FORSV : Forum de Sciences et de Vie

Forum scientifique
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le syndrome chinois et l'autorité de sureté nucléaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
lgda



Nombre de messages : 4556
Date d'inscription : 08/02/2007

MessageSujet: Le syndrome chinois et l'autorité de sureté nucléaire   Mar 29 Avr 2014 - 9:22

Deux vidéos intéressantes qui vous diront tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la sécurité nucléaire sans oser le demander...
http://www.risques.tv/video.php?id_DTvideo=203
http://www.risques.tv/video.php?id_DTvideo=204

_________________
Quidquid latine dictum sit, altum videtur

Le Génie Des Alpages  Alpages  Alpages  Alpages  Alpages  Alpages
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
narduccio



Nombre de messages : 4645
Age : 58
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: Le syndrome chinois et l'autorité de sureté nucléaire   Sam 3 Mai 2014 - 21:00

J'ai regardé les 2 vidéos et j'ai rien trouvé à y redire. Ça reflète la réalité.

En France, l'ASN a plein pouvoirs pour mettre ou garder à l'arrêt un réacteur nucléaire en cas de dysfonctionnement. Dans un certain nombres de cas, nous devons attendre son autorisation pour redémarrer. Cette autorisation étant conditionnée par le fait qu'on a démontré à l'ASN que la centrale est sûre. Ce qui veut souvent dire qu'il faut monter des dossiers très complets. Je me souviens qu'une fois on attendait l'autorisation de redémarrage juste avant l'un des ponts du mois de mai. On a finalisé le dossier le mercredi après-midi et il a été livré à l'ASN dans la soirée. L'ASN de Strasbourg nous a simplement déclaré qu'ils n'avaient personne de disponible pour l'étudier avant le lundi suivant. On avait évoqué un moment la possibilité de dire que le réseau était tendu pour qu'il soit examiné plus vite. Mais, le gestionnaire du réseau nous a dit que sans aléa, çà devait passer. Et donc, le lundi soir, l'ASn nous a donné l'autorisation de redémarrer après avoir étudié lé dossier (qui était complet heureusement). Mais, la marge du week-end sur le réseau était inférieure 900 MW, si une autre centrale avait eu un aléa, il aurait fallu peut-être recourir à des délestages. Pendant ce temps-là certains prétendent que l'ASN est de mèche avec EDF...

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steph



Nombre de messages : 7846
Date d'inscription : 09/03/2007

MessageSujet: Re: Le syndrome chinois et l'autorité de sureté nucléaire   Lun 5 Mai 2014 - 9:30

C'est quoi un délestage?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lgda



Nombre de messages : 4556
Date d'inscription : 08/02/2007

MessageSujet: Re: Le syndrome chinois et l'autorité de sureté nucléaire   Lun 5 Mai 2014 - 10:06

Salut !

J'ai surtout été très intéressé par la description du changement de méthode de travail entre avant et après Three Miles Island.

SI j'ai bien compris, avant on tentait de comprendre la situation avant d'agir, ensuite on se contente de constater un état, de se fixer un but et d'appliquer la procédure qui permet de passer de l'état constaté à l'état souhaité, peu importent les raisons qui ont conduit à l'occurrence de l'état actuellement constaté.

_________________
Quidquid latine dictum sit, altum videtur

Le Génie Des Alpages  Alpages  Alpages  Alpages  Alpages  Alpages
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
narduccio



Nombre de messages : 4645
Age : 58
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: Le syndrome chinois et l'autorité de sureté nucléaire   Lun 5 Mai 2014 - 15:04

Steph a écrit:
C'est quoi un délestage?

A tout moment, il doit y avoir un certain équilibre entre l'offre et la demande. S'il y a un déséquilibre, la fréquence et la tension changent et sortent des domaines autorisés.

Quand l'offre, la production est trop faible, on commence par démarrer tout ce qui est disponible. Il y a des moyens de productions qui ne tournent que quelques heures par an. Mais, ils sont parfois primordiaux pour sauver le réseau. C'est rentable puisque le prix payé pour le MVh de "pointe" peut aller jusqu'à 1000 €, alors que le prix moyen est actuellement aux alentours de 40-50 €.

Si on n'arrive toujours pas à compenser, il y a un risque de black-out. Les protection se mettant en service et on risque de voir le "château de cartes" s'écrouler. Donc, on va procéder à des coupures volontaires de certains groupes d'utilisateurs. c'est ce qu'on appelle le délestage. Il y a des plans prévus à l'avance, on coupe d'abord les quartiers résidentiels, puis les industriels non-prioritaires. Ensuite, il ne reste plus que les industriels prioritaires et les services d'urgences...

Pendant les hiver de 2009 à 2012, on a eu plusieurs journées, en France, à moins de 1000 MW de marge. C'est extrêmement faible.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
narduccio



Nombre de messages : 4645
Age : 58
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: Le syndrome chinois et l'autorité de sureté nucléaire   Lun 5 Mai 2014 - 15:27

lgda a écrit:
Salut !

J'ai surtout été très intéressé par la description du changement de méthode de travail entre avant et après Three Miles Island.

SI j'ai bien compris, avant on tentait de comprendre la situation avant d'agir, ensuite on se contente de constater un état, de se fixer un but et d'appliquer la procédure qui permet de passer de l'état constaté à l'état souhaité, peu importent les raisons qui ont conduit à l'occurrence de l'état actuellement constaté.

L'Approche par Etat, c'est effectivement mise en place entre 1988 et l'an 2000. Il a fallu adapter les installations et former les équipes de conduite, puis intégrer le Retour d'EXpérience (REX). Les exploitant, on parfois tendance a regretter le fait que c'est un pilotage "à coup de serpe", alors que l'approche évènementielle permettait un pilotage beaucoup plus doux. Mais, si on respecte beaucoup moins la machine, on garantit une meilleure protection aux populations avoisinantes. Une tranche qui devrait se replier selon un scénario de "Repli Ultime" ne sera sûrement pas remise en service ou alors, il faudra une remise à niveau "béton".

Mais, nous sommes formés à appliquer n'importe quelle démarche sans discussions. EDF a bien compris que le principal est de garantir la sûreté, pas quelques MW de plus sur le réseau. En fait, si on sent que le scénario ne correspond pas à la réalité de l'incident, l'équipe peut se concerter quelques minutes, faire le point de la situation et proposer aux autorités supérieures le changement de conduite. Mais, pendant tout ce temps, il y a un Ingénieur Sûreté qui surveille les paramètres principaux de l'installation et s'il détecte une détérioration, il va demander une conduite encore plus dure.

Ce sont des scénarios qui sont joués lors de stages par équipe de conduite et qu'on nomme des "Mises en situation". Une dérive d'un ou plusieurs capteurs peut très bien être interprétée comme un accident grave, c'est la confrontation entre les divers paramètres qui permet de déterminer si c'est un simple incident où un accident.

Les diverses populations qui opèrent en salle de commande sont régulièrement évaluées et une note inférieure à 80/100 entraine un retrait d'habilitation.

Pour la petite histoire, Fessenheim qui était entré le premier dans ce système d'évaluation avait une évaluation plus restrictive que celles des autres centrales du Parc. EDF a imposé un cahier des charges communs. Depuis, des opérateurs de Fessenheim se plaignent que l'évaluation est "trop facile"...

L'APE est un outil très efficace pour de gros incidents ou des accidents. Elle est moins efficace pour les petits incidents. Donc, lors de l'entrée dans les consignes incidentelles, on fait un diagnostic d'orientation. Si la situation est saine, on reviens sur du pilotage classique. Si une seule des fonctions de sûreté est susceptible d'être impactée, on pilote dans l'APE. J'ai bien dit "susceptible", on est parfois dans l'APE alors que la situation est encore saine, mais qu'elle dérive de manière inquiétante. On cherche à rejoindre le plus rapidement possible un état stable où l'on pourra faire un diagnostic détaillé sans risque pour les populations, alors qu'il n'y a pas encore d'accident à proprement parler. Par exemple, en cas de rupture de tuyau dans le générateur de vapeur, on parle de RTGV (Rupture Tuyauterie Générateur de Vapeur), on a une situation incidentelle aux alentours d'une fuite de quelques centaines de litres entre le primaire et le secondaire. On est en accident avec une fuite de 1200 l/h. On entre dans l'APE pour une fuite supérieure à 3 l/h. Le diagnostic permet une sortie de l'APE pour un repli dans les procédures normales si la fuite est inférieure à 70 l/h. Ce qui veut dire, si on détecte une fuite < 3,h, on surveille. Si la fuite évolue à la hausse, on entre dans l'APE si elle dépasse 3 l/h, ou si on détecte qu'elle atteindra 3 l/h dans les 72 heures. Dans tous les cas, pour une RTGV, l'entrée dans l'APE entraine un arrêt du réacteur. Ensuite, si la fuite est faible, on stabilise et on fait un diagnostic. Fuite inférieure à 70 l/h, on va dans un état intermédiaire avec les procédures normales pour boucher les tuyaux concernés. Si la fuite est supérieure à 70 l/h, repli doux dans l'APE. Si la fuite est supérieure à 1200 l/h, on n'a pas eu le temps de faire de diagnostic et on est dans un repli dur pour aller dans un état sûr.

Mais, dans tous les cas, on va d'abord privilégier le repli, et on fait le diagnostic si on est sûr de pouvoir le faire en sûreté. SI les paramètres ne le permettent pas, on part du principe qu'on a une fuite maximale et on baisse sans se poser de questions.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lgda



Nombre de messages : 4556
Date d'inscription : 08/02/2007

MessageSujet: Re: Le syndrome chinois et l'autorité de sureté nucléaire   Mer 7 Mai 2014 - 11:52

narduccio a écrit:

Si on n'arrive toujours pas à compenser, il y a un risque de black-out.
En parlant de blackout, ça devrait t'intéresser:
http://www.cff.ch/content/dam/sbb/fr/news/strompanne_f.pdf

_________________
Quidquid latine dictum sit, altum videtur

Le Génie Des Alpages  Alpages  Alpages  Alpages  Alpages  Alpages
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le syndrome chinois et l'autorité de sureté nucléaire   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le syndrome chinois et l'autorité de sureté nucléaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le syndrome chinois et l'autorité de sureté nucléaire
» Tchernobyl suisse
» Syndrome de Stockholm
» Théorie des 5 éléments chinois
» pratique du bouddhisme chinois ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORSV : Forum de Sciences et de Vie :: Sciences :: Autres-
Sauter vers: