FORSV : Forum de Sciences et de Vie

Forum scientifique
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Blog sur la critique de la théorie de la relativité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Altona

avatar

Nombre de messages : 219
Date d'inscription : 21/11/2007

MessageSujet: Re: Blog sur la critique de la théorie de la relativité    Ven 25 Jan 2013 - 17:58

DonPanic a écrit:

Altona a écrit:
Oui, et alors ? Ils sont dépendants tous les deux de manière relative à l'accélération et au freinage, de manière parfaitement symmétique sur exactement la même distance. et ces phases s'annulent au point de vue vitesse.
Dans le paradoxe des jumeaux, l'un reste immobile, sur Terre et l'autre effectue une boucle, on dira extragalactique à C/5 de vitesse moyenne pour ne pas être mesquin, il n'y a de symétrie de situation que dans ta tête...

Ce n'est pas dans ma tête qu'il y a symétrie de situation, mais dans la tête d'Einstein, énoncée expréssement dans le postulat No. 1 de sa théorie (repris de Galilée/Newton), selon lequel les effets sont symétriques et égaux entre deux objets en mouvement relatif: les deux référentiels sont indifféremment interchangeables et l'on peut indifféremment considérer qu'un observateur est en mouvement ou bien en immobilité par rapport à l'autre. Pour Einstein, il est par exemple complètement indifférent de considérer que le train est en mouvement et que la gare est immobile (comme c'est le cas dans le sens commun) ou bien au contraire que le train est immobile et que la gare est en mouvement. On attribue d'ailleurs à Einstein cette question humoristique au chef de train: "À quelle heure arrive la gare de Baden-Baden ?" Wink Si on choisit donc un référentiel de préférence, on est en contradiction avec le principe de relativité et on invalide la théorie. La rupture de réciprocité et de symétrie, notamment de manière très voyante dans le paradoxe des jumeaux, est d'ailleurs un des arguments critiques de base depuis 1905, qui met la théorie en défaut.


DonPanic a écrit:

Trouve moi une cinématique qui abolisse abolisse Vitesse et Accélération.

Trouve-moi une cinématique qui n'abolisse pas accélération et freinage dans un circuit en boucle. Tu veux rater le but ?
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DonPanic

avatar

Nombre de messages : 1058
Date d'inscription : 19/04/2008

MessageSujet: Re: Blog sur la critique de la théorie de la relativité    Ven 25 Jan 2013 - 20:58

Altona a écrit:
Oui, et alors ? Ils sont dépendants tous les deux de manière relative à l'accélération et au freinage, de manière parfaitement symmétique sur exactement la même distance, et ces phases s'annulent au point de vue vitesse. Je rappelle que la relativité restreinte est une approche strictement kinématique, les forces ne jouent aucun rôle. Les phases d'accélération et de freinage peuvent donc selon le principe de relativité être indifféremment attribuées à l'un ou l'autre des observateurs, ils restent toujours de manière réciproque en relativité de vitesse, cela ne peut pas désynchroniser les montres.
Dans un référentiel non inertiel, qui est animé d’un mouvement accéléré par rapport à un référentiel galiléen, il faut faire intervenir les forces d’inertie, que tu le veuilles ou non
Si tu laisses l'Observateur A et sa montre peinards là où ils sont, et que tu te fatigues à expédier l'Observateur B et sa montre à pétaouchnok, il n'a plus symétrie
si tu crois que tu vas faire de la cinématique et de la physique avec des points immatériels en sans masse, tu te fourres le doigt dans l’œil Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lascienceadeuxmains.donpanic.org
Anthracite

avatar

Nombre de messages : 6215
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: Blog sur la critique de la théorie de la relativité    Ven 25 Jan 2013 - 21:10

buck a écrit:
2...
Pas de referentiel absolu ce qui ne veut pas dire que le referentiel de l'un est equivalent a celui de l'autre meme inverse, l'un subit des effets que l'autre n'a pas, le paradoxe des jumeaux n'en est pas un
oui



Comme je le disais plus haut ce n’est qu’en mesurant les secondes de l’autre que A verra les secondes de B s’allonger.
Un petit paradoxe, B verra également les secondes de A s’allonger.
Si les secondes ne s’allongent pas, on dira que A et B sont des référentiels équivalents.

Horreur et non-sens ?

Ben non, une vitesse n’existe que par rapport à un référentiel.
Et il est impossible de déterminer qui de A ou de B bouge réellement, c’est une propriété du mouvement rectiligne uniforme (MRU).
Pour A, c’est B qui bouge.
Pour B, c’est A qui bouge.
En réalité, on peut même penser que cette vitesse apparente implique, par rapport à un référentiel privilégié (ou absolu), un mouvement de A et de B.

Si l’on suppose qu’il n’y a que A et B dans tous l’univers, c’est facile de déterminer un référentiel absolu, c’est le centre de masse et les vitesses de A et de B sont (avec m pour masse et v pour vitesse) mA . vA = mB . VB.
Un autre moyen serait de trouver quelque chose supposé fixe.
Le centre de masse :
Hélas! même si ça semble théoriquement possible, il est impossible de le déterminer.
1) Parce que nous ne voyons qu’une partie de l’univers.
2) Parce que les nouvelles reçues ne sont pas très fraîches.
3) Parce que deux observations sont fatalement faites à des moments différents et des distances différentes, ce qui implique que la portion d’univers visible sera différente, notamment au bout d’un an.
La chose fixe :
L’éther ou la structure du vide.
En principe, c’est imparable !
En pratique, depuis qu’on sait que l’univers est fini et en expansion, cette structure ne peut être fixe, elle doit avoir depuis son centre supposé une vitesse croissante au fur et à mesure qu’on s’éloigne de ce centre et également se diluer.
Mais, je vais concéder que comme on ne sait ce que c’est, qu’il peut subsister des doutes.
Il n’en reste pas moins qu’aucune expérience probante n’a pu vraiment prouver quoi que ce soit.

En pratique, on choisit donc un référentiel, le labo, par exemple, et là, bien sûr, on démontre pratiquement qu’une particule voit bien sa masse augmenter et son temps de vie s’allonger.
Donc, ça fonctionne et on peut établir des prévisions.
Et c’est un plus par rapport à Newton.
Et le paradoxe des jumeaux n’en est pas un tant que l’un des deux (celui qui est parti) rejoint son référentiel de départ.
Mais on comprend également une certaine insatisfaction du père de cette théorie qui a dû créer la RG.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Altona

avatar

Nombre de messages : 219
Date d'inscription : 21/11/2007

MessageSujet: Re: Blog sur la critique de la théorie de la relativité    Sam 26 Jan 2013 - 10:37

DonPanic a écrit:


Dans un référentiel non inertiel, qui est animé d’un mouvement accéléré par rapport à un référentiel galiléen, il faut faire intervenir les forces d’inertie, que tu le veuilles ou non
Si tu laisses l'Observateur A et sa montre peinards là où ils sont, et que tu te fatigues à expédier l'Observateur B et sa montre à pétaouchnok, il n'a plus symétrie
si tu crois que tu vas faire de la cinématique et de la physique avec des points immatériels en sans masse, tu te fourres le doigt dans l’œil Very Happy

Que je le veuille ou non, que tu le veuilles ou non, aucune force n’est considérée dans la relativité restreinte, expressément défini par Einstein : l’espace est vide, non doté de propriétés physiques et la lumière est postulée se propager à une vitesse donnée et constante dans toutes les directions. C’est tout. Aucune force n’intervient, la théorie concerne strictement la CINÉMATIQUE. Si ça ne te convient pas, fait tes reproches à Einstein, pas à moi... Neutral

Einstein pose en définition que deux montres A et B sont synchronisées, si la durée de transmission d’un signal lumineux aller-retour entre A et B et inversement entre B et A est égale. Il postule dans sa théorie restreinte qu’elle est toujours égale. Point, à la ligne.

Rien ne peut donc désynchroniser des montres dans la théorie restreinte, qui on été synchronisées avec la lumière et qui échangent des signaux lumineux. Pour qu’elles se désynchronisent, il faudrait que la lumière ne soit pas constante entre A et B et vice versa. Or, dans la relativité restreinte, la vitesse de la lumière est par définition strictement constante dans toutes les directions, dans toutes les circonstances et sur tous les parcours. Point à la ligne.

Si tu as des reproches à formuler concernant la relativité restreinte, formule-les vis-à-vis d’Einstein, pas de moi. Un certain nombre d'auteurs critiques ont d'ailleurs aussi avancé la même argumentation que toi. Il se pourrait donc que tu y viennes doucement, à la critique de la restreinte... Wink
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Altona

avatar

Nombre de messages : 219
Date d'inscription : 21/11/2007

MessageSujet: Re: Blog sur la critique de la théorie de la relativité    Sam 26 Jan 2013 - 13:40

DonPanic a écrit:


Dans un référentiel non inertiel, qui est animé d’un mouvement accéléré par rapport à un référentiel galiléen, il faut faire intervenir les forces d’inertie, que tu le veuilles ou non […]
si tu crois que tu vas faire de la cinématique et de la physique avec des points immatériels en sans masse, tu te fourres le doigt dans l’œil Very Happy

Tu te positionnes ici par ton argumentation dans le camp des scientifiques critiques de la restreinte, sans le savoir… Bienvenue au club ! Wink

Ton argumentation est d’ailleurs pertinente : en effet, on ne peut pas pratiquer une physique fiable et utile uniquement avec les lois de la cinématique sans considérer la dynamique, soit l’influence des forces. La cinématique seule a un champ d’application très restreint en physique, pour une physique applicable, elle doit faire intervenir la dynamique, sinon elle est peu significative. Les phénomènes physiques peuvent être certes étudiés séparément sous l’aspect cinématique et sous l’aspect dynamique, mais la dynamique est la plus importante dans la pratique et les deux aspects ne doivent pas être en contradiction.

La théorie de la relativité restreinte se limite cependant à l’aspect cinématique des mouvements relatifs entre objets. On peut ainsi considérer sans problème dans la restreinte que le train est en mouvement et la gare immobile ou bien à l’inverse que la gare est en mouvement et le train immobile, les effets seront égaux et symétriques et les prévisions équivalentes : Einstein se trouvera à la gare de Baden-Baden à 8:00 h, peu importe s’il se trouve dans le train en mouvement en direction de Baden-Baden ou bien au contraire si la gare de Baden-Baden est en mouvement dans sa direction. Si cependant, on veut considérer les forces, la situation est loin d’être symétrique et les prévisions équivalentes: il faudrait une toute autre force pour déplacer un train ou une gare sur une distance donnée… Wink

Einstein a éliminé d’entrée la dynamique des forces dans sa théorie restreinte, car il a défini d’entrée que la vitesse der la lumière n’est influencée par aucune force : elle est toujours constante dans toutes les situations et toutes les directions. Il a corrigé le tir 10 ans plus tard dans sa théorie de la relativité générale : la vitesse de la lumière n’est pas constante, elle est influencée par les forces, notamment la gravitation, et par la présence de matière et de champs électromagnétiques. Contrairement à ce qui est colporté pour masquer l'abandon du postulat de la constance de la vitesse de la lumière, la relativité générale n’est donc pas un développement de la relativité restreinte, mais au contraire une réfution de la relativité restreinte, qui perd son fondement et son champ d'application, aussi bien au niveau local qu'au niveau cosmologique.

Non seulement les forces influencent la vitesse de la lumière, mais également le mouvement des observateurs. Je rappelle que pour l’expérience récente du CERN avec les neutrinos, les horloges ont été synchronisées en catimini non pas sur le principe de c=const, mais sur le principe de c +/- v. Mort annoncée d’une théorie… Neutral
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anthracite

avatar

Nombre de messages : 6215
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: Blog sur la critique de la théorie de la relativité    Sam 26 Jan 2013 - 17:28

Citation :
En pratique, depuis qu’on sait que l’univers est fini et en expansion, cette structure ne peut être fixe, elle doit avoir depuis son centre supposé une vitesse croissante au fur et à mesure qu’on s’éloigne de ce centre et également se diluer.
C'est peut-être pas si bête.

Si la "chose" ( éther, champ de Higgs, ficelles, ou autre) est responsable du temps de la masse et de la gravitation, directement ou pas, se dilue, on devrait voir s'allonger les distances, réduire la masse et raccourcir les secondes.

Ça expliquerait une bonne part du décalage vers le rouge et prévoir un dépassement de C en regardant, dans le passé, l'expansion de l'univers.

En fait, on peut se poser la question de savoir si les formules d'Albert ne sont qu'instantanément exactes.
En tout cas, le problème mérite peut-être d'être approfondi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anthracite

avatar

Nombre de messages : 6215
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: Blog sur la critique de la théorie de la relativité    Sam 26 Jan 2013 - 17:47

En fait, si on considère l’univers à sa naissance comme une minuscule sphère, tant que la « chose » n’apparaît pas, ça reste stable.
Dès que la chose apparaît, c’est un véritable effet d’avalanche* qui se produit.
Ça me paraît rappeler, en mieux, ce que j’avais intitulé, jadis, le Big-bang statique.

*L'univers étant instable la moindre perturbation déclenche le processus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anthracite

avatar

Nombre de messages : 6215
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: Blog sur la critique de la théorie de la relativité    Sam 26 Jan 2013 - 23:44

Anthracite a écrit:
Si la "chose" ( éther, champ de Higgs, ficelles, ou autre) est responsable du temps de la masse et de la gravitation, directement ou pas, se dilue, on devrait voir s'allonger les distances, réduire la masse et raccourcir les secondes.

Note :
J'ai manqué de clarté bien que ce ne soit pas vraiment faux...

Si les distances s'allongent, c'est que notre mètre rétrécit comme les secondes ce qui permet de garder pour C le même rapport : 300 000 km/s environ
Dans notre référentiel actuel qui serait évolutif.

Dans le référentiel passé, on trouverait de grands mètres, d'interminables secondes et d'énormes kg, mais toujours le même rapport pour C

Ce n'est qu'en regardant (de notre référentiel présent) vers le passé qu'on risque de tomber sur des énormités...




Si j'écris des bêtises, ce cher Buck rectifiera ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Altona

avatar

Nombre de messages : 219
Date d'inscription : 21/11/2007

MessageSujet: Re: Blog sur la critique de la théorie de la relativité    Dim 27 Jan 2013 - 13:17

Anthracite a écrit:

Si les distances s'allongent, c'est que notre mètre rétrécit comme les secondes ce qui permet de garder pour C le même rapport : 300 000 km/s environ
Dans notre référentiel actuel qui serait évolutif.

Dans le référentiel passé, on trouverait de grands mètres, d'interminables secondes et d'énormes kg, mais toujours le même rapport pour C

Ici, tu touches toi aussi à un point fondamental de la critique depuis près de 100 ans: En fait, la théorie de la relativité restreinte n’adhère pas à la convention d’unités de mesure fixées administrativement en commun et par convention strictement invariables, et ceci aussi bien pour l’unité de mesure “mètre” que pour l’unité de mesure “seconde”.

Pour Einstein, chaque observateur à ses propres unités de mesure, aussi bien pour son temps propre que pour ses distances propres : pour garantir la validité de son postulat de l'invariance de la vitesse de la lumière en toutes circonstances, y compris entre deux observateurs en mouvement relatif (Einstein ne reconnaît pas c +/- v entre deux observateurs en mouvement relatif, mais uniquement c=constant), Einstein introduit implicitement des unités de mesure variables : c reste strictement invariable, ce sont le mètre et la seconde qui varient en fonction de la vitesse de l’observateur.

Il va sans dire que ce procédé ne peut être ni valable ni admis en physique. Le fondement de toute mesure est une unité de mesure invariable, définie et fixée par décret administratif, et dont l'invariance est contrôlée avec une extrême rigueur. La longueur du mètre-étalon ou la durée de la seconde-étalon sont données par les instituts de métrologie nationaux et doivent être reproduites avec extrême exactitude pour que les mesures soient considérées comme valables et comparables entre elles - ce n’est pas nécessaire d’en expliquer la raison, elle est évidente. Une physique sans unités de mesure invariables est impossible et inadmissible, y compris dans la vie courante, c’est fondamental. Autrefois, la modification implicite d’une unité de mesure était considérée comme un délit d’escroquerie, qui était par exemple dans certains cas puni en Allemagne par la peine de mort, comme le relate le critique allemand Georges Bourbaki (pour les germanophones d’entre vous: Einstein und die Metrik von Raum und Zeit).

De plus, si l’on défend l’interprétation que les effets de la théorie de la relativité restreinte sont réels (et non pas des effets de perception), cela implique l’existence de deux réalités parallèles pour deux observateurs. Or, on part en science du principe intouchable qu’un événement ne peut se produire qu’une seule fois, en un seul lieu précis et à un seul moment précis. Si deux observateurs mesurent les coordonnées d’un évément avec leur propres unités de mesure différentes, cela implique que l’événement se produirait réellement deux fois, à deux endroits et à deux moments différents. C’est de l’ésotérisme, pas de la physique… Neutral
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DonPanic

avatar

Nombre de messages : 1058
Date d'inscription : 19/04/2008

MessageSujet: Re: Blog sur la critique de la théorie de la relativité    Dim 27 Jan 2013 - 14:07

Altona a écrit:
Ici, tu touches toi aussi à un point fondamental de la critique depuis près de 100 ans: En fait, la théorie de la relativité restreinte n’adhère pas à la convention d’unités de mesure fixées administrativement en commun et par convention strictement invariables, et ceci aussi bien pour l’unité de mesure “mètre” que pour l’unité de mesure “seconde”.
Archimède n'adhérait pas "à la convention d’unités de mesure fixées administrativement en commun et par convention strictement invariables", Newton non plus, ne la connaissant pas
Il s'en suit donc que leur théories étaient fausses Very Happy
C'est dingue de faire feu de tout bois pour dézinguer Eintein
Je me demande si tu es de parfaite mauvaise foi ou complètement abrutie

Vu le prix d'un jeu de poids, je me sers de pièces de 5, 10 et 20 centimes de francs, il m'en reste en pas mal, pour peser des objets, j'ai des objets qui pèsent environ 185 centimes, et je me fiche bien que ça te dérange
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lascienceadeuxmains.donpanic.org
Altona

avatar

Nombre de messages : 219
Date d'inscription : 21/11/2007

MessageSujet: Re: Blog sur la critique de la théorie de la relativité    Dim 27 Jan 2013 - 14:49

DonPanic a écrit:



C'est dingue de faire feu de tout bois pour dézinguer Eintein
Je me demande si tu es de parfaite mauvaise foi ou complètement abrutie

D'accord, dans ces conditions et avec ce genre de remarques, j'arrête-là avec toi. Evil or Very Mad

La plupart du temps, les échanges tournent d'ailleurs toujours aux injures de la part des adeptes de la relativité (faute d'arguments ?)

Und Tschüß!
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
buck



Nombre de messages : 2583
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: Blog sur la critique de la théorie de la relativité    Dim 27 Jan 2013 - 15:21

Anthracite a écrit:


Si j'écris des bêtises, ce cher Buck rectifiera ! Wink

Very Happy Very Happy peut etre on verra
Fred qui utilise d'autres equations d'einstein et qui n'ira pas les changer (dans les semiconducteurs)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DonPanic

avatar

Nombre de messages : 1058
Date d'inscription : 19/04/2008

MessageSujet: Re: Blog sur la critique de la théorie de la relativité    Dim 27 Jan 2013 - 16:49

Altona a écrit:
D'accord, dans ces conditions et avec ce genre de remarques, j'arrête-là avec toi. Evil or Very Mad
La plupart du temps, les échanges tournent d'ailleurs toujours aux injures de la part des adeptes de la relativité (faute d'arguments ?)
pas grave puisque tu ne tiens pas compte du fait que la RR exclut les référentiels en accélération
ni du fait que la recherche inclut les hypothèses et rectifications par leurs auteurs, et qu'en plus tu n'as pas conscience de l'aspect tautologique de tes "raisonnements"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lascienceadeuxmains.donpanic.org
Anthracite

avatar

Nombre de messages : 6215
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: Blog sur la critique de la théorie de la relativité    Dim 27 Jan 2013 - 16:56

Altona a écrit:
Anthracite a écrit:

Si les distances s'allongent, c'est que notre mètre rétrécit comme les secondes ce qui permet de garder pour C le même rapport : 300 000 km/s environ
Dans notre référentiel actuel qui serait évolutif.

Dans le référentiel passé, on trouverait de grands mètres, d'interminables secondes et d'énormes kg, mais toujours le même rapport pour C

Ici, tu touches toi aussi à un point fondamental de la critique depuis près de 100 ans: En fait, la théorie de la relativité restreinte n’adhère pas à la convention d’unités de mesure fixées administrativement en commun et par convention strictement invariables, et ceci aussi bien pour l’unité de mesure “mètre” que pour l’unité de mesure “seconde”.

Pour Einstein, chaque observateur à ses propres unités de mesure, aussi bien pour son temps propre que pour ses distances propres : pour garantir la validité de son postulat de l'invariance de la vitesse de la lumière en toutes circonstances, y compris entre deux observateurs en mouvement relatif (Einstein ne reconnaît pas c +/- v entre deux observateurs en mouvement relatif, mais uniquement c=constant), Einstein introduit implicitement des unités de mesure variables : c reste strictement invariable, ce sont le mètre et la seconde qui varient en fonction de la vitesse de l’observateur.

Il va sans dire que ce procédé ne peut être ni valable ni admis en physique. Le fondement de toute mesure est une unité de mesure invariable, définie et fixée par décret administratif, et dont l'invariance est contrôlée avec une extrême rigueur. La longueur du mètre-étalon ou la durée de la seconde-étalon sont données par les instituts de métrologie nationaux et doivent être reproduites avec extrême exactitude pour que les mesures soient considérées comme valables et comparables entre elles - ce n’est pas nécessaire d’en expliquer la raison, elle est évidente. Une physique sans unités de mesure invariables est impossible et inadmissible, y compris dans la vie courante, c’est fondamental. Autrefois, la modification implicite d’une unité de mesure était considérée comme un délit d’escroquerie, qui était par exemple dans certains cas puni en Allemagne par la peine de mort, comme le relate le critique allemand Georges Bourbaki (pour les germanophones d’entre vous: Einstein und die Metrik von Raum und Zeit).

De plus, si l’on défend l’interprétation que les effets de la théorie de la relativité restreinte sont réels (et non pas des effets de perception), cela implique l’existence de deux réalités parallèles pour deux observateurs. Or, on part en science du principe intouchable qu’un événement ne peut se produire qu’une seule fois, en un seul lieu précis et à un seul moment précis. Si deux observateurs mesurent les coordonnées d’un évément avec leur propres unités de mesure différentes, cela implique que l’événement se produirait réellement deux fois, à deux endroits et à deux moments différents. C’est de l’ésotérisme, pas de la physique… Neutral
.

Eh bien non, mètre et secondes sont fixés arbitrairement.
Ainsi que le kg.
Le mètre est basé actuellement sur C supposé invariable.
Et la seconde dépend d'une fréquence.
Et si tu admets le décalage vers le rouge des fréquences lointaines, tu dois bien admettre que la seconde est variable et s'allonge avec la distance dans le temps.

Donpanic n'a pas tout à fait tort, même si c'est exprimé un peu abruptement (ce que je déplore), quand il dit que tu ne poses pas des questions dans le but d'augmenter tes connaissances, mais bien pour faire admettre une théorie certainement plus fausse que la RR...
Et Buck a bien raison de conserver et d'utiliser la RR.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anthracite

avatar

Nombre de messages : 6215
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: Blog sur la critique de la théorie de la relativité    Dim 27 Jan 2013 - 17:21

Pour en revenir à mes moutons. Wink
Pour maintenir C constant, il faut maintenir toute vitesse constante.

V = m/s
Mais aussi V = x.m/x.s
Il en résulte que la distance d parcourue vaut V.t pour le présent et V.x.t pour le passé.
Pas étonnant que la longueur d'onde de la lumière venue du passé augmente.
Pas étonnant, non plus, qu'on puisse "voir" un dépassement de C dans le passé.
Ce dépassement apparent provient du fait que l'on compare avec les secondes et les mètres actuels.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DonPanic

avatar

Nombre de messages : 1058
Date d'inscription : 19/04/2008

MessageSujet: Re: Blog sur la critique de la théorie de la relativité    Dim 27 Jan 2013 - 17:32

Anthracite a écrit:
Pour en revenir à mes moutons. Wink
Pour maintenir C constant, il faut maintenir toute vitesse constante.
V = m/s
Mais aussi V = x.m/x.s
Il en résulte que la distance d parcourue vaut V.t pour le présent et V.x.t pour le passé.
Pas étonnant que la longueur d'onde de la lumière venue du passé augmente.
Pas étonnant, non plus, qu'on puisse "voir" un dépassement de C dans le passé.
Ce dépassement apparent provient du fait que l'on compare avec les secondes et les mètres actuels.
Dans un système où toutes les propriétés physiques seraient liées entre elles, si tu choisis par erreur une constante qui s'avèrerait variable, tu auras nécessairement une autre constante qui variera, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lascienceadeuxmains.donpanic.org
Anthracite

avatar

Nombre de messages : 6215
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: Blog sur la critique de la théorie de la relativité    Dim 27 Jan 2013 - 18:49

Oui, il me semble.
Dans le cas qui nous occupe, il y en à même trois : le temps, la distance et la masse.(MKS).
Si l'on touche à l'une, on touche aux autres si on veut rester cohérent.

Par exemple, Altona pense que C est variable, ce qui, par définition, entraîne que le mètre est variable.
Du coup, la seconde doit être variable également et finalement la masse aussi.
Ce qui va à l'opposé de ce qu'elle veut démontrer.
Il est donc plus sage de considérer que C est invariable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DonPanic

avatar

Nombre de messages : 1058
Date d'inscription : 19/04/2008

MessageSujet: Re: Blog sur la critique de la théorie de la relativité    Dim 27 Jan 2013 - 19:22

Anthracite a écrit:
En pratique, depuis qu’on sait que l’univers est fini et en expansion, cette structure ne peut être fixe, elle doit avoir depuis son centre supposé une vitesse croissante au fur et à mesure qu’on s’éloigne de ce centre et également se diluer.
Avoir un centre, et donc des bords à moins qu'il existe un objet géométrique tel que tous ses points en seraient également le centre, est-ce vraiment cohérent avec un Univers présumé isotrope ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lascienceadeuxmains.donpanic.org
Altona

avatar

Nombre de messages : 219
Date d'inscription : 21/11/2007

MessageSujet: Re: Blog sur la critique de la théorie de la relativité    Dim 27 Jan 2013 - 19:31

Anthracite a écrit:


Eh bien non, mètre et secondes sont fixés arbitrairement.
Ainsi que le kg.
Le mètre est basé actuellement sur C supposé invariable.
Et la seconde dépend d'une fréquence.

Bien entendu, mètre et seconde sont fixés arbitrairement, je n'ai pas prétendu le contraire que je sache. Toutes les unités de mesure sont fixées arbitrairement, depuis que les unités de mesure existent, c'est-à-dire depuis des milliers d'années, c'est évident. Les anciennes unités de mesure le pied ou le pouce étaient par exemple la longueur du pied ou du pouce d'un roi quelconque. Une unité de mesure est une norme inventée et utilisée en commun par une communauté.

Le fait qu'une unité de mesure soit fixée arbitrairement n'a absolument rien à voir avec le fait qu'elle doit être invariable pour remplir son rôle d'unité de mesure, c'est évident aussi. Une unité de mesure variable est une absurdité, qui ne peut être d'aucune utilité. Des mauvaises langues disent par exemple qu'Einstein mesure les longueurs avec une élastique, ça veut tout dire... Razz

Une unité de mesure est donnée de nos jours par un institut de métrologie national, avec des instruments-étalons précautionnement entretenus dans des conditions défínies et stables (température, pression, etc.) pour justement réduire au maximum toute variation et les reproductions doivent être contrôlées et calibrées pour réduire également au maximum toute variation. C'est loin du principe de mesurer une longueur avec une élastique... La modification implicite d'une unité de mesure est non seulement absurde, mais inadmissible et interdite en physique: La mesure est fausse et non valable.

Si une montre par exemple tourne plus rapidement ou plus lentement que l'horloge-étalon, s'est qu'elle s'est déréglée, il faut la corriger et la resynchroniser. On ne peut pas dire : Bon d'accord, la seconde donnée par cette montre est plus courte ou plus longue que l'unité de mesure, c'est acceptable quand même, la montre marche correctement. Non, ce n'est pas acceptable, il faut dire, la montre avance ou retarde, c'est un défaut qu'il faut corriger, et non pas une mesure valable.
.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
buck



Nombre de messages : 2583
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: Blog sur la critique de la théorie de la relativité    Dim 27 Jan 2013 - 19:41

invariable dans un certain nombre de conditions, si tu sort de ces conditions ce n'est plus valable (le gramme ou kg n'a pas d'etalon meme la boule de silicium n'est pas valable, le metre etalon de napoleon n'est plus valable de nos jours ... )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anthracite

avatar

Nombre de messages : 6215
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: Blog sur la critique de la théorie de la relativité    Dim 27 Jan 2013 - 20:33

buck a écrit:
invariable dans un certain nombre de conditions, si tu sort de ces conditions ce n'est plus valable (le gramme ou kg n'a pas d'etalon meme la boule de silicium n'est pas valable, le metre etalon de napoleon n'est plus valable de nos jours ... )
Oui !

Mais Altona répond, faute sans doute de mieux, une fois de plus, à côté de la question...
Si C est variable, comme elle le prétend, le mètre et la seconde le sont aussi, puisque l'un et l'autre dépendent directement ou indirectement, pour leur définition, de la vitesse de la lumière : C
C'est sur ce point précis que j'aimerais une réponse !
Et pas, je regrette de le dire, par du blabla pour noyer le poisson (ou le poison : Je ? Wink )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Altona

avatar

Nombre de messages : 219
Date d'inscription : 21/11/2007

MessageSujet: Re: Blog sur la critique de la théorie de la relativité    Dim 27 Jan 2013 - 20:55

buck a écrit:
invariable dans un certain nombre de conditions, si tu sort de ces conditions ce n'est plus valable

C'est ce que je dis : Par exemple, si une montre tourne plus lentement ou plus rapidement que la norme, la mesure n'est pas valable et pas comparable avec d'autres mesures effectuées en conformité avec la norme. Il faut corriger son fonctionnement ou la resynchroniser.

Il n'est pas question en métrologie d'accepter toutes les mesures de toutes les montres comme étant valables indépendemment de la norme, c'est-à-dire d'accepter une seconde plus longue ou plus courte que la seconde donnée par les instruments-étalons des instituts de métrologie. De même, le mètre de la révolution française, dont la longueur a été modifiée officiellement deux ou trois fois jusqu'ici, était valable du temps de Napoléon, il n'est plus valable de nos jours.

Le temps propre de chaque observateur, qui lui serait donné par la montre qu'il porte, sans référence à quoi que ce soit, comme Einstein le pose en principe, est non valable en métrologie. Mesurer signifie comparer avec un instrument de mesure de référence. On ne peut pas mesurer valablement sans comparer avec une norme valable et acceptée par tous.

Einstein a par exemple dit un jour, en substance: "Trois minutes avec une jolie fille sont bien plus courtes que trois minutes sur un poêle brûlant". C'est incontestablement vrai en temps qu'effet de perception psychologique, c'est incontestablement faux en métrologie : trois minutes sont trois minutes. Si une montre mesure dans ce cas trois minutes et une autre montre mesure plus ou moins que trois minutes, une des mesures est fausse, elles ne peuvent pas être valables toutes les deux.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DonPanic

avatar

Nombre de messages : 1058
Date d'inscription : 19/04/2008

MessageSujet: Re: Blog sur la critique de la théorie de la relativité    Dim 27 Jan 2013 - 20:57

Anthracite a écrit:
Du coup, la seconde doit être variable également et finalement la masse aussi.
Ce qui va à l'opposé de ce qu'elle veut démontrer.
Il est donc plus sage de considérer que C est invariable.
dans les conditions de température de pression du vide Very Happy précisons-le


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lascienceadeuxmains.donpanic.org
Anthracite

avatar

Nombre de messages : 6215
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: Blog sur la critique de la théorie de la relativité    Dim 27 Jan 2013 - 20:58

DonPanic a écrit:
Anthracite a écrit:
En pratique, depuis qu’on sait que l’univers est fini et en expansion, cette structure ne peut être fixe, elle doit avoir depuis son centre supposé une vitesse croissante au fur et à mesure qu’on s’éloigne de ce centre et également se diluer.
Avoir un centre, et donc des bords à moins qu'il existe un objet géométrique tel que tous ses points en seraient également le centre, est-ce vraiment cohérent avec un Univers présumé isotrope ?
Ben, je dirai en expansion, donc variant avec le temps, mais par rapport à quoi ?
Je ne vois, comme réponse que par rapport à lui.
Ce qui fait qu'il m'est difficile de te répondre.

Néanmoins :
Je me suis bien gardé de dire que tous ses points seraient le centre.
Je crois même qu'un seul petit point central serait impossible à trouver.
Ce que je disais plus haut au sujet du centre de masse...

Et , pour te faire plaisir, tout n'est pas né d'une petite sphère, mais bien d'une singularité.
Note qu'ici, j'aime bien faire usage d'images, il est possible que tu ne trouves pas cette réponse satisfaisante et, si ça t'intéresse, on peut essayer de préciser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anthracite

avatar

Nombre de messages : 6215
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: Blog sur la critique de la théorie de la relativité    Dim 27 Jan 2013 - 21:01

Altona a écrit:
buck a écrit:
invariable dans un certain nombre de conditions, si tu sort de ces conditions ce n'est plus valable


CQFD
Je rapelle :
Citation :
Mais Altona répond, faute sans doute de mieux, une fois de plus, à côté de la question...
Si C est variable, comme elle le prétend, le mètre et la seconde le sont aussi, puisque l'un et l'autre dépendent directement ou indirectement, pour leur définition, de la vitesse de la lumière : C
C'est sur ce point précis que j'aimerais une réponse !
Et pas, je regrette de le dire, par du blabla pour noyer le poisson (ou le poison : Je ? )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Blog sur la critique de la théorie de la relativité    

Revenir en haut Aller en bas
 
Blog sur la critique de la théorie de la relativité
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les antineutrinos contredisent-ils la théorie de la relativité ?
» Théorie de la relativité
» pyramides et orion.
» La finitude selon Kant.
» La théorie de la relativité d'Einstein§

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORSV : Forum de Sciences et de Vie :: Sciences :: Physique-
Sauter vers: