FORSV : Forum de Sciences et de Vie

Forum scientifique
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le flot de réfugiés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Steph



Nombre de messages : 7884
Date d'inscription : 09/03/2007

MessageSujet: Le flot de réfugiés   Jeu 3 Sep 2015 - 9:26


J'ouvre un fil sur ce sujet car en Autriche c'est un problème qui devient pratiquement ingérable.
Je vous donne mes impressions de l'Autriche et j'aimerais savoir comment on voit le problème en France, en Belgique, en Suisse et ailleurs dans le monde.

En Autriche on l'impression que l'Europe nous laisse nous (nous= Allemagne+Autriche) démerder avec notre afflux de réfugiés sans se soucier des problèmes que cela peut causer. On a l'impression qu'on se souvient de nous quand il s'agit de payer les dettes d'autres pays européens mais pour nous aider y a plus personne. Nous sommes scandalisés par le comportement de certains pays, par hasard (ou pas?) les plus chretiens: Pologne et Slovaquie, qui n'en veulent pas, merci bien. Quand on fait partie d'une union, on prend les inconvénients avec les avantages, non?
On attend une réaction politique de l'Europe depuis des mois et rien ne vient.
Le sujet des réfugiés est un sujet qui revient tous les jours depuis des mois dans les journaux (écrits ou télévisés) et prend de l'ampleur de jour en jour.

Qu'en est-il chez vous?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Le Vieux

avatar

Nombre de messages : 6097
Age : 67
Localisation : Liège
Date d'inscription : 08/02/2007

MessageSujet: Re: Le flot de réfugiés   Jeu 3 Sep 2015 - 10:09

Salut

Et tu oublies la Hongrie, qui nous semble la pire de toutes.

Ceci dit, l'Italie pleure depuis des années et on l'a laissée en plan, c'est une honte de n'avoir pas aidée, maintenant que cela concerne tout le monde, alors on commence à se dire oui on devrait, mais l’Europe traine les pieds au plus grand soulagement des nations qui l'a compose.  Je pense que la Belgique veut bien des réfugiés mais au compte goutte, seule l'Allemagne pour des raisons plus économique qu'humanitaire veut bien en accueillir un grand nombre, près de 800.000 cette année alors que la Belgique on parle de 2 à 3000, même tout rapport gardé, on est loin de la volonté Allemande.

C'est un véritable drame, si les pays comme la Belgique persiste à être aussi frileuses, je crains que dans un avenir proche cela nous retombe dessus et nous serons débordé parce que nus n'aurons pas prit les bonnes décisions.

Le Vieux

_________________
S'occuper des grands problèmes de ce monde c'est bien, et même très bien, s'asseoir sous un arbre et regarder les nuages passer c'est très bien aussi (L.V.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steph



Nombre de messages : 7884
Date d'inscription : 09/03/2007

MessageSujet: Re: Le flot de réfugiés   Jeu 3 Sep 2015 - 10:38

Oui bien sûr tu as raison mais je ne voulais pas trop écrire Very Happy
La Hongrie et la Grèce sont dans une situation intenable et tout le monde s'en fout.
Pour l'Italie je suis aussi de ton avis.
J'ai toujours été pro-européen mais cet évènement me met mal à l'aise.
Ceci dit pour résoudre ce problème il faut absolument une solution européenne!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
narduccio



Nombre de messages : 4683
Age : 58
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: Le flot de réfugiés   Jeu 3 Sep 2015 - 20:55

Steph a écrit:
En Autriche on l'impression que l'Europe nous laisse nous (nous= Allemagne+Autriche) démerder avec notre afflux de réfugiés sans se soucier des problèmes que cela peut causer.

...

Qu'en est-il chez vous?

J'ai passé mes vacances en Italie, ils ont exactement le même sentiment. L'extrême-droite française surfe sur le même argument. Les anglais prétendent qu'on laisse tout le monde arriver jusqu'à leurs frontières ...

Mais, je crois que tout le monde à oublié l'essentiel. Je voulais depuis un moment poster une infographie, mais j'étais pris à d'autres choses.

On traverse une crise exceptionnelle, en fait, il faudrait replonger 70 ans en arrière pour trouver à l'échelle européenne quelque chose d'approchant. En 2012, il y a eu 72 437 migrants qui ont essayé de pénétrer sur le territoire européen. En 2015, de janvier à juillet, on a dépassé les 340 000. Les chiffres fin août dépasseraient les 500 000 et on risque d'approcher le million sur l'année. Donc, c'est un mouvement de population comme on en a rarement connu.

Les milieux extrémistes laissent entendre que ce ne sont que des réfugiés économiques qui rêvent de venir s'empiffrer chez nous. Voici ce que véhiculent des mouvements d'extrême-droite italiens :


Je traduit pour ceux qui ne comprennent pas l'italien : Découvre la différence. Émigrés italiens, il y a 50 ans environ. "Émigrés" africains à l'hôtel aujourd'hui.

J'ai trouvé cette image scandaleuse à plus d'un titre. D'abord, parce ce n'est pas parce que nos pères ont été mal-accueillis dans les années 50 qu'on doit faire la même chose. Deuxièmement, nos pères étaient des réfugiés économiques et pas politiques.

La réalité est que certaines des routes suivies actuellement se soldent par 10% de morts. Oui, un "migrant" qui accepte de traverser la Méditerranée à une chance sur 10 de se noyer. Voilà l'image qu'il faut retenir :


Et tant pis pour ceux que çà choque !

Les gens ne décident pas de gaité de cœur d'affronter la mort pour eux et leurs familles juste pour trouver un travail, mais bien pour survivre. Mon père, le voyage entre son village en Italie du Sud et Bâle en Suisse, il l'a fait assis dans un wagon de train en sachant qu'un boulot l'attendais. Après, s'il avait su la réalité ... peut-être qu'il serait resté là-bas et que je n'en parlerais pas avec vous ici.

Il y a de nombreuses routes pour venir en Europe :


Certaines sont plus dangereuses que d'autres. Mais en fait, depuis le début de 2015, on a affaire à des populations désespérées, car ceux qui migrent en plus grosse quantité, ce sont les syriens et les érythréens. Les représentants de ces 2 peuples représentent 44 % des "migrants".

Les autrichiens se sentent en première ligne ? C'est risible, car il y a 2 pays européens qui sont vraiment en première ligne : l'Italie et la Grèce. Et malgré le fait que l'entrée en Europe soit dangereux :


Il y a des gens qui cherchent à venir se réfugier chez nous. Il faut quand même reconnaitre que les allemands accueillent pas mal de monde sur leur territoire. La France, nettement moins ... Mais, nous sommes tombés de notre piédestal et de nombreux "migrants" voient la France comme un pays de transit ... vers l'Angleterre, les USA ou l'Allemagne.

Après, que faire ? Effectivement, on peut difficilement accueillir toute la misère du monde. En ce qui concerne les syriens, il s'agit souvent de gens de la classe moyenne, proche de l'opposition démocratique qui se sont réfugiés au Liban et en Turquie et qui sont confinés dans des camps depuis une période plus ou moins longue. On leur avait promis pas mal de choses et ils préfèrent crever pour se sauver et sauver leurs familles plutôt que de continuer à attendre un secours dont ils ont compris qu'il ne viendra plus. Le 15 août, des associations avait appelé à faire sonner les cloches des églises pour attirer l'attention sur le sort des chrétiens de Syrie et du Moyen-Orient. Sonner les cloches, on peut faire. Quel résultat à ces cloches qui sonnent ? Est-on prêt à aller en guerre pour éliminer Bachar El-Assad et Daech de la Syrie ? On a vu ce que cela a donné en Irak ... Mais, on n'est pas plus prêt à sauver les syriens. Avant-hier, j'ai entendu un bénévole d'une association d'aide qui s'insurgeait contre le terme que l'on utilise actuellement : "les migrants". Il a dit, à juste titre qu'il fallait nommer les choses pour ce qu'elles sont : il s'agit de réfugiés politiques.

Comment résoudre cette crise ? Franchement, j'en sais rien. Mais, il faudra une solution européenne. Mme Merkel, avec laquelle je ne suis pas toujours d'accord, est sur une position qui me parait saine : on ne peut pas rester à regarder ces gens mourir sans réagir. Il faut que chaque pays européen fasse un effort et accueille ce monde en fonction de ses possibilités. L'idéal serait aussi de faire en sorte que ces gens puissent être heureux chez eux. Je sais que la plupart des migrants ne migrent pas par plaisir. Mon père, à 22 ans était soutien de famille avec 5 frères et sœurs à nourrir et en Italie, il gagnait une misère. Avec le maigre salaire qu'il gagnait en France, les siens vivaient décemment. Pour cela, il a accepté (lui et son frère) de vivre dans des baraques mal chauffées, avec des rats pour voisins, dans la boue, de travailler 60 à 70 heures par semaines. Et la plupart des migrants de la première génération sont prêts à faire de même. Sauf qu'il n'y a pas de boulot chez nous.


_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
narduccio



Nombre de messages : 4683
Age : 58
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: Le flot de réfugiés   Jeu 3 Sep 2015 - 20:58


_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steph



Nombre de messages : 7884
Date d'inscription : 09/03/2007

MessageSujet: Re: Le flot de réfugiés   Ven 4 Sep 2015 - 9:43

Nardu je suis d'accord avec toi sur toute la ligne.
Ce qui est choquant dans cette histoire, c'est que certains pays européens font appel à la solidarité quand ça les arrange et ensuite ils font la sourde oreille quand on leur demande des efforts.
Oui la Grèce est au premières lignes, c'est là qu'échouent les premiers réfugiés. Ensuite ils peuvent passer la frontière sans problème. Ce n'est pas la station finale.
Le but final c'est d'atteindre l'Autriche ou l'Allemagne voire l'Angleterre.
Aujourd'hui ce sont des réfugiés de guerre, ils sauvent leur peau. Mais une fois ici, crois-moi, ils ne retourneront pas dans un pays dévasté.
Le million il faudra se le chiquer. C'est une réalité avec laquelle il va falloir apprendre à vivre.
En principe dans une union européenne qui a 500 millions d'habitants, ca devrait pouvoir se faire.
A condition de répartir le flot.
Si la Pologne n'en prend aucun avec ses 40 millions d'habitants pendant que l'Autriche en accueille 100 000 avec ses 8 millions d'habitants, ca va créer des problèmes.
Déjà que le parti d'extrême droite de Strache est en pleine ascension ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
narduccio



Nombre de messages : 4683
Age : 58
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: Le flot de réfugiés   Ven 4 Sep 2015 - 15:22

Les hongrois déclarent que c'est un problème allemand, puisque tous les réfugiés présents sur leur sol veulent aller en Allemagne. Et plus de 56% des français estiment qu'il y a déjà trop d'étrangers en France ...

Oui, je sais que très peu rentreront chez eux. Ce fut le cas des espagnols de 39, ils se sont installés chez nous et maintenant, une partie de leurs petits enfants font partie de ceux qui disent qu'il ne faut plus accepter de réfugiés ... Tous les descendants de réfugiés politiques devraient regarder une telle photo :



Dans les yeux de ces hommes, on lit la même détresse à 76 ans d'intervalle. Le même rictus de souffrance, de désespoir. Ils ont tout perdu, ils ont tout laissé derrière eux pour un avenir meilleur ... Des journalistes rapportent qu'ils entendent des "migrants" supplier qu'on les abatte plutôt que d'être refoulés. Une grande partie de ces gens sont au bout du rouleau. On a des excédents alimentaires qui coulent notre agriculture et on prétend ne pas pouvoir les nourrir.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
narduccio



Nombre de messages : 4683
Age : 58
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: Le flot de réfugiés   Ven 4 Sep 2015 - 15:48

Un dessin vaut parfois mieux que bien des mots, voici celui qui m'a cueilli ce matin en lisant mon journal :




_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
narduccio



Nombre de messages : 4683
Age : 58
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: Le flot de réfugiés   Ven 4 Sep 2015 - 16:34

Pour remettre les choses dans l'ordre : nombre de demandes d'asile rapportée par million d'habitants. Ce ne sont pas les pays qui grogent le plsu qui en accueillent le plus.


_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lgda



Nombre de messages : 4583
Date d'inscription : 08/02/2007

MessageSujet: Re: Le flot de réfugiés   Sam 5 Sep 2015 - 10:18

Traduction de la pensée de Paul Valéry:

La guerre est un massacre entre gens qui ne se connaissent pas au profit de gens qui se connaissent mais ne se massacrent pas...

_________________
Quidquid latine dictum sit, altum videtur

Le Génie Des Alpages  Alpages  Alpages  Alpages  Alpages  Alpages
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
narduccio



Nombre de messages : 4683
Age : 58
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: Le flot de réfugiés   Sam 5 Sep 2015 - 12:16

Pour l'instant, l'Autriche s'en sort honorablement: « On ne va pas laisser tomber ces gens » a déclaré le chancelier.

Le Monde a écrit:
Sur l’insistance de la Hongrie, qui avait perdu le contrôle de la situation, l’Autriche a accepté de recevoir, samedi 5 septembre, les milliers de réfugiés bloqués depuis plusieurs jours sur le territoire hongrois. Samedi matin, entre 2 500 et 3 000 migrants avaient traversé la frontière, a annoncé la police autrichienne.

A Budapest, des hooligans néo-nazis ont jeté des pierres contre les bus qui évacuaient les migrants... Avant la chute du mur, pas mal de hongrois auraient aimé pouvoir faire ce que font les syriens aujourd'hui : quitter leur vie de merde sous un pouvoir qui restreignaient les libertés et aller trouver une nouvelle vie ailleurs.

Le Monde : Migrants : « On ne va pas laisser tomber ces gens », affirme l’Autriche

Le Monde : Cartes sur tables, comprendre la crise des migrants.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PtitGG

avatar

Nombre de messages : 1210
Age : 39
Localisation : Au pays de la Rosette
Date d'inscription : 25/02/2007

MessageSujet: Re: Le flot de réfugiés   Dim 6 Sep 2015 - 7:31

Le gros problème de l'Europe actuelle est qu'elle est avant tout une construction économique (plus ou moins parfaite) et que la construction politique a été mise de côté (il y a bien eu et il y a des volontés, mais qui se heurtent toujours à des réticences nationales... regarder en particulier Outre-Manche Rolling Eyes ).

Donc rien n'est prévu (ou presque) pour faire face à des problèmes politiques touchant l'Europe : c'est chacun pour sa pomme, et au niveau communautaire on joue plus ou moins les pompiers quand les gros problèmes sont là!

L'Allemagne ouvre ses bras aux réfugiés, pour différentes raisons dont économiques : l'Allemagne a besoin de main d’œuvre, sa population déclinant. Les pays réticents à accueillir ces réfugiés auraient-ils les mêmes réticences s'ils avaient la santé économique de l'Allemagne?
D'ailleurs les migrants ne se trompe pas : c'est Allemagne qu'ils visent, pas la Pologne (par ex.)
Ceci dit, les heurts et violences contre les migrants en Allemagne (particulièrement en ex-RDA) se multiplient (combien d'hébergement incendiés...).

Dernier point : aux réfugiés fuyant la guerre se mêlent les migrants économiques des Balkans. Résultats : amalgame réfugiés/migrants, qu'entretienne les milieux d'extrême-droite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
narduccio



Nombre de messages : 4683
Age : 58
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: Le flot de réfugiés   Dim 6 Sep 2015 - 12:05

PtitGG a écrit:
Le gros problème de l'Europe actuelle est qu'elle est avant tout une construction économique (plus ou moins parfaite) et que la construction politique a été mise de côté (il y a bien eu et il y a des volontés, mais qui se heurtent toujours à des réticences nationales... regarder en particulier Outre-Manche Rolling Eyes ).

Donc rien n'est prévu (ou presque) pour faire face à des problèmes politiques touchant l'Europe : c'est chacun pour sa pomme, et au niveau communautaire on joue plus ou moins les pompiers quand les gros problèmes sont là!

Si on fait les comptes, on aurait dépensé moins d'argents si on avait soutenu efficacement ceux qui combattent sur le terrain au maintien de la paix. Mais, il y a le refus de l'engagement des allemands, pour les raisons historiques que tout le monde connait. Il y a aussi l'exemple des américains en Irak et en Afghanistan, avec les résultats que l'on sait. Il y a l'intervention menée par Sarkosy pour abattre Kadhafi et qui a conduit à la déstabilisation de la Libye et d'une partie du Sahara. Bref, on n'a pas fait assez quand on pouvait faire quelque chose, et maintenant, cela va nous coûter plus cher pour réparer les pots cassés.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ji_louis

avatar

Nombre de messages : 1997
Localisation : près de la mer
Date d'inscription : 13/02/2007

MessageSujet: Re: Le flot de réfugiés   Dim 6 Sep 2015 - 18:20

On ne peut pas blâmer la Hongrie pour avoir mis en place des murs de barbelés à sa frontière. En effet, elle est une frontière extérieure de la zone "Shengen"  et a l'obligation de contrôler tous les passages. Ceux qui le lui reprochent sont des hypocrites (les politiciens) ou des ignorants. Pour avoir participé à une réunion de Frontex à Varsovie, je peux vous dire que cela fait déjà des années que l'Espagne a mis en place de système et de manière beaucoup plus forte (Ceuta et Melilia). Qui se souvient de ces images de centaines de noirs africains essayant de prendre d'assaut les murs de barbelés espagnols, ou ceux parcourant les centaines de kilomètres en pirogue séparant l'Afrique de l'Ouest des îles Canaries?

De plus, suite à l'accord de Dublin, chaque pays de la zone "Shengen" a l'obligation d'enregistrer un migrant/réfugié si il est le premier pays atteint par cette personne, et d'étudier sa demande d'asile. Ce faisant, les pays du Nord et de l'Ouest de l'Europe ont reporté la charge sur ceux du Sud et de l'Est (Espagne, Italie, Grèce, Hongrie). Comme ces pays là sont aussi les plus touchés par la crise économique, cela leur crée un problème insurmontable.

Les macédoniens et les serbes ont trouvé une solution de facilité: Ils laissent passer les migrants (qui de toute manière n'ont aucune souhait de s'arrêter dans ces pays), voire facilitent leur transit par train ou bus. Les grecs et les italiens, eux, essaient de gérer la crise mais sont vraiment dépassés par l'ampleur du flux.

De plus, de par la convention de 1951 des Nations Unies sur les réfugiés, et de par l'accord de Shengen, toute personne ayant le statut de réfugié peut circuler sans restriction dans la zone Shengen. Toute personne ayant déposé un dossier de demande d'asile a le droit d'obtenir les moyens de subsister dans le pays où est étudié son dossier.
De par le droit français, il est interdit d'expulser qui que ce soit sans une décision de justice en ce sens. Cela implique:

  • Qu'il faut le temps d'étudier le dossier de demande d'asile en temps que réfugié politique. Cela prend en moyenne environ 2 ans en France.
  • Si la demande est refusée, il y a systématiquement un recours déposé. L'étude du recours prends en moyenne environ 3 mois.
  • Si entre temps, la personne est devenue parent d'un enfant né en France, elle a le droit de rester et obtient un droit de séjour.
  • Si elle a épousé un ressortissant de la zone Shengen, elle obtient aussi automatiquement le droit de séjour.
  • Il y a d'autres possibilités pour lesquelles la personne peut obtenir le droit de séjour (rapprochement familial, métier rare et en manque, acte marquant en faveur de la France, décision politique, etc).
  • Si toutes les voies de recours sont épuisées, la personne reçoit un "ordre de quitter le territoire dans un délai de 7 jours", elle doit le quitter de son propre chef, les forces de l'ordre ne vont pas lui courir après avant. Passé ce délai, elle devient un clandestin.
  • Si les forces de l'ordre attrapent un clandestin, il est enfermé dans un centre de rétention le temps de l'instruction par la justice d'une décision d'expulsion du territoire. Les motifs précédents sont valables pour lui permettre de rester sur le territoire. Si le juge délivre un arrêté d'expulsion, la police de l'air et des frontières la raccompagne jusqu'à son pays d'origine par tous les moyens utiles (avion, bateau, route). Si la nationalité n'a pas pue être déterminée, la personne ne peut pas être expulsée.

Au final, en France, 70% des personnes venues illégalement sur le territoire ne sont pas expulsées[précision]D'après la cour des comptes, la procédure du droit d'asile est la première source d'immigration illégale en France, et seulement 1% des déboutés sont effectivement explusés. Quand on sait la proportion des nationalités d'origine des migrants ou des réfugiés en France, on comprend mieux pourquoi le Front National a autant de succès.
La Dépèche a écrit:
En 2012, la plupart des ressortissants de pays tiers admis en France venaient d'Afrique (61%), essentiellement d'Algérie (25 000 personnes), du Maroc (20 000) et de Tunisie (12 000). L'Asie, était la deuxième région d'origine, avec la Chine (7200 personnes) et la Turquie (6100).
article de La Dépèche sur le sujet.

wikipedia: Reconduiteà la frontière (France)


Dernière édition par ji_louis le Mar 8 Sep 2015 - 14:44, édité 1 fois (Raison : Précision sur le nombre d'explusions)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.octaam.net/
narduccio



Nombre de messages : 4683
Age : 58
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: Le flot de réfugiés   Dim 6 Sep 2015 - 18:47

ji_louis a écrit:
Quand on sait la proportion des nationalités d'origine des migrants ou des réfugiés en France, on comprend mieux pourquoi le Front National a autant de succès.
La Dépèche a écrit:
En 2012, la plupart des ressortissants de pays tiers admis en France venaient d'Afrique (61%), essentiellement d'Algérie (25 000 personnes), du Maroc (20 000) et de Tunisie (12 000). L'Asie, était la deuxième région d'origine, avec la Chine (7200 personnes) et la Turquie (6100).
article de La Dépèche sur le sujet.

C'est très bien de prendre des chiffres qui correspondent à l'époque où il y avait relativement peu de migrants. Et c'est plus grave de faire croire que c'est la situation qui a cours aujourd'hui. On sait que sur les chiffres des 6 premiers mois de l'année, environ 44% des migrants ne viennent que de 2 pays : la Syrie et l’Érythrée. Et il ne s'agit plus de 25 000 réfugiés ... on est passé au-dessus de 500 000 et on file vers le million. Pourtant, le risque de mourrir lors de la traversée de la Méditerranée est estimé à environ 10% et personne ne s’aventure a estimer les pertes pour un trajet complet : Érythrée ou Syrie / Allemagne. Officieusement, sur certaines routes, on doit être aux alentours de 50%. On ne choisit pas des routes aussi dangereuses si chez soit on n'est pas déjà en danger de mort...

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steph



Nombre de messages : 7884
Date d'inscription : 09/03/2007

MessageSujet: Re: Le flot de réfugiés   Lun 7 Sep 2015 - 9:35

Juste avant cette catastrophe je venais de lire une étude qui disait en gros que l'Europe courait à sa perte économique par manque de sang frais (natalité trop faible).
Maintenant il reste à voir si l'éducation des émigrants est suffisante pour entrer dans notre système économique sans engendrer des dépenses colossales en éducation.
En tout cas l'Allemagne avec son modèle de dumping social est parfaitement outillée pour profiter de cette masse de travailleurs à bon prix.

Concernant l'Autriche l'aide s'est organisée fortement cet week-end, il y a eu un tel afflux de dons et de bénévoles que la demande est amplement comblée. Honnêtement avec notre société de consommation c'est pas étonnant: on a trop de tout!
N'empêche ça fait chaud au coeur de voir un tel élan de solidarité, les politiciens devraient en prendre de la graine.
Sur le week-end nous avons eu quelque 15000 refugiés sur le territoire (principalement réunis à la gare de l'ouest de Vienne) et presque tous ont continué vers l'Allemagne.

Concernant la Hongrie, comme l'a dit justement un journaliste de la tv autrichienne: il peut faire ce qu'il veut, il est critiqué: quand il construit des barrières, quand il amasse les réfugiés ou quand il les laisse passer. Je ne sais pas trop ce qu'on attend de lui, finalement.
Plutôt que de le critiquer sans cesse l'Europe ferait mieux de le soutenir et lui donner les moyens de gérer cette crise sans précédent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Steph



Nombre de messages : 7884
Date d'inscription : 09/03/2007

MessageSujet: Re: Le flot de réfugiés   Lun 7 Sep 2015 - 12:07

Et puis encore un autre bon point soulevé par le journaliste concernant la répartition des réfugiés: on ne peut pas les obliger à s'installer en Pologne s'ils veulent s'installer en Allemagne!
Par contre on peut demander à la Pologne de participer au financement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ji_louis

avatar

Nombre de messages : 1997
Localisation : près de la mer
Date d'inscription : 13/02/2007

MessageSujet: Re: Le flot de réfugiés   Mar 8 Sep 2015 - 16:15

Je reprends ici le texte d'un article de la MENA (http://www.menapress.org/)

http://www.menapress.org/immigrants-syriens-pas-ceux-que-l-on-croit-info-010709-15.html a écrit:

Immigrants syriens : pas ceux que l’on croit (info # 010709/15)
mardi, 08 septembre 2015

Par Patricia La Mosca

Je reviens à peine de trois jours en Hongrie, où j’ai partagé une partie du sort des réfugiés syriens, en les accompagnant, notamment à pied sur une vingtaine de kilomètres. Je n’y suis évidemment pas allée pour juger les gens mais pour essayer de comprendre ce qui se passe, assaillie par les non-dits des autres media que j’ai appris à déchiffrer presque instinctivement.

Je rentre hébétée, à nouveau subjuguée par la masse d’informations erronées qui empêchent le public de saisir le drame qui se déroule actuellement. Ce que l’on vous raconte s’articule, comme toujours, sur une grille de lecture binaire : on aurait, d’un côté, des émigrants, privés de tout, qui fuiraient les conflits moyen-orientaux, en particulier la Guerre Civile Syrienne, et de l’autre, les Hongrois, partagés entre leur désir d’aider les migrants et celui de préserver leur authenticité judéo-chrétienne, au demeurant mise en péril par l’afflux de réfugiés musulmans.

La suite est à l’avenant, le récit des journalistes dépendant surtout de la sensibilité du media pour lequel ils travaillent ; humaniste pour les progressistes, qui trouvent scandaleux de traiter les déportés de la sorte, et conservateur pour ceux de droite, qui préviennent que si cela continue, l’Europe va être submergée.

Ce discours se retrouve dans celui de Marine Le Pen à l’université du FN, avant-hier à Marseille, lorsqu’elle martèle, à plusieurs reprises, que la France ne peut plus en accepter un seul.

Plus encore que dans les autres situations que j’ai couvertes, cette hyper-simplification caricaturale n’a pas grand-chose à voir avec la réalité. Par exemple, quelqu’un devrait dire à la fille de Jean-Marie, que notre pays est très peu concerné par cette vague d’immigration : je pense ainsi qu’il y a moins de dix mille Syriens qui ont choisi l’Hexagone comme terre de refuge depuis le début de la Guerre Civile.

La France n’est pas du tout leur priorité car ils sont très bien renseignés. Notre pays est surtout concerné par l’immigration des pays du Maghreb et, marginalement, par celle en provenance de Libye. Comme dans le cas de la Hongrie, la France reste un territoire de transit pour ces réfugiés, en direction de l’Angleterre et des Etats du nord de l’Europe.

Ce sont certainement moins de 3 000 participants à cet exode qui tenteront de s’installer en Hongrie, ce qui ne représente, avouons-le, qu’une menace très réduite de saper ses fondements traditionnels.

Même l’Autriche, pourtant autrement plus riche que cet ancien membre du bloc soviétique, ne retiendra pas beaucoup plus de migrants, ceux-ci étant, pour la plupart -19 sur 20 de ceux auxquels j’ai parlé - fermement décidés à s’établir en Allemagne. En Allemagne, où Angela Merkel, faisant à nouveau preuve de courage politique, quitte à perdre des soutiens sur son flanc droit, vient d’annoncer qu’elle les accueillera tous.

Ce qui n’est pas particulièrement étonnant, une fois qu’on a tordu le cou à une autre fable concernant cet exode : ceux qui en font partie ne sont pas des misérables désargentés. Pas du tout, même.

Ils constituent en fait l’élite de la société syrienne. Parmi les cinq millions de personnes à avoir quitté leur pays qui en comptait vingt-trois millions il y a cinq ans, celles-ci sont les plus aisées. Les autres sont parquées dans des camps de toile en Turquie, deux millions, au Liban, un million cent-mille, et en Jordanie, six-cent-trente-mille. On s’en convainc d’abord en constatant que le budget en cash dont ils disposent est au minimum de quatre mille euros par personne, y compris les enfants.

Contrairement à l’impression donnée par les images TV que l’on vous montre, ils ont tous payé leur périple jusqu’à destination ; ils sont tous détenteurs de titres de voyage, souvent achetés à l’avance, avant leur départ, ou lors de leur passage en Turquie ou en Grèce. Leur principale revendication par rapport aux Hongrois est de leur fournir le transport dont ils se sont acquittés du prix, et rien d’autre. Il n’existe pas de vraie raison à une altercation violente entre les migrants et les autorités locales.


Des Syriens en Hongrie : tout sauf des sauvages incultes et sans le sou

Quant aux autorités hongroises, elles pestent contre les Etats – la Grèce et l’Italie en particulier - par lesquels les migrants sont entrés dans Schengen, qui avaient l’obligation de les prendre en charge et qui ne l’ont pas fait, s’évitant des frais et des tracas. Budapest réclame aux autres Européens un partage des débours de prise en charge et de gestion, avançant que la Hongrie effectue un travail qui n’est pas le sien. Sur quoi, elle a parfaitement raison, même s’il n’y avait pas de quoi paniquer pour gérer le transit de 54 000 migrants.

L’autre découverte quant aux migrants syriens est leur niveau d’éducation et de qualification professionnelle ; beaucoup s’expriment très aisément en anglais, ce qui, en Syrie, n’était pas donné à tout le monde, une minorité parle français avec un accent qui ressemble à celui des francophones libanais.

J’ai discuté avec un chirurgien, des ingénieurs en électronique et en aéronautique, un chercheur et des directeurs d’entreprises. La plupart sont sunnites, craignant à la fois les forces du régime et DAESH, d’autres sont alaouites, mais ne se reconnaissent pas dans le régime des al Assad ou n’ont pas envie de se battre pour lui. Entre eux, je n’ai pas constaté de tension perceptible. Les fanatiques religieux, à en juger par leur habillement, sont fort peu nombreux dans cet exode. On ne peut non plus exclure que cet exil compte également quelques centaines de sympathisants de l’Etat Islamique, cela semblant inévitable, mais, si c’est le cas, on parlera d’une petite minorité non représentative.

S’ils vont en Allemagne, c’est parce qu’ils savent que du travail les y attend. Cela fera les affaires de tous, des compatriotes de Madame Merkel, qui trouveront en eux des travailleurs qualifiés disposés à accepter des traitements minimums ; et les leurs, qui ont envie d’une nouvelle vie. Ils vous expliquent que la Syrie cela ne veut rien dire, que ce n’est qu’une mosaïque disparate d’une trentaine de communautés, de langues, de cultures et de religions ; que c’est le fruit du découpage effectué à la va-vite par les puissances coloniales, au début du siècle passé, sans se soucier le moins du monde des conséquences futures de leurs décisions.

Tant qu’une dictature unique détenait le pouvoir, chacun devait se contenter de son sort et baisser la tête, mais maintenant, face aux exactions des uns et des autres, s’accrocher à un bout de terre qui, ils le disent tous, ne redeviendra jamais un pays, n’a aucun sens.

Ils partent pour ne jamais revenir. Ils parlent d’une guerre qui peut encore durer dix ou quinze ans et qui ne les intéresse pas.

Un ex-pilote de ligne chrétien, très sympa, de la Syrian Airlines me précise que tous les gens que je vois disposent d’un téléphone mobile et de connaissances supérieures à la moyenne des Hongrois en informatique, en géographie et en économie. Pour nous, le dilemme, c’était moisir dans un pays pauvre dans lequel notre vie était en danger, sans avenir, alors que nous distinguions, à l’horizon, une montagne d’or sur laquelle nous avons les capacités requises pour nous installer.

Il y a aussi l’exagération des chiffres, enflés pour faire le buzz ou pour créer la panique. Leur Eldorado absolu, l’Allemagne, a accueilli 67 000 Syriens en tout jusqu’en janvier 2015, soit 0.08% de sa population. Elle s’apprête à en recevoir 150 000, y compris les réfugiés d’autres provenances, jusqu’à la fin de cette année.

Et même s’ils devaient hypothétiquement être un million, sur une population de 82 millions, comme certains spécialistes allemands l’envisagent, cela resterait un grain de sable profitable pour le marché du travail et, partant, pour l’économie de la plus grande puissance européenne.

Conformément à la décision prise hier (lundi) par la Commission Européenne, l’Allemagne s’est engagée à accueillir 31 443 d’entre les 120 000 réfugiés des zones de guerres arrivés en Europe durant les trois derniers mois, et la France, 24 000.

A part les Pays-Bas, le Danemark, la Bulgarie, l’Autriche et la Suède (60 000 !), aucun pays européen n’a accueilli plus de dix mille réfugiés syriens jusqu’à présent. L’Arabie Saoudite n’en a accueilli aucun, de même que les émirats du Golfe, dont les portes sont également demeurées closes. La solidarité panarabe demeure un mythe.

L’Egypte, malgré le marasme dans lequel elle baigne, en a recueillis 130 000. L’Irak, particulièrement la région kurde, 250 000.

Au Liban, l’apport des Syriens sunnites (20% de la population libanaise totale) a sensiblement modifié le rapport entre les communautés sunnite et chiite, cette dernière s’étant constituée, avec l’aide de Téhéran, un Etat dans l’Etat, disposant de sa propre armée, de ses tribunaux et de son système de communications.

En Jordanie, les 630 000 Syriens – exactement 10% de la population du royaume – renforcent le pouvoir du roi et de ses bédouins au détriment des Palestiniens, largement majoritaires jusqu’alors. Suite à ce mouvement démographique, la Jordanie, grâce à sa "nouvelle diversité", va cesser de constituer le "véritable Etat de Palestine".

Il existe très nettement une immigration à deux et même à trois vitesses, celle des Syriens pauvres, qui franchissent une frontière et s’installent dans une ville de tentes, celle qui fait l’actualité, ces jours-ci , du côté de Budapest, et la troisième, celle des "très pauvres" qui errent d’une région de Syrie à l’autre, fuyant les combats.

Ils seraient sept millions à avoir été contraints de quitter leur domicile, en étant jetés sur des routes dangereuses. En tout, c’est la moitié de la population qui est partie de chez elle, en plus des 340 000 morts et des deux millions de blessés. La catastrophe a pris des proportions dantesques.

On s’aperçoit, en grattant un peu le politiquement correct, que l’Europe n’a rien à craindre de cette vague d’immigration spécifique. François Hollande devrait d’ailleurs tempérer ses ardeurs guerrières et bien penser à tout avant d’envoyer nos soldats combattre DAESH en Syrie.

D’abord, parce que la situation ne le justifie pas, ensuite, parce que notre armée ne peut rien changer en intervenant seule ; enfin, parce que le président normal n’est pas assez au fait des intérêts réels des puissances qui s’affrontent, directement ou par supplétifs interposés, sur les champs de bataille syrien et irakien. La guerre, comme le reste, n’est jamais ce qu’elle paraît être.

Il dit vouloir se limiter à faire de l’observation aérienne, mais ce n’est certes pas cela qui fera reculer DAESH. Cette déclaration de Hollande est d’ailleurs surprenante : les Américains, qui bombardent le califat islamique quotidiennement, le font-ils sans repérages préalables ? La France ne se satisfait-elle pas des repérages réalisés par les Yankees ? Ou est-ce que les Boys ne partagent pas les informations qu’ils recueillent avec leurs alliés français, pourtant déjà sur place et membres de la même coalition ? Chacune de ces hypothèses est inquiétante et on risquerait la vie de nos aviateurs pour effectuer un travail qui a déjà été réalisé par d’autres, avec des moyens plus sophistiqués et plus nombreux que les nôtres. A moins qu’il ne s’agisse d’un délire présidentiel destiné à faire croire que l’Armée ne reste pas inactive face aux problèmes posés par cette vague d’immigration. Dans ce cas, le plan d’enfumage est loupé.

Puis, en frappant les djihadistes sunnites, on laisserait le champ libre aux Iraniens. Et même si je sais que des délégations d’hommes d’affaires font la queue sur le vol Paris-Téhéran, je me demande si une rupture de l’équilibre précaire qui prévaut entre les satrapes sunnites et chiites servirait l’intérêt de l’Occident.

La "crise hongroise" est cependant un avatar d’un problème terriblement plus préoccupant. Celui de la montagne d’or. Pour les jeunes Maghrébins, les Africains en général, et les populations des grands pays sunnites, elle brille de mille feux pendant qu’ils ont les pieds profondément enlisés dans la mélasse.

Sûr que pour empêcher que la situation ne devienne réellement incontrôlable, il faudra "aller faire de l’ordre là-bas". Et pas comme les amateurs qui nous gouvernent ont cru le faire en déboulonnant Kadhafi et Moubarak au profit des islamistes et en s’en prenant à la dictature d’al Assad, qui avait l’avantage, comme les experts de la Ména l’avaient écrit des années durant avant la Guerre Civile, d’être le méchant flic qui maintenait le statu quo dans un pays ingouvernable.

Quant à l’accord sur le nucléaire iranien, il ne va qu’accentuer les tensions, inévitablement, en donnant accès aux ayatollahs à des sommes considérables et en levant le boycott qui les frappait sur les armes. Deux ingrédients assurés pour la création de la prochaine vague d’immigrants.

C’est la fin de cette vue de l’esprit qui laissait grossir un monde à deux vitesses. D’un côté, celui des nantis libres, de l’autre, celui des pauvres brimés par des autocraties. Les dictatures, c’est comme le racisme, il n’y en a pas d’acceptables. Il n’en existe pas, à terme, qui accouchent d’autre chose que de la guerre, et de ses corollaires inséparables que sont la mort, la misère et l’immigration.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.octaam.net/
lgda



Nombre de messages : 4583
Date d'inscription : 08/02/2007

MessageSujet: Re: Le flot de réfugiés   Ven 11 Sep 2015 - 21:38


_________________
Quidquid latine dictum sit, altum videtur

Le Génie Des Alpages  Alpages  Alpages  Alpages  Alpages  Alpages
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steph



Nombre de messages : 7884
Date d'inscription : 09/03/2007

MessageSujet: Re: Le flot de réfugiés   Lun 14 Sep 2015 - 9:16

A présent que les allemand on fermé leurs frontières, on serre les fesse en Autriche.
8 000 réfugiés rien que samedi.
On a beau avoir pas mal de moyens, ils ne sont pas illimités.
Et l'automne arrive!
Pour l'instant on peut se contenter de l'essentiel: de l'eau, de la nourriture, une couverture.
Mais bientôt il faudra du chauffage en plus.

Le manque de solidarité du monde musulman est criant, vous ne trouvez pas?
La Jordanie et le Liban je ne dis pas, ils n'ont pas de moyens, mais l'Arabie et le Qatar?
Si Saddam revient faire un tour par ici, j'aurais quelques questions à lui poser.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
narduccio



Nombre de messages : 4683
Age : 58
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: Le flot de réfugiés   Lun 14 Sep 2015 - 10:51

Steph a écrit:
mais l'Arabie et le Qatar ?

Ils n'ont jamais fait preuve de solidarité autrement qu'en envoyant de l'argent (pour acheter des armes s'il s'agit de mouvements sunnites rigoristes). Le fait que dans le flot des réfugiés, il y a des musulmans sunnites modérés, des musulmans chiites ou d'autres branches de l'Islam, des chrétiens, des athées (hé oui, il en existe partout, mais ils se cachent), des païens, ... n'est pas pour leur déplaire. D'après plusieurs études, le flot de réfugiés provenant des pays arabes (Syrie, Irak, mais aussi Afghanistan, Pakistan, ...) est composé de membres instruits des classes moyennes. Ils avaient les sommes nécessaires au voyage, et il faut des dizaines de milliers d'euros pour réaliser le trajet. Une partie de ces gens proviennent des camps de réfugiés ... dont certains sont financés par les pays arabes du Golfe.

En fait quelque part, les réfugiés votent avec leurs pieds, ils désertent, au prix de leurs vies et celle de leurs proches des pays qui les ont profondément déçus. Des pays impossible a rénover.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saddam

avatar

Nombre de messages : 511
Age : 39
Date d'inscription : 22/10/2007

MessageSujet: Re: Le flot de réfugiés   Dim 13 Déc 2015 - 13:06

Steph a écrit:
A présent que les allemand on fermé leurs frontières, on serre les fesse en Autriche.
8 000 réfugiés rien que samedi.
On a beau avoir pas mal de moyens, ils ne sont pas illimités.
Et l'automne arrive!
Pour l'instant on peut se contenter de l'essentiel: de l'eau, de la nourriture, une couverture.
Mais bientôt il faudra du chauffage en plus.

Le manque de solidarité du monde musulman est criant, vous ne trouvez pas?
La Jordanie et le Liban je ne dis pas, ils n'ont pas de moyens, mais l'Arabie et le Qatar?
Si Saddam revient faire un tour par ici, j'aurais quelques questions à lui poser.


Bonjour tous je suis content de revenir ici et de voir que le forum est toujours là avec mes vieux amis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lgda



Nombre de messages : 4583
Date d'inscription : 08/02/2007

MessageSujet: Re: Le flot de réfugiés   Dim 13 Déc 2015 - 21:54

saddam a écrit:

Bonjour tous je suis content de revenir ici et de voir que le forum est toujours là avec mes vieux amis
Salut saddam !
Content de voir que tu reviens prendre de nos nouvelles !

_________________
Quidquid latine dictum sit, altum videtur

Le Génie Des Alpages  Alpages  Alpages  Alpages  Alpages  Alpages
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steph



Nombre de messages : 7884
Date d'inscription : 09/03/2007

MessageSujet: Re: Le flot de réfugiés   Lun 14 Déc 2015 - 11:08

Re-bienvenue!
J'aimerais connaitre ton avis sur la problématique des réfugiés.
Que penses-tu de la solidarité européenne?
Peux-tu nous expliquer pourquoi des pays musulmans voisins de la Syrie ne font rien pour accepter des réfugiés chez eux?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
lgda



Nombre de messages : 4583
Date d'inscription : 08/02/2007

MessageSujet: Re: Le flot de réfugiés   Lun 14 Déc 2015 - 11:35

Steph a écrit:
Re-bienvenue!
J'aimerais connaitre ton avis sur la problématique des réfugiés.
Que penses-tu de la solidarité européenne?
Peux-tu nous expliquer pourquoi des pays musulmans voisins de la Syrie ne font rien pour accepter des réfugiés chez eux?
Pour ce qui est des pays voisins, tu dois faire erreur !
Les autres confirmeront mais je crois que la Jordanie et le Liban ont accueilli "bon gré mal gré" des centaines de milliers de réfugiés.
Et accessoirement, le pays dont on parle le plus en Europe occidentale, la Turquie, est aussi musulman et accueille également des centaines de milliers de camions de pétrole* réfugiés...


* selon les Russes

_________________
Quidquid latine dictum sit, altum videtur

Le Génie Des Alpages  Alpages  Alpages  Alpages  Alpages  Alpages
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le flot de réfugiés   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le flot de réfugiés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» 50 millions de réfugiés climatiques en 2010 ?
» Une nouvelle méthode pour arrêter le flot sanguin vers la tumeur.
» Flot ininterrompu
» Flot sombre
» L'ONU manque d'argent pour les réfugiés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORSV : Forum de Sciences et de Vie :: Vie :: Actualités-
Sauter vers: