FORSV : Forum de Sciences et de Vie

Forum scientifique
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Une société matriarcale

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
yoda

avatar

Nombre de messages : 2155
Age : 40
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 11/02/2007

MessageSujet: Une société matriarcale   Ven 26 Oct 2007 - 15:12

Voici un chouette article que je viens de lire et tenait à vous faire partager...

Citation :
En Chine, les villages du lac Lugu vivent depuis des siècles sous le gouvernement d'une reine, se transmettent noms et héritages par les femmes et obligent les hommes à vivre chez leur mère

Tous les jours, La-Buki charrie des kilos de bûches, qu'elle débite ensuite à la hache avant de cuisiner pour une douzaine de personnes. Ses rides profondes disent soixante-quatre ans de labeur, mais elle va enfin pouvoir se reposer. Un héritier lui est né, qui un jour possédera sa terre et prendra toutes les décisions du clan : sa fille vient de donner naissance à une fille. Pour les brochures touristiques chinoises, "le lac Lugu miroitant et son collier de villages authentiques", à la croisée du Yunnan et du Sichuan, n'est autre que "le Royaume oriental des filles", une image du paradis mythique de Shangri-la décrit en 1920 par James Hilton dans "les Horizons perdus". Autour d'un lac des contreforts du Tibet, à près de 3000 mètres d'altitude, le Royaume des filles Mossuo, l'une des toutes dernières sociétés matriarcales au monde, repose sur des femmes comme La-Buki.

Ici, l'autorité des mères n'a rien de théorique. Elles possèdent la terre et les biens, régissent la vie quotidienne, prennent toutes les décisions, éduquent les enfants sans la moindre influence des pères. Contraste saisissant avec le reste de la Chine, où il n'est pas rare qu'on abandonne les filles à la naissance parce qu'elles sont "coûteuses et inutiles". La culture mossuo ignore même la virginité des "promises". A partir de sa puberté, une jeune fille est libre de choisir ses amants et de les répudier selon son bon vouloir. Un père ne peut rendre visite à la mère de son enfant que la nuit, à condition d'y avoir été invité et de quitter avant l'aube le "domicile conjugal". Jusqu'à sa mort, un homme mossuo vit chez sa mère, à qui il doit obéissance absolue, entouré de ses sœurs, nièces et tantes.

Un enfant d'abord, un "mariage" ensuite

Ce jour-là, La-Buki organise le yumijiu de sa petite-fille. Le yumijiu, qui a lieu un mois après la naissance d'un enfant, est la seule cérémonie un peu apparentée au mariage. Il s'agit pour un jeune couple d'officialiser sa "zouhun", ou"union itinérante", jusqu'alors tenue secrète. Mais cette fête n'est consacrée qu'au nouveau-né. On n'y souhaite aucune longévité au couple, qui ne fonde pas un foyer. C'est à la grand-mère, maîtresse de maison et chef de famille, que sont adressées les félicitations. A 11 heures du matin, plus de soixante convives sont arrivés. Assis en tailleur autour de l'âtre de la modeste maison de bois, ils boivent du thé salé et grignotent du maïs grillé. Dès qu'un groupe a fini de manger, le groupe suivant s'installe pour engloutir rapidement les quatorze plats du banquet : poisson, tofu, graisse de porc, pieds de poulets, tomates sucrées… Un festin, pour une communauté si pauvre. La-Buki s'active, en bonne maîtresse de maison. Son "azhu" ou "concubin itinérant", le grand-père du bébé, est introuvable. Personne ne s'en soucie. Un peu à l'écart, son fils joue aux cartes avec des copains, en sirotant un alcool local. "Typique!", jugent en chœur ses trois sœurs, alors qu'elles font la vaisselle en prévision du prochain service. "Ca doit être bien, d'être un homme, libre de toute responsabilité", déclare l'une d'elles. Mais elle éclate aussitôt de rire :"C'est bien mieux d'être une fille!"

L'obscure histoire des traditions mossuo

Nul ne sait comment une société aussi radicalement différente du reste de la Chine a pu se développer. Certains anthropologues considèrent que son système matrilinéaire - les noms de famille et les biens se transmettent par les mères - est le "fossile vivant" de mœurs qui prévalaient un peu partout aux origines de l'humanité, la survenance d'un passé lointain miraculeusement "congelé" dans une région coupée de toute influence extérieure. D'autres avancent que "l'union itinérante" s'est imposée quand les hommes étaient principalement des bergers nomades, des moines bouddhistes ayant fait vœu de célibat, ou des soldats absents pour cause de guerre. Xiao Shuming, 73 ans, la dernière reine mossuo, pense que la tradition remonte à l'époque féodale. Chaque homme désireux de prendre femme devait alors offrir argent ou chevaux au chef de tribu, le"nusi". Les plus pauvres se contentaient de visiter leur amoureuse pendant la nuit, et rentraient chez leur mère au petit matin.

Pietr Goullart, un russe qui séjourna au Yunnan pendant les années 40, soutient la thèse d'une sorte de "révolution féministe sournoise". Dans "Royaume oublié", une chronique publiée en 1955, il écrit que les femmes, jadis réduites à l'esclavage, "ne se révoltèrent pas. Mais elles prirent peu à peu l'ascendant sur les hommes, jusqu'à les asservir. Elles apprirent toutes les finesses du commerce, devinrent courtiers ou marchands de biens. Leurs maris et leurs fils n'eurent bientôt d'autre choix que de quémander de la monnaie pour acheter leur tabac. Les femmes gagnèrent en taille et en robustesse. Le torse large et les bras puissants, elles s'enhardirent et devinrent autoritaires. Elles appâtaient les hommes en leur offrant des cadeaux, elles étaient les têtes pensantes des familles, les piliers de la prospérité. Le mariage pour un homme représentait l'assurance de fainéanter le reste de sa vie. Jeunes, les hommes vivaient aux crochets de leur mère et de leur sœurs. Ils passaient leur temps à jouer de l'argent et à lorgner les filles. Plus âgés, ils ne bougeaient pas de chez eux, s'occupaient des enfants, discutaient entre copains et fumaient de l'opium".

Ce texte a sans doute contribué à colporter les mythes qui attirent aujourd'hui au lac Lugu les mâles chinois en quête de filles faciles : les femmes mossuo seraient assoiffées de sexe, leurs hommes des fainéants imbéciles. Or, si la femme mossuo est plus émancipée que la moyenne des paysannes chinoises, elle est loin d'être débauchée. La coutume lui confère le droit de "tester" plusieurs partenaires à l'adolescence, mais, une fois déclarée son "union itinérante", elle demeure généralement fidèle au père de ses enfants. Par choix.

Quant aux hommes, la tradition veut qu'ils ne se mobilisent que pour les travaux lourds, comme la construction des maisons. Ils pêchent dans le lac, participent aux travaux des champs : ils font ce que leur mère leur commande de faire. "Je ne sais pas si les femmes sont plus intelligentes que les hommes, ni pourquoi notre société est comme ça. Mais je sais que c'est mieux ainsi", déclare Zumaci, 28 ans, la fille aînée d'une famille de Luoshui. "Je ne peux pas imaginer les pères responsables. Ils sont bien trop fainéants!". Lorsqu'on lui demande pourquoi le maire du village est un homme, elle hausse les épaules. Etre chef de village est bien plus facile qu'entretenir un foyer : "Les hommes n'ont rien à faire. Il est bon qu'ils prennent de petites responsabilités sociales, ça les occupe".

Les femmes au pouvoir

Les hommes ne sont-ils pas frustrés? Leur arrive-t-il de se montrer violents? La question paraît saugrenue à Zumaci : "Est-il vrai qu'ailleurs les hommes battent les femmes?" "Si je plais à deux garçons et que j'en choisis un, l'autre ne peut que respecter ma décision", dit simplement Cehomzuma, la sœur de Zumaci. La reine Xiao confirme : "Si deux hommes se battent, la femme les chasse tous les deux. Si un homme se rebelle contre sa mère, il est banni."

L'autorité des grands-mères est telle que même les querelles entre villages se règlent à l'amiable et que la criminalité est quasiment nulle. La reine Xiao se rappelle qu'à l'époque anarchique du début de la révolution elle fut contrainte de poursuivre à cheval des bandits armés qui venaient de dévaliser une épicerie. Elle les rattrapa et ils jetèrent leurs armes. "Nos hommes ne sont pas très braves".

La vie chez les Mossuo résulte de subtils équilibres. Les garçons courtisent les filles, mais s'inclinent devant leurs choix. Les femmes s'épuisent au travail, mais paradent dans de somptueuses robes de soie. Elles sont autoritaires, avec le souci constant d'être équitables. La violence est ignorée sous toutes ses formes. Ces équilibres ont été maintenus pendant des siècles, en dépit des multitudes tentatives chinoises pour "assimiler" les minorités. Mais ils pourraient bien ne pas résister aux chimères de la vie moderne, qui gagnent le lac par la nouvelle route.

Télé, tourisme, karaoké : le monde moderne à l'assaut des Mossuo

Autrefois, il fallait au moins une semaine pour se rendre du village le plus proche au lac Lugu à cheval. Seules quelques caravanes tibétaines et une poignée d'aventuriers tentèrent l'expédition. Dans les années 80, on construisit une mauvaise piste par laquelle arrivèrent quelques curieux intrépides. Mais, en 1993, le gouvernement investit 2,8 millions de dollars pour le développement touristique de la région. Depuis deux ans, une route de crête est ouverte. De l'aéroport le plus proche, on saute dans un 4 x 4 et, en une dizaine d'heures, on est arrivé. Luoshui, le village du lac le plus accessible, accueille jusqu'à 300 visiteurs par jour.

Le tourisme est une manne, mais aussi une charge de travail supplémentaire. Les grands-mères ont établi un "tour de service" pour les accompagnateurs de randonnées et les danseurs de soirées "feu de camp mossuo traditionnel". Les hommes participent. Les gains sont répartis entre grands-mères, qui les redistribuent aux membres de leur famille.

L'autorité des grands-mères n 'est pas discutée : dans les années 60, les autorités communistes interdirent l'union itinérante, "vestige décadent du féodalisme". Les couples furent contraints d'habiter ensemble. Mais, dès que le régime desserra son étreinte, la plupart des hommes retournèrent vivre chez leur mère.

Aujourd'hui, certains jeunes commencent à critiquer le système. Zumaci remplacera bientôt sa mère à la tête de la famille : "C'est difficile de tout assumer", confie-t-elle. Son frère cadet s'inquiète : "Je ne pourrai jamais élever mes enfants, comme les autres hommes chinois". Des touristes lui ont confié que "les hommes du monde extérieur sont plus libres".

A Luoshui, aujourd'hui, on croise autant les filles portant la casquette des Chicago Bulls que la coiffe fleurie traditionnelle. Le revenu par habitant a triplé en deux ans. L'eau courante n'est pas encore installée, mais la plupart des 73 familles ont la télévision et le téléphone. Les plus prospères se font construire de grandes maisons en rondins au bord du lac. Deux restaurants et une poignée de boutiques d'artisanat de bazar sont apparues dans la rue principale. Un businessman chinois aurait le projet de transformer les environs en parc d'attractions nautique.

La nuit, sur les hauteurs, les enseignes lumineuses de la "zone rouge" racolent le touriste en mal d'exotisme sexuel. Quelques karaoké bars minables se disputent le gogo. A l'intérieur, des filles en costume mossuo se font pincer les fesses par des Chinois imbibés de bière, sur fond de clips romantiques débités par des batteries de télés. Les filles ne viennent pas de Luoshui : les proxénètes les draguent dans les petits villages pauvres de l'arrière-pays et leur promettent de l'argent facile et des vêtements occidentaux.

Celles qui restent, celles qui partent

Bima Qizu, 23 ans, prépare le repas familial dans sa petite maison de Lige, sur l'autre rive du lac. Elle porte jean et baskets. Dans la poche de son anorak jaune, le téléphone portable offert par son petit ami, un homme d'affaires chinois. Il veut l'épouser et l'emmener en ville, mais Bima ne peut pas partir. Sa petite sœur est entrée dans une école d'acrobatie, loin du lac. Pas question de laisser sa mère seule : "Si ma sœur revient, je partirai. La ville, c'est mieux. Si j'ai des filles, elles iront à l'école et changeront de vie!"

Coa-Cuihua est partie. Elle travaille dans une agence de voyages à Lijiang, la capitale de la province. Aujourd'hui, elle épouse Nie-Jianyong, son patron. Les filles de son village ont loué un minibus pour venir à la fête. Elles trouvent leur amie en robe de mariée occidentale, dans la salle de réception d'un hôtel chic. Après la cérémonie, une soirée s'organise dans la future maison du couple. L'inévitable DVD diffuse des rengaines chinoises sur un écran géant. Les invités en Nike se mélangent aux Mossuo en jupe dorée. "Je ne veux pas me couper de mes racines", annonce Coa qui a passé son costume traditionnel pour danser près du feu de camp mossuo qui s'improvise sur le parking. Son mari n'est pas de cet avis : "On ne transplante pas les traditions. Notre enfant sera élevé à la chinoise!"

La mort lente des Mossuo est programmée. Elle sera douce et silencieuse. Zaxidi, une vielle femme de Lige, interpelle les visiteurs : "Quand vos enfants viendront ici chercher le Royaume des filles, mes enfants leur répondront que c'était une belle légende d'autrefois".

_________________
yoda

Les gens sont prêts à tout pour sauver le monde, excepté prendre des cours de science.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rolistesnantais.blogspot.fr/
Le Vieux

avatar

Nombre de messages : 6150
Age : 67
Localisation : Liège
Date d'inscription : 08/02/2007

MessageSujet: Re: Une société matriarcale   Ven 26 Oct 2007 - 16:36

Salut

Citation :
La mort lente des Mossuo est programmée. Elle sera douce et silencieuse. Zaxidi, une vielle femme de Lige, interpelle les visiteurs : "Quand vos enfants viendront ici chercher le Royaume des filles, mes enfants leur répondront que c'était une belle légende d'autrefois".

Qui sait si la tendance ne va pas s'inverser ? n'est-ce pas déjà le cas aux USA ou les femmes prennent peu à peu la place des hommes (c'est devenu même un problème pour ces derniers, les femmes commencent à faire peur d'un point de vue sexuel, les hommes craignent d'être dépossédé de leur virilité.

Le Vieux pour une société familiale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
yoda

avatar

Nombre de messages : 2155
Age : 40
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 11/02/2007

MessageSujet: Re: Une société matriarcale   Ven 26 Oct 2007 - 16:44

Le Vieux a écrit:
Qui sait si la tendance ne va pas s'inverser ? n'est-ce pas déjà le cas aux USA ou les femmes prennent peu à peu la place des hommes (c'est devenu même un problème pour ces derniers, les femmes commencent à faire peur d'un point de vue sexuel, les hommes craignent d'être dépossédé de leur virilité.
Il est possible en effet qu'en Chine la situation des femmes s'améliore. Il n'empêche que je n'ai guère d'espoir en la survie de cette culture spécifique...

_________________
yoda

Les gens sont prêts à tout pour sauver le monde, excepté prendre des cours de science.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rolistesnantais.blogspot.fr/
Le Vieux

avatar

Nombre de messages : 6150
Age : 67
Localisation : Liège
Date d'inscription : 08/02/2007

MessageSujet: Re: Une société matriarcale   Ven 26 Oct 2007 - 16:56

Salut

Citation :
en la survie de cette culture spécifique...

Les cultures spécifiques d'un petits nombre de personne, quel que soit la qualité de cette culture, en effet n'ont pas beaucoup d'espoir de survie, engloutie par la loi du plus grand nombre, encore que ? qui aurait osé parié sur la survivance de culture juive il y a 2500 ans ?

De toutes manières quel que soit la durée, je pense que chaque culture laisse des traces qui au bout d'un certain temps finissent par être oubliée, mais être oubliée ne veut pas dire disparaitre complètement.

N'est-ce pas chez les indiens d'amérique du nord ou la femme possédait tout et l'homme rien ? même si la situation de ces femmes n'était pas enviable tellement la vie était rude, mais elle l'était certainement aussi pour les hommes.

Le Vieux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ji_louis

avatar

Nombre de messages : 2008
Localisation : près de la mer
Date d'inscription : 13/02/2007

MessageSujet: Re: Une société matriarcale   Ven 26 Oct 2007 - 17:05

Le Vieux a écrit:
les femmes commencent à faire peur d'un point de vue sexuel, les hommes craignent d'être dépossédé de leur virilité.
Légende urbaine.
Selon qui tu écoutes, tu entendra parler du mouvement féministe qui éxagère, de la gangsta culture matchiste qui progresse, du renouveau du mouvement évangéliste conservateur, etc... Tout et n'importe quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.octaam.net/
Le Vieux

avatar

Nombre de messages : 6150
Age : 67
Localisation : Liège
Date d'inscription : 08/02/2007

MessageSujet: Re: Une société matriarcale   Sam 27 Oct 2007 - 23:49

Salut

Citation :
Légende urbaine.

Je n'en suis pas tellement convaincu que c'est totalelement une légende urbaine. Depuis que la femme peut travailler avoir un salaire et être indépendante financièrement, les rapports entre hommes et femmes ont fortement évolué.
Beaucoup d'hommes ont peur de ne plus pouvoir satisfaire les "exigences " des femmes, qui pourtant elles n'en demandent pas plus qu'avant, enfin je le crois du moins.


Le Vieux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
yoda

avatar

Nombre de messages : 2155
Age : 40
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 11/02/2007

MessageSujet: Re: Une société matriarcale   Dim 28 Oct 2007 - 1:47

Le Vieux a écrit:
Beaucoup d'hommes ont peur de ne plus pouvoir satisfaire les "exigences " des femmes, qui pourtant elles n'en demandent pas plus qu'avant, enfin je le crois du moins.
Si si ! Qu'ils fassent leur part de taches ménagères, qu'ils se lèvent de temps en temps quand le gosse chiale la nuit, qu'ils rentrent pas à pas d'heure tous les soirs etc.

_________________
yoda

Les gens sont prêts à tout pour sauver le monde, excepté prendre des cours de science.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rolistesnantais.blogspot.fr/
Steph



Nombre de messages : 7927
Date d'inscription : 09/03/2007

MessageSujet: Re: Une société matriarcale   Dim 28 Oct 2007 - 2:03

yoda a écrit:
Le Vieux a écrit:
Beaucoup d'hommes ont peur de ne plus pouvoir satisfaire les "exigences " des femmes, qui pourtant elles n'en demandent pas plus qu'avant, enfin je le crois du moins.
Si si ! Qu'ils fassent leur part de taches ménagères, qu'ils se lèvent de temps en temps quand le gosse chiale la nuit, qu'ils rentrent pas à pas d'heure tous les soirs etc.

Me permet-on d'en douter?

Stephane
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yoda

avatar

Nombre de messages : 2155
Age : 40
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 11/02/2007

MessageSujet: Re: Une société matriarcale   Dim 28 Oct 2007 - 2:39

Steph a écrit:
Me permet-on d'en douter?
C'est sûr, si tu vas chercher ta femme en Arabie Saoudite, tu as des chances qu'elle trouve normal de faire tout le taf et d'écarter les pattes quand tu rentres bourré au milieu de la nuit...

_________________
yoda

Les gens sont prêts à tout pour sauver le monde, excepté prendre des cours de science.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rolistesnantais.blogspot.fr/
Le Vieux

avatar

Nombre de messages : 6150
Age : 67
Localisation : Liège
Date d'inscription : 08/02/2007

MessageSujet: Re: Une société matriarcale   Dim 28 Oct 2007 - 7:14

Salut

Citation :
Si si ! Qu'ils fassent leur part de taches ménagères, qu'ils se lèvent de temps en temps quand le gosse chiale la nuit, qu'ils rentrent pas à pas d'heure tous les soirs etc.

ça c'est la moindre des choses, perso, je me suis levé souvent la nuit voir pourquoi les gosses chialaient , je leur ai donné le biberon, langé etc... mais l'épouse l'a fait beaucoup plus que moi, c'est certain.
Je pense que c'est aussi la moindre des choses cela entre dans les attributions d'un père, d'ailleurs s'il ne le fait pas c'est lui qui y perdrait et beaucoup, car ce sont des moments important et mervbeilleux dans la vie que de s'occuper des petiots (même si sur le moment on ne s'en apercoit pas toujours).

Faut dire aussi que si la femme s'occupe plus souvent des enfants, c'est qu'elle est généralement plus angoissée que le mari et qu'elle estime aussi que le mari n'est pas capable de faire correctement ce genre de travail. Je ne pense pas qu'elle apprécie vraiment que l'homme puisse faire ce travail à sa place

Mais tout ceci ne concerne pas les exigences qui font peur aux hommes, c'est dans le lit que cela se passe. Je pense que si l'homme a peur de ne pas honorer son épouse correctement elle ira voir ailleurs. Et s'il estime que son épouse est jolie et comme elle travaille, elle risque fort d'être sollicité par d'autres hommes plus à même de la satisfaire.

Note qu'il pourrait toujours se dire en substance comme Sacha Guitry qui n'en ratait pas une au sujet des femmes.
"ce qui me désole, ce n'est pas tant qu'elle eut préféré un autre, c'est qu'un autre peut maintenant voir de quoi je me contentais"
l

Le Vieux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Steph



Nombre de messages : 7927
Date d'inscription : 09/03/2007

MessageSujet: Re: Une société matriarcale   Dim 28 Oct 2007 - 10:53

yoda a écrit:
Steph a écrit:
Me permet-on d'en douter?
C'est sûr, si tu vas chercher ta femme en Arabie Saoudite, tu as des chances qu'elle trouve normal de faire tout le taf et d'écarter les pattes quand tu rentres bourré au milieu de la nuit...

Héhé, comme quoi on comprend ce qu'on veut bien Wink
Je doutais qu'en faisant tout ce que tu dis (participer aux tâches ménagères etc) on parvienne à la satisfaire.

D'autre part, je remarque à mon grand désaroi que ce sont les femmes qui font tout dans le ménage qui ont les couples les plus stables. Et je t'assure qu'il ne faut pas aller au fin fond de l'Arabie pour en trouver (l'histoire de la paille et de la poutre, comme dirait Saddam)!! Il ne s'agit pas d'un jugement, mais simplement du résultat de 37 ans d'observation de la vie autour de moi. Ca ne m'empêchera de persisiter (bêtement) dans mon obstination à vouloir l'égalité dans mon couple futur potentiel éventuel et improbable.

Stephane qui nettoie, laver, repasse et cuisine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ji_louis

avatar

Nombre de messages : 2008
Localisation : près de la mer
Date d'inscription : 13/02/2007

MessageSujet: Re: Une société matriarcale   Dim 28 Oct 2007 - 15:38

Steph a écrit:
Stephane qui nettoie, laver, repasse et cuisine
Stephane qui nettoie, laver, repasse et cuisine seul, le préciser est important.

ji_louis, qui ne nettoie pas, qui ne lave pas, qui ne repasse pas et qui cuisine un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.octaam.net/
yoda

avatar

Nombre de messages : 2155
Age : 40
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 11/02/2007

MessageSujet: Re: Une société matriarcale   Dim 28 Oct 2007 - 18:52

Le Vieux a écrit:
ça c'est la moindre des choses, perso, je me suis levé souvent la nuit voir pourquoi les gosses chialaient , je leur ai donné le biberon, langé etc... mais l'épouse l'a fait beaucoup plus que moi, c'est certain.
Et pourtant tu es dans les ancêtres du forum. Le modèle femme à la maison/mari au taf a vécu, et maintenant les femmes réclament que puisqu'elles bossent toute la journée pour ramener des sous, elles n'aient pas à faire en plus tout le travail à la maison.
Et on voit de plus en plus de pères avec leurs enfants, s'occupant d'eux, les sortant et... c'est trop trop mignon ! Les hommes qui sont fous de leurs gosses, y'a rien de tel pour faire craquer une nana !

Citation :
Mais tout ceci ne concerne pas les exigences qui font peur aux hommes, c'est dans le lit que cela se passe. Je pense que si l'homme a peur de ne pas honorer son épouse correctement elle ira voir ailleurs. Et s'il estime que son épouse est jolie et comme elle travaille, elle risque fort d'être sollicité par d'autres hommes plus à même de la satisfaire.
A ce niveau là, je suis d'accord avec toi, la peur des hommes n'est sans doute pas une légende urbaine.
On parle de plus en plus du plaisir sexuel des femmes, et certaines séries genre "Sex in the city" le mettent en avant - et puis les magazines féminins aussi se mettent à en parler. C'est positif dans le sens où on réalise enfin que le plaisir de l'homme n'est pas le seul à importer. Mais effectivement, j'imagine que ça puisse perturber les hommes, la peur de pas être à la hauteur, surtout que si on croit les titres des magazines (féminins comme masculins), le sexe est la seule chose qui importe dans la vie (même si les seuls où on voit des hommes dénudés sont les magazines gays et si en devantures des marchands de journaux, ça reste l'étalage des gros nibards exclusivement)...
Je pense que c'est à tort, pour contenter une femme il suffit d'être à l'écoute, pas franchement de faire des prouesses sexuelles.
Bien sûr il y a des cas malheureux comme celui de la femme de Steph, mais c'est pas une généralité, enfin bon, c'est pas pour l'expérience que j'ai, mais dans les couples que je connais, je note une compatibilité de caractère, et je pense pas qu'ils soient ensemble juste pour le pieu...

Steph a écrit:
Je doutais qu'en faisant tout ce que tu dis (participer aux tâches ménagères etc) on parvienne à la satisfaire.
ça c'est clair, mais je pense que c'est le gros de ce qui est nouveau... Smile

Citation :
D'autre part, je remarque à mon grand désaroi que ce sont les femmes qui font tout dans le ménage qui ont les couples les plus stables. Et je t'assure qu'il ne faut pas aller au fin fond de l'Arabie pour en trouver (l'histoire de la paille et de la poutre, comme dirait Saddam)!!
Quand on sait qu'une femme sur dix est victime de violences conjugales en France, c'est sûr que c'est pas la peine d'aller loin.
Maintenant, faut voir aussi pourquoi la femme fait tout le travail dans ces couples plus stables...
- elle ne travaille pas à côté : du coup, elle est plus zen, a le temps de s'occuper de son mari et de ses enfants. ça aide. A Paris, la moitié des couples divorcent contre un sur trois seulement en province, pour ceux qui doutent de l'effet du stress... Et en plus elle est financièrement dépendante de son mari, ça fait réfléchir...
- elle bosse en plus. Si elle accepte de tout faire, c'est qu'elle est soumise, donc dans un modèle où elle se laisse marcher sur les pieds. Elle va donc pas divorcer, si elle considère que son mari est son supérieur. Et lui non plus, il peut la tromper sans qu'elle bronche et quand il rentre du boulot il peut se mettre les pieds sous la table en attendant qu'elle fasse tout le ménage...

_________________
yoda

Les gens sont prêts à tout pour sauver le monde, excepté prendre des cours de science.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rolistesnantais.blogspot.fr/
Le Vieux

avatar

Nombre de messages : 6150
Age : 67
Localisation : Liège
Date d'inscription : 08/02/2007

MessageSujet: Re: Une société matriarcale   Dim 28 Oct 2007 - 19:13

Salut

Citation :
On parle de plus en plus du plaisir sexuel des femmes, et certaines séries genre "Sex in the city" le mettent en avant - et puis les magazines féminins aussi se mettent à en parler

La femme libérée fait peur aux hommes, qui y voient (inconsciemment sans doute) aussi une perte de pouvoir, de domination. L'un des rôles important de l'homme depuis les temps préhistorique est celui de protéger femmes et enfants, or ce rôle est remis en question et cela ne va pas sans remise en question sérieuse.


Citation :
Je pense que c'est à tort, pour contenter une femme il suffit d'être à l'écoute, pas franchement de faire des prouesses sexuelles.

Je le crois volontier, mais beaucoup d'hommes pense encore en terme de techniques avant celui, pourtant essentiel, de l'Amour. Je dirais comme une femme que j'ai entendu à la télé lors d'une émission sur les "bons coups". 'lorsque l'on aime c'est toujours un bon coup"



Le Vieux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Le Vieux

avatar

Nombre de messages : 6150
Age : 67
Localisation : Liège
Date d'inscription : 08/02/2007

MessageSujet: Re: Une société matriarcale   Dim 28 Oct 2007 - 19:18

Salut

En fait, je pense quy'il y a beacoup de malentendu, d'idées fausses, d'incompréhension entre hommes et femmes.

Moi même je ne comprend pas toujours (souvent) la "mienne".

Dommage que je ne dispose pas d'une deuxième vie avec l'épouse et que l'on puyiusse remettre tous les compteur à zéros tout en gardant l'expérience vévue, j'éviterai pas mal de bourdes

Le Vieux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
yoda

avatar

Nombre de messages : 2155
Age : 40
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 11/02/2007

MessageSujet: Re: Une société matriarcale   Dim 28 Oct 2007 - 19:42

Le Vieux a écrit:
En fait, je pense quy'il y a beacoup de malentendu, d'idées fausses, d'incompréhension entre hommes et femmes.
Et aussi entre hommes et entre femmes... Wink
Mais en couple, on le perçois mieux...

_________________
yoda

Les gens sont prêts à tout pour sauver le monde, excepté prendre des cours de science.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rolistesnantais.blogspot.fr/
Steph



Nombre de messages : 7927
Date d'inscription : 09/03/2007

MessageSujet: Re: Une société matriarcale   Dim 28 Oct 2007 - 19:43

Plus on parle et moins j'ai l'impression d'appartenir à cette planète.
SOS d'un terrien en détresse...

Stephane
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steph



Nombre de messages : 7927
Date d'inscription : 09/03/2007

MessageSujet: Re: Une société matriarcale   Dim 28 Oct 2007 - 20:12

ji_louis a écrit:
Steph a écrit:
Stephane qui nettoie, laver, repasse et cuisine
Stephane qui nettoie, laver, repasse et cuisine seul, le préciser est important.

ji_louis, qui ne nettoie pas, qui ne lave pas, qui ne repasse pas et qui cuisine un peu.

Oui mon ami mais si elle ne travaille ca peut se comprendre.

Stephane
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Vieux

avatar

Nombre de messages : 6150
Age : 67
Localisation : Liège
Date d'inscription : 08/02/2007

MessageSujet: Re: Une société matriarcale   Dim 28 Oct 2007 - 20:16

Salut

Citation :
Plus on parle et moins j'ai l'impression d'appartenir à cette planète.

Tu n'es pas seul dans ta soucoupe l'ami. Je pense même que nous y sommes nombreux

Le Vieux qui se demande encore ce qu'il fait ici bas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ji_louis

avatar

Nombre de messages : 2008
Localisation : près de la mer
Date d'inscription : 13/02/2007

MessageSujet: Re: Une société matriarcale   Dim 28 Oct 2007 - 21:00

Steph a écrit:
ji_louis a écrit:
Steph a écrit:
Stephane qui nettoie, laver, repasse et cuisine
Stephane qui nettoie, laver, repasse et cuisine seul, le préciser est important.

ji_louis, qui ne nettoie pas, qui ne lave pas, qui ne repasse pas et qui cuisine un peu.

Oui mon ami mais si elle ne travaille ca peut se comprendre.
tout juste Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.octaam.net/
Touffu

avatar

Nombre de messages : 38
Age : 52
Localisation : Les Waleffes
Date d'inscription : 06/08/2008

MessageSujet: Re: Une société matriarcale   Mer 6 Aoû 2008 - 16:34

Ma foi, le modèle patriarcal comme le modèle matriarcal me paraissent tous deux issus d'une volonté de domination sexuelle. Domination sexuelle issue elle-même d'un sentiment de type "nous on est mieux, na, na, na, pouet pouet!" finalement assez infantile. Laissez qui que ce soit livré à l'oisiveté et vous pourrez le qualifier de fainéant à l'envi.

Je crois plus dans le modèle "consensuel et collaboratif". Les décisions sont prises d'un commun accord et les actions menées en fonctions des spécificités et talents de chacuns des intervenants. Chacun de ceux qui ont voix au chapitre ont une importance égale en quantité comme en qualité. Ceux qui n'auraient pas voix au chapitre seraient les pré-adolescents et les humains dont l'âge mental serait établi scientifiquement durablement à moins de 13 ans. 13 ans, selon moi le début de l'âge adulte.

Je suis personnellement convaincu qu'il n'y a aucune différence significative du point de vue mental entre les hommes et les femmes. Je connais des hommes très "femme" et des femmes très "homme". Je suppose ainsi qu'entre les hommes très "homme" et les femmes très "femmes" se déclinent tous les niveaux intermédiaires. La sexualité comme outil de ségrégation sexuelle m'est donc odieuse et stupide. A ce titre, la sexualité dans le langage me paraît tout aussi insidieuse.

Qui ici pourrait honnêtement s'exclamer "je me connais bien". Il y en aurait encore moins qui pourraient affirmer qu'ils connaissent vraiment quelqu'un d'autre. La connaissance de soi est une recherche d'une vie entière. Alors celle des autres... Prétendre que un sexe est meilleur qu'un autre sans aucune distinction me paraît donc être une ineptie. Nous sommes tous complémentaires et cette complémentarité bien utile pour relever les défis majeurs de ce début de millénaire.

Quant au chapitre "les hommes ne bandent plus si les femmes prennent le pouvoir", il me fait encore bien rire. Ce n'est pas ça qui rend les hommes stériles, ce sont les pantalons trop serrés ou l'utilisation effrénée de pesticides sur nos champs. Que penser de la dose de cocaïne et des anticonceptionnels (entre autres) que l'on retrouve en dose parfois importante dans nos rivières : et les poissons qui nagent dedans...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steph



Nombre de messages : 7927
Date d'inscription : 09/03/2007

MessageSujet: Re: Une société matriarcale   Mer 6 Aoû 2008 - 18:56

Touffu a écrit:
13 ans, selon moi le début de l'âge adulte.

Marrant, moi je pense qu'à 35 ans c'est encore un peu juste Smile
Sans vouloir t'offenser, ce genre de phrases est du pain béni pour les pédophiles.

Touffu a écrit:
anticonceptionnels

Contraceptif, c'est trop simple? Smile


Stephane
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Touffu

avatar

Nombre de messages : 38
Age : 52
Localisation : Les Waleffes
Date d'inscription : 06/08/2008

MessageSujet: Re: Une société matriarcale   Jeu 7 Aoû 2008 - 11:23

Steph a écrit:

Marrant, moi je pense qu'à 35 ans c'est encore un peu juste Smile
Sans vouloir t'offenser, ce genre de phrases est du pain béni pour les pédophiles.
Bah, il faut bien commencer quelque part. Et puis, les pédophiles sont des malades mentaux qui s'accrochent à n'importe qu'elle phrase pour justifier leur perversion. Je maintiens que 13 ans, ça me paraît parfaitement adéquat pour commencer à pouvoir intervenir dans l'organisation de la vie de famille. C'est dans ce sens que je conçois le début de l'âge adulte (responsabilités, engagement, etc, etc.)

Steph a écrit:

Contraceptif, c'est trop simple? Smile

Merci. Sur le moment, le terme ne me revenait plus.

Eric
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
narduccio



Nombre de messages : 4720
Age : 59
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: Une société matriarcale   Jeu 7 Aoû 2008 - 12:14

Touffu a écrit:
Steph a écrit:

Marrant, moi je pense qu'à 35 ans c'est encore un peu juste Smile
Sans vouloir t'offenser, ce genre de phrases est du pain béni pour les pédophiles.
Bah, il faut bien commencer quelque part. Et puis, les pédophiles sont des malades mentaux qui s'accrochent à n'importe qu'elle phrase pour justifier leur perversion. Je maintiens que 13 ans, ça me paraît parfaitement adéquat pour commencer à pouvoir intervenir dans l'organisation de la vie de famille. C'est dans ce sens que je conçois le début de l'âge adulte (responsabilités, engagement, etc, etc.)

Mais, c'est le début de l'apprentissage de l'age adulte, ce n'est pas encore être un adulte. Il ne faut pas mélanger l'apprenti et le maitre-compagnon. En faisant cela on cours à l'échec parce que l'on met trop de pression.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Touffu

avatar

Nombre de messages : 38
Age : 52
Localisation : Les Waleffes
Date d'inscription : 06/08/2008

MessageSujet: Re: Une société matriarcale   Jeu 7 Aoû 2008 - 13:23

narduccio a écrit:
Touffu a écrit:
Steph a écrit:

Marrant, moi je pense qu'à 35 ans c'est encore un peu juste Smile
Sans vouloir t'offenser, ce genre de phrases est du pain béni pour les pédophiles.
Bah, il faut bien commencer quelque part. Et puis, les pédophiles sont des malades mentaux qui s'accrochent à n'importe qu'elle phrase pour justifier leur perversion. Je maintiens que 13 ans, ça me paraît parfaitement adéquat pour commencer à pouvoir intervenir dans l'organisation de la vie de famille. C'est dans ce sens que je conçois le début de l'âge adulte (responsabilités, engagement, etc, etc.)

Mais, c'est le début de l'apprentissage de l'age adulte, ce n'est pas encore être un adulte. Il ne faut pas mélanger l'apprenti et le maitre-compagnon. En faisant cela on cours à l'échec parce que l'on met trop de pression.

Certes, il ne faut pas confondre apprenti, compagnon et maître.
Maintenant, quand peux-t'on dire qu'on est adulte?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une société matriarcale   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une société matriarcale
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Une société traditionnelle matriarcale
» Une société matriarcale
» La société martienne
» La SOBEPS (Société Belge d’Étude des Phénomènes Spatiaux)
» où va notre société?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORSV : Forum de Sciences et de Vie :: Sciences :: Sciences humaines-
Sauter vers: