire.
À défaut, même si effectivement les autorités de santé se plantent et les médecins aussi (ou nous mentent), ils se plantent quand même moins souvent qu'un type pris au hasard dont la plus grande spécialité est de faire une vidéo qui buzze ou un texte avec des mots en gras. Du coup, si on n'a pas le temps de vérifier et recouper les sources, il vaut mieux écouter les autorités de santé ou le médecin, ils sont ce qu'il y a de plus fiable à la portée de tous.

_________________
yoda

Les gens sont prêts à tout pour sauver le monde, excepté prendre des cours de science.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rolistesnantais.blogspot.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: débat éthique : médecine douce ou pas ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
débat éthique : médecine douce ou pas ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Trouble dysphorique prémenstruel
» Méditations "Radio Médecine douce" par Thomas Marcilly
» Pharmacie/ Médecine Naturelle
» Foie gras hongrois, entre éthique et gourmandise
» Terrestre ou d'eau douce ? [Pomatias elegans]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORSV : Forum de Sciences et de Vie :: Vie :: Société-
Sauter vers: