FORSV : Forum de Sciences et de Vie

Forum scientifique
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 APPRENTISSAGE DE LA LECTURE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
lgda



Nombre de messages : 4516
Date d'inscription : 08/02/2007

MessageSujet: Re: APPRENTISSAGE DE LA LECTURE   Mar 12 Juin 2012 - 13:25

Le Vieux a écrit:
Salut

Ce qui me rappelle ce que disait Esope au sujet de ce qu'il y avait de pire et de meilleur...
Le Vieux
Salut Le Vieux !

Je te mets ci-dessous la véritable histoire des langues, tu sauras apprécier cette correction:
Citation :
Un certain jour de marché, Xantus, qui avait dessein de régaler quelques-uns de ses amis, lui commanda d'acheter ce qu'il y aurait de meilleur, et rien autre chose. "Je t'apprendrai, dit en soi-même le Phrygien, à spécifier ce que tu souhaites, sans t'en remettre à la discrétion d'un esclave." Il n'acheta que des langues, lesquelles il fit accommoder à toutes les sauces, l'entrée, le second, l'entremets, tout ne fut que langues. Les conviés louèrent d'abord le choix de ces mets; à la fin ils s'en dégoûtèrent. "Ne t'ai-je pas commandé, dit Xantus, d'acheter ce qu'il y aurait de meilleur? - Et qu'y a-t-il de meilleur que la langue? reprit Ésope. C'est le lien de la vie civile, la clef des sciences, l'organe de la vérité et de la raison. Par elle on bâtit les villes et on les police; on instruit; on persuade; on règne dans les assemblées; on s'acquitte du premier de tous les devoirs, qui est de louer les Dieux. - Eh bien (dit Xantus, qui prétendait l'attraper), achète-moi demain ce qui est de pire: ces mêmes personnes viendront chez moi, et je veux diversifier." Le lendemain, Ésope ne fit servir que le même mets, disant que la langue est la pire chose qui soit au monde: "C'est la mère de tous débats, la nourrice des procès, la source des divisions et des guerres. Si l'on dit qu'elle est l'organe de la vérité, c'est aussi celui de l'erreur et, qui pis est, de la calomnie. Par elle on détruit les villes, on persuade de méchantes choses. Si d'un côté elle loue les Dieux, de l'autre, elle profère des blasphèmes contre leur puissance." Quelqu'un de la compagnie dit à Xantus que véritablement ce valet lui était fort nécessaire, car il savait le mieux du monde exercer la patience d'un philosophe. "De quoi vous mettez-vous en peine? reprit Ésope. - Et trouve-moi, dit Xantus, un homme qui ne se mette en peine de rien.

Et si le reste de l'histoire d'Ésope t'intéresse, viens t'en ICI !
Cela en vaut la peine !

_________________
Quidquid latine dictum sit, altum videtur

Le Génie Des Alpages  Alpages  Alpages  Alpages  Alpages  Alpages
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
passerosegrive



Nombre de messages : 93
Age : 57
Localisation : CAMPAGNE PICARDE
Date d'inscription : 06/06/2012

MessageSujet: Re: APPRENTISSAGE DE LA LECTURE   Mar 12 Juin 2012 - 13:59

MAGNIFIQUE "IGDA"!! queen
ESOPE et l'histoire des Langues..

Je vous recopie "Le goût des mots" de Philippe DELERM

"Les Mots nous intimident. Ils sont là, mais semblent dépasser nos pensées, nos émotions, nos sensations. Souvent nous disons:"Je ne trouve pas les mots."Pourtant, les mots ne seraient rien sans nous.
Ils sont déçus de rencontrer notre respect, quand ils voudraient notre amitié. Pour les apprivoiser, il faut les soupeser, les regarder, apprendre leurs histoires, et puis jouer avec eux, sourire avec eux. Les approcher pour mieux les savourer, les saluer, et toujours un peu en retrait, se dire.., je l'ai sur le bout de la langue- le goût du mot qui ne me manque déjà plus."

et de BRASSENS" Souvent les mots nous font dire des choses que nous ne soupçonnions même pas en nous."

Voilà pourquoi nous devons aimer les mots...mais je vois que je suis , sur ce Forum, arrivée chez des connaisseurs et des passionnés de MOTS! I love you
flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Vieux



Nombre de messages : 5877
Age : 66
Localisation : Liège
Date d'inscription : 08/02/2007

MessageSujet: Re: APPRENTISSAGE DE LA LECTURE   Mar 12 Juin 2012 - 15:40

Salut

Citation :
Et si le reste de l'histoire d'Ésope t'intéresse, viens t'en ICI !
Cela en vaut la peine !


Oui, cela vaut la peine, je connaissais très peu l'histoire d’Ésope, je n'ai pas encore tout lu, l'article est assez long, et comme je suis au boulot, je me dois de me refréner.

Le Vieux

_________________
S'occuper des grands problèmes de ce monde c'est bien, et même très bien, s'asseoir sous un arbre et regarder les nuages passer c'est très bien aussi (L.V.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yoda



Nombre de messages : 2085
Age : 38
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 11/02/2007

MessageSujet: Re: APPRENTISSAGE DE LA LECTURE   Mar 12 Juin 2012 - 16:23

Steph a écrit:
Ce que je veux dire c'est la télé est souvent vue comme une sorte d'objet démoniaque par les moralisateurs mais cela peut être un merveilleux outil d'éducation s'il est utilisé correctement.
Bon d'accord les faits montrent qu'il n'est pas utilisé correctement mais la majorité de la population (une majorité allant croissant si on regarde les statistiques) mange mal également, est-ce une raison pour diaboliser la nourriture?
Les "moralisateurs" qui voient le mal dans la télévision pointent également du doigt les sucreries, les sodas et les barres chocolatées. Tu voies bien que télévision et nourriture sont du même combat ! (en plus concernant le problème de la malbouffe, il est intrinsèquement lié à la télévision, qui favorise très fortement les mauvais comportements alimentaires - mais j'admets que le jdr aussi drunken - sans les pubs toutefois)

"C'est pas sorcier" existe toujours, c'est d'ailleurs je crois la seule émission scientifique de la télé française (E=M6, je la range pas comme émission scientifique).
Il existe d'ailleurs deux jeux vidéos basés sur l'émission : voila qui permet d'apprendre des choses scientifiques en libérant un peu de temps pour les parents et en étant bien plus actif que devant la télé.
Parce qu'il faut bien comprendre que le problème posé par la télévision ne tient pas qu'à la médiocrité des programmes, mais à l'objet en lui-même. Un enfant n'apprend pas à dessiner, à réfléchir ou à jouer devant la télé, et même si l'émission est ultra-intéressante, s'il est seul devant, il ne fait qu'ingurgiter les images.

_________________
yoda

Les gens sont prêts à tout pour sauver le monde, excepté prendre des cours de science.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rolistesnantais.blogspot.fr/
buck



Nombre de messages : 2578
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: APPRENTISSAGE DE LA LECTURE   Mar 12 Juin 2012 - 16:52

yoda a écrit:


Parce qu'il faut bien comprendre que le problème posé par la télévision ne tient pas qu'à la médiocrité des programmes, mais à l'objet en lui-même. Un enfant n'apprend pas à dessiner, à réfléchir ou à jouer devant la télé, et même si l'émission est ultra-intéressante, s'il est seul devant, il ne fait qu'ingurgiter les images.
Pas forcement, tu sera surprise dans qq temps quand ton monstre viendra te poser des questions sur ce qu'il voit, tu sera surprise quand il participera a dora l'exploratrice Wink
Dans le genre qui etait bien les serie il etait une fois, pour l'instant je constate que les miens ca leur passe encore au dessus de la tete, c#est pas sorcier, semble interresser parfois Arthur. Si par contre il y a une emission sur les dynosaures, les 2 sont scotches devant la tv . (dans le genre sympa il y a prove it sur gully vers midi qui est sympa a voir avec eux enfin si ca passe encore
Il suffit de trouver ce qui les interresse, arreter de diaboliser la tv, c'est la maniere dont on l'utilise qui importe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steph



Nombre de messages : 7689
Date d'inscription : 09/03/2007

MessageSujet: Re: APPRENTISSAGE DE LA LECTURE   Mar 12 Juin 2012 - 17:09

yoda a écrit:
Parce qu'il faut bien comprendre que le problème posé par la télévision ne tient pas qu'à la médiocrité des programmes, mais à l'objet en lui-même. Un enfant n'apprend pas à dessiner, à réfléchir ou à jouer devant la télé, et même si l'émission est ultra-intéressante, s'il est seul devant, il ne fait qu'ingurgiter les images.

Regarder une émission scientifique demande beaucoup d'efforts de réflexion et si les parents jouent le jeu ca peut déboucher sur des discussions et des réflexions particulièment intéressantes(*)
A l'école l'enfant ne dessine pas non plus ni ne joue pendant 8h et pourtant l'école est le centre d'apprentissage par excellence.

(*) avec des limites toutefois. De par ma formation scientifique j'ai tendance à aller trop loin avec les enfants, à leur demander trop et ils se désintéressent alors d'un coups. Il est difficile de connaitre les limites des enfants, limite d'apprentissage et limite d'intérêt. Quand on pense que j'ai aussi une formation pédagogique (minime je l'avoue), on imagine que ce n'est pas une tâche aisée pour les parents. Je crois que le rôle de l'école est absolument primordial parce que les professeurs savent ce qu'ils font et celui des parents est juste un apport secondaire mais il ne faut pas se leurrer: ce n'est pas en s'occupant des enfants pendant quelques heures le week-end qu'on leur apprendra beaucoup. Avec ou sans télé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yoda



Nombre de messages : 2085
Age : 38
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 11/02/2007

MessageSujet: Re: APPRENTISSAGE DE LA LECTURE   Mar 12 Juin 2012 - 19:37

Comme un dessin vaut mille mots, je vous en fournis 10, tous réalisés par des enfants de 5-6 ans. Je doute que la qualité des émissions regardées y soit pour beaucoup, seulement la quantité :


Faut pas non plus prendre ça comme une agression contre vous, parents qui laissez voir la télé à vos enfants. Il est fort probable que le mien, quand il sera en âge, la regardera aussi, et j'essaierai au maximum de contrôler ce qu'il regarde et de l'éduquer à bien regarder la télévision, comme vous quoi ! De même qu'il mangera du nutella et des bonbons, mais en quantités raisonnables et au goûter.
Seulement l'argumentaire des émissions intelligentes pour enfants, ça ressemble à mes yeux au lait et aux noisettes du nutella : de l'argument marketing pour les parents, histoire d'inciter les plus recalcitrants en leur faisant croire que c'est ce qu'il y a de mieux pour leurs enfants. Or, de même qu'on peut donner des produits alimentaires avec des noisettes et du lait (voire drectement du lait et des noisettes) aux enfants sans tout le sucre et l'huile du nutella, un enfant peut apprendre des choses sans télévision qu'un autre apprendra par le biais d'émissions TV.

Bref, en vertu des grands axiomes de la parentalité que sont "Avant, j'avais des principes, maintenant j'ai des enfants" et "Télé du matin rend crétin, télé du soir rend service", Raphaël regardera la télé, un jour, même si je ne compte pas lui faire mater des dessins animés avant qu'il ait 3 ans et ensuite au maximum le faire regarder des DVD pour éviter les pubs (mais en vertu des axiomes plus haut, rien n'est moins sûr). Mais de là à dire que c'est ce qu'il y a de mieux pour lui ou que c'est ce qu'il faut faire... ne poussons pas le bouchon !

_________________
yoda

Les gens sont prêts à tout pour sauver le monde, excepté prendre des cours de science.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rolistesnantais.blogspot.fr/
passerosegrive



Nombre de messages : 93
Age : 57
Localisation : CAMPAGNE PICARDE
Date d'inscription : 06/06/2012

MessageSujet: Re: APPRENTISSAGE DE LA LECTURE   Mar 12 Juin 2012 - 19:39

Si je puis me permettre...les enfants du haut et les enfants du bas du dessin n'ont pas le même âge.... No
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
narduccio



Nombre de messages : 4527
Age : 57
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: APPRENTISSAGE DE LA LECTURE   Mar 12 Juin 2012 - 19:42

PASSEROSEGRIVE a écrit:
Si je puis me permettre...les enfants du haut et les enfants du bas du dessin n'ont pas le même âge.... No

Il faudra que je retrouve l'étude en question : mais, ils ont bien le même age ...

PS : mais, certains spécialistes ont trouvé des biais dans cette étude. Effectivement, plus les parents sont d'une classe aisé, moins l'enfant regarde seul la télé et plus il est en compagnie d'adultes. Or, on sait depuis longtemps que les enfants des milieux favorisés réussissent mieux à l'école (parce que justement, leurs parents leur consacre plus de temps ou peuvent déléguer cette tâche à d'autres adultes). Les spécialistes qui critiquent cette étude disent qu'en fait, on a démontré que plus l'enfant est dans un environnement social riche où l'on ne le laissera pas seul, mieux il réussira. Le fait qu'il se retrouve seul pendant plusieurs heures devant la télé est juste une conséquence de la situation sociale de ses parents.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable


Dernière édition par narduccio le Mar 12 Juin 2012 - 19:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Anthracite



Nombre de messages : 6215
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: APPRENTISSAGE DE LA LECTURE   Mar 12 Juin 2012 - 19:43

Le Vieux a écrit:
Salut

Citation :
Ce que je veux dire c'est la télé est souvent vue comme une sorte d'objet démoniaque par les moralisateurs mais cela peut être un merveilleux outil d'éducation s'il est utilisé correctement.

Le Vieux
Mais il ne l'est pas, les parents manquant de temps.
Ben c'est normal, notre société veut qu'ils travaillent tous les deux et soient bien crevés quand ils rentrent le soir...
Et les grands-parents ont parfois, regardant leur descendance, l'impression qu'ils ont déjà donnés... pour rien, et, ne les accablent pas trop en se disant qu'ils ne sont pas là pour si peu de temps et pour ça !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anthracite



Nombre de messages : 6215
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: APPRENTISSAGE DE LA LECTURE   Mar 12 Juin 2012 - 19:48

PASSEROSEGRIVE a écrit:
Si je puis me permettre...les enfants du haut et les enfants du bas du dessin n'ont pas le même âge.... No
Bah, plus ils sont vieux, mieux sont-ils éduqués, ce qui promet pour le futur... Twisted Evil
Mais, c'est notre société qui le veut ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
passerosegrive



Nombre de messages : 93
Age : 57
Localisation : CAMPAGNE PICARDE
Date d'inscription : 06/06/2012

MessageSujet: Re: APPRENTISSAGE DE LA LECTURE   Mar 12 Juin 2012 - 19:50

Entièrement d'accord avec "Le Vieux"....

Mais si Anthracite, on peut avoir du temps pour gérer la télé...surtout avec les télécommandes, les programmes affichés sur écran...

Moi j'ai connu:....pas de zapette....TELERAMA pour piocher comme on peut...le noir et blanc....le poste de 100kgs... affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
passerosegrive



Nombre de messages : 93
Age : 57
Localisation : CAMPAGNE PICARDE
Date d'inscription : 06/06/2012

MessageSujet: Re: APPRENTISSAGE DE LA LECTURE   Mar 12 Juin 2012 - 19:56

IMMENSE DEBAT A LANCER....ANTHRACITE:

La "société" éduque-t-elle de moins en moins bien ses enfants????

Pour mon humble part, et ayant eu contact avec bon nombre de jeunes parents, je les trouvais bien conscients des "codes sociaux": respect, politesse, règles de vie, rythme de vie aussi pour les petits, et très respectueux de l'Ecole(j'aime bien lui mettre un E majuscule)! I love you

Mais vous allez me dire que j'étais sûrement dans un coin privilégié...petite ville picarde...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
narduccio



Nombre de messages : 4527
Age : 57
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: APPRENTISSAGE DE LA LECTURE   Mar 12 Juin 2012 - 19:56

Anthracite a écrit:
Le Vieux a écrit:
Salut

Citation :
Ce que je veux dire c'est la télé est souvent vue comme une sorte d'objet démoniaque par les moralisateurs mais cela peut être un merveilleux outil d'éducation s'il est utilisé correctement.

Le Vieux
Mais il ne l'est pas, les parents manquant de temps.
Ben c'est normal, notre société veut qu'ils travaillent tous les deux et soient bien crevés quand ils rentrent le soir...
Et les grands-parents ont parfois, regardant leur descendance, l'impression qu'ils ont déjà donnés... pour rien, et, ne les accablent pas trop en se disant qu'ils ne sont pas là pour si peu de temps et pour ça !

Histoire d'un gâchis "éducatif" :
http://www.lemonde.fr/a-la-une/article/2012/06/12/merah-l-enfance-d-un-terroriste_1717066_3208.html
Citation :
L'écriture ronde et appliquée s'étale sur une grande page blanche. Cette lettre rédigée "à Toulouse le 22 avril 2003", certainement avec l'aide d'une amie, ou de l'une de ses filles, est celle d'une mère en détresse.
"Madame le Juge. Je viens par la présente vous faire part du cas de mon fils Mohamed Merah. En effet, suite à ma demande et à votre décision, mon ex-mari M. Mohamed Merah a eu la garde définitive de notre fils. Malheureusement, (...) celui-ci (...) s'est échappé de chez son père pour revenir à mon domicile, nous a agressées physiquement, sa sœur et moi, et [mis] mon appartement dans tous les sens (...). Son éducateur m'a soutenu qu'il ne pouvait rien faire pour lui et qu'aucune institution ne lui est adaptée. (...) La violence de mon fils est telle que je me trouve dans l'incapacité d'y faire face. En plus de son agressivité, son discours est la 'mort'. Madame le Juge, je fais (...) appel à votre aide [pour trouver] une solution qui (...) rétablir[a] en lui des notions de limites et de cadres (...). Veuillez agréer, Madame le Juge, l'expression de mes salutations distinguées."

Ce manuscrit n'est qu'une feuille parmi d'autres glissées par centaines dans le dossier d'instruction de l'affaire Merah. S'y trouvent aussi des notes d'éducateurs, des rapports d'assistantes sociales, des expertises de psychologues. Tous ces documents racontent l'histoire d'une famille et témoignent du climat de violence et du manque d'amour dans lequel le tueur au scooter a grandi. Ce père absent, dont il est le treizième enfant, retourné en son pays, l'Algérie, une fois la retraite venue. Cette mère battue par son mari, terrorisée par son cadet, Abdelkader, qui n'a pas eu l'énergie, pas trouvé les ressources pour sortir son petit dernier, Mohamed, de la spirale infernale. L'environnement familial n'explique pas tout. Les quartiers déshérités de la Ville rose non plus. C'est aussi ça l'histoire de Mohamed Merah : la quête incessante d'un gamin qui n'a jamais trouvé ses repères.

PREMIÈRE FUGUE À 4 ANS

Son père est arrivé en France au milieu des années 1960. A cette époque, le pays n'était qu'un vaste chantier et les hommes par milliers traversaient la Méditerranée pour aider à la reconstruction. Là où la main-d'œuvre manquait, des immigrés posaient leur sac. Mohamed Merah s'arrête à Bourges, dans une fonderie de matériel agricole. Puis ce sera Toulouse, et les fours à biscottes de l'usine Paré, l'ancêtre des pains grillés Heudebert. Le soir, dans les foyers de travailleurs, des hommes s'ennuient de leur femme restée au pays et de ces petits qui grandissent sans eux. Mohamed Merah a sept enfants de son premier mariage avec Fatma. Viendront six autres (l'une ne vivra pas) de sa seconde épouse, Zoulikha, une jolie brune de quinze ans sa cadette, qu'il épouse non loin d'Alger, un vendredi de janvier 1975.

De la France, Zoulikha n'aura longtemps pour image que l'aéroport de Blagnac et cet alignement de barres de béton où son mari s'est installé, au sud de Toulouse. Elle le rejoint au printemps 1981, Abdelghani et Souad dans les bras et alors qu'elle attend un nouvel enfant. La jeune femme n'a pas de diplôme, n'est même jamais allée à l'école, mais trouvera bien quelques ménages, pense-t-elle. Aïcha naît six mois plus tard. La famille s'agrandit encore l'année suivante avec la naissance d'Abdelkader. L'appartement est vaste, garçons et filles ont chacun leur chambre. Leurs rires résonnent dans les coursives de ces longs immeubles balayées par les courants d'air.

Dans le huis clos familial, l'ambiance est plus lourde. Les journées à l'usine sont épuisantes, les 2 300 francs mensuels n'autorisent aucun extra. Certains soirs, des pleurs s'élèvent de la chambre des parents. Des cris parfois. Les enfants sont témoins de violentes disputes. Dix ans après son arrivée en France, Zoulikha fuira les coups de ce mari brutal. Le divorce des époux est prononcé en 1993. Entre-temps, un petit dernier avait vu le jour, en octobre 1988. On lui donnera le prénom du père. Mohamed Merah n'a pas 4 ans lorsque ses parents se séparent. C'est à cette époque qu'il fugue pour la première fois. "Il attendait que tout le monde dorme pour sortir seul dans la rue, la nuit, pour faire comme les plus grands", relate en 2002 une psychologue expert de la cour d'appel de Toulouse. A "7 ans, il parlait d'un homme qui parlait dans sa tête", confiera plus tard sa mère aux policiers.

ABDELKADER, LE GRAND-FRÈRE EN CRISE


Zoulikha - redevenue Aziri - ne travaille pas et vit des 1 000 francs de pension versés par son mari. Elle se retrouve seule pour élever cinq enfants dans un pays dont elle parle mal la langue. Les aînés quittent la maison rapidement. Restent Aïcha et les deux derniers, Abdelkader et Mohamed, sur lesquels elle perd vite toute autorité. Les garçons adoptent les lois de la cité. Abdelkader a 13 ans lorsqu'un premier signalement est fait au juge. Il sort beaucoup, rentre tard le soir et s'oppose durement à sa mère. Dans le quartier des Izards, où ils vivent alors, les frères Merah sont connus pour de menus larcins, espaces verts saccagés, vitres brisées. Zoulikha Aziri s'inquiète pour son petit dernier, qui a déjà redoublé son CP, a été placé en foyer et dont "le seul exemple masculin à la maison", note un rapport de l'aide sociale à l'enfance, est son grand frère Abdelkader.

L'année 2000 marque un tournant. Mohamed fait son entrée en 6e, à Bellefontaine, le collège du quartier. Les résultats du premier trimestre sont plutôt bons : 15,5 en anglais, 14,5 en histoire-géo, 12,5 en maths, 13,75 en rédaction. Il excelle en arts plastiques (17). Le comportement en revanche est "trop souvent inadmissible". Mohamed "aimerait que sa mère puisse lui consacrer plus de temps et d'attention, explique une assistante sociale, [mais] il pense qu'[elle] est trop occupée par Abdelkader pour s'occuper de lui".

"Kader", c'est ainsi qu'on l'appelle dans le quartier, la terrorise et impose sa loi à la maison. Il ramène un pitbull. Elle ne peut rien dire. La chienne saccage tout, déchiquette les cahiers de Mohamed. Les colères d'Abdelkader contre sa mère sont "particulièrement violentes". Un jour qu'elle rentre d'une visite chez une amie, elle découvre Mohamed en sang. "Il avait été mordu à la cuisse et à la poitrine par l'un des pitbulls de son frère", précisent les services sociaux. "Madame a tenté de demander des explications à son fils aîné. Celui-ci est entré en crise et a donné trois coups de pied violents dans le dos de Mohamed."

Pendant des jours, Zoulikha Aziri n'osera pas rentrer chez elle. Alors Mohamed dort chez Souad, sa sœur aînée, dont l'appartement servira souvent de refuge. L'alerte sera donnée par le collège, le 6 février 2001. Mohamed, "un enfant particulièrement doué (...) est en danger grave ainsi que sa mère, écrit la principale au procureur. Il est urgent (...) d'intervenir dans le milieu familial afin de rétablir le calme. Mohamed risque de se transformer en adolescent dangereux au vu de ses capacités intellectuelles." "La maman est recueillie par une voisine. Mohamed est le seul à pouvoir entrer dans l'appartement quand son frère y est. Il est totalement soumis à [ce dernier]." Le jour où l'assistante sociale a poussé la porte des Merah, elle a découvert un "appartement (...) complètement dévasté : tapisserie arrachée, meubles détruits. Les seules pièces habitables étaient la cuisine, la chambre de Mohamed et celle de sa mère".

À SON TOUR, IL LÈVE LA MAIN SUR SA MÈRE


Dans ce vaste chaos, les cours deviennent accessoires. Les rares apparitions de Mohamed au collège riment avec "incidents", "menace de mort", "exclusion". Les services sociaux qui continuent de suivre la famille s'inquiètent de cet enfant sans "aucun repère", "dont personne [ne] se soucie" et "qui évolue au milieu d'un grand vide affectif". "Il ne sait pas où aller après le collège (...). Le soir, il reste donc dans le quartier de Bellefontaine, où il retrouve des copains." Les vacances d'été approchent. "Mohamed va se retrouver deux mois sans activité."

Zoulikha Aziri espérait secrètement que la situation s'arrangerait à la rentrée de septembre. Abdelkader a pris un appartement, Mohamed passe en 5e. Mais son petit dernier marche dans les pas de ce frère Kader, dans lequel il cherchera toute sa vie un "modèle masculin à qui s'identifier". Comme lui, il passe les soirées dehors, se couche au petit matin. A son tour, il lève la main sur sa mère, dont il refuse l'autorité. "Il me frappait, me mordait, vidait tout le frigo par terre, cassait tout (...). Je ne peux pas lui parler méchamment, sinon il s'échappe ou alors il m'insulte devant tout le monde, et j'ai honte", confie Zoulikha Aziri à cette même psychologue de la cour d'appel de Toulouse en 2002.

L'idée d'un placement en foyer fait son chemin - "dans trois mois, ce sera probablement déjà trop tard", prévient une psychologue. Les éducateurs envisagent cette solution avec prudence, Mohamed la vivrait comme un nouvel abandon. Un autre signalement du collège précipitera les choses. Un vendredi matin de janvier 2002, Zoulikha Aziri est arrivée avec des marques au visage et des traces de morsures sur les bras. Son fils l'a frappée toute la nuit.

PLACEMENT EN FOYER

Quinze jours plus tôt, elle avait déjà reçu des coups de balai et des pierres au visage. Mohamed est placé en urgence en foyer. La semaine suivante, lorsque le garçon entend sa mère hésiter à l'idée de le récupérer dès le samedi, il entre dans une colère noire, menace de se suicider. "Le juge avait dit que je pourrais aller chez moi le week-end. Ma mère m'a dit quelque chose et ça m'a énervé, explique-t-il aux policiers qui l'interrogent pour le coup-de-poing lancé en pleine figure à l'assistante sociale (...). Je suis énervé aussi parce que tout le temps je suis placé. (...) Je suis dégoûté d'être dans un foyer."

Les éducateurs du foyer en question vivent un enfer. "Il injurie, insulte les filles, (...) qui nous demandent de les protéger et de fermer leur chambre à clé, rapporte le chef de service. Chaque jour, nous devons intervenir pour une dégradation, un vol, un conflit, une agression dont Mohamed est l'auteur." Il faudrait un adulte à temps plein pour s'occuper de cet enfant, mais il refuse autant d'être soumis à "l'autorité des adultes" qu'il réclame sans cesse leur affection. Un jour, lors d'un séjour au ski dans les Hautes-Pyrénées, il monte sur le toit du centre. Il va en finir, prévient-il. Les éducateurs ne comptent plus ses menaces de suicide, pas davantage ses fugues, "qui, toutes, le conduisent chez sa mère et dont il revient soit par les services de police, soit par ses propres moyens".

Cette tentative de placement sera suivie de beaucoup d'autres, toutes restées sans effet. Sur ces dizaines de rapports accumulés par le juge pour enfants de Toulouse, on lit le désarroi de professionnels. Ils y décrivent une famille en détresse, un jeune homme incontrôlable qui balance des jardinières dans les halls des foyers, agresse les filles qui fument.

Cet adolescent mû par un sentiment "de toute-puissance" est aussi "un grand enfant sollicitant sans cesse les éducateurs", qui à 14 ans a des dents de SDF, "ne semble pas avoir intégré des acquis de base [comme] se nourrir, rester à table, faire sa toilette, se coucher le soir", se saoule de jeux vidéo et éprouve le besoin constant d'appeler "sa mère au téléphone". Un seul être trouve grâce à ses yeux : Luna, la chienne pitbull de son frère, à qui il a construit une niche. "J'ai une vie de merde, je vais tout le temps dans un foyer, j'ai pas de collège", résume-t-il d'une phrase.

"IL SAVAIT DÉMONTER UN SCOOTER COMME UN FOU"

Alors que faire ? Que faire de cet enfant "intelligent et extrêmement réactif", "constamment en éveil et agité", "angoissé", qui a une "extrême difficulté à reconnaître l'adulte" ? Existe-t-il au moins une solution ? L'éloigner du quartier, de sa famille ? Invariablement, il y retourne. Les parents sont démunis. Il terrorise sa mère, laquelle a par ailleurs d'autres soucis. Son propriétaire menace de l'expulser, l'une de ses filles a tenté de se suicider, ses deux autres garçons ne se supportent pas. De rage, Abdelkader a poignardé son aîné, resté plusieurs jours dans le coma.

Quant au père, il sort de trois ans de prison pour trafic de drogue. Il a bien proposé d'héberger Mohamed dès qu'il a retrouvé un appartement, mais il jettera l'éponge au bout de quelques mois, excédé par ce gamin qui n'obéit pas et le harcèle pour avoir un scooter, de nouvelles baskets. "Sale dealer, (...) t'es pas mon père, laisse-moi, je m'en fous de toi !", lui crache son fils en retour.

Cette longue litanie de tempêtes et de tourments ne connaît que de rares moments d'accalmie. C'était à l'orée de ses 16 ans. Mohamed n'a jamais caché sa passion pour les moteurs et les deux-roues - "Il savait démonter un scooter comme un fou", dira de lui l'un de ses collègues - et accepte de faire quelques stages chez des carrossiers. Ils "se sont tous très bien déroulés", note son éducateur. Mohamed se trouve même "très à l'aise (...) dans [c]e monde du travail" où les compliments fusent plus que les reproches.

Le voilà inscrit en CAP. "Mohamed est doué et travailleur (...). Le patron est plutôt élogieux à son égard, parlant d'un bon apprenti qui a tout pour réussir." Un autre carrossier l'accueille un an et demi. Mais son passé le rattrape brusquement. A sa majorité, tous ces mois de sursis cumulés (vols, conduites sans permis, violence en tout genre) se sont transformés en une peine de prison ferme : la justice l'a reconnu coupable d'avoir bousculé et volé une dame. Dix-huit mois pour un sac à main, Mohamed Merah crie à l'injustice. L'hiver suivant, il sera hospitalisé quinze jours après avoir essayé de se pendre avec son drap, le jour de Noël.

REBAPTISÉ "ABU YUSUF"

Mohamed Merah père voyait dans la religion un moyen de "protéger [ses enfants] de la mauvaise vie que menaient les Français et certains Algériens", a-t-il confié à Paris Match. Malgré l'argent que son père lui promettait en échange, le fils a longtemps boudé la prière. On ne sait rien de ce qui s'est passé en prison. Quand il en sort, c'est un adulte qui porte la robe traditionnelle et laisse pousser barbe et cheveux. Ses lectures changent, ses fréquentations aussi. Se radicalisent. Celui dont les psychologues n'ont cessé de répéter qu'il "a manqué de repères suffisamment structurants", a-t-il trouvé dans la pratique rigoriste de l'islam le cadre qui lui manquait ? Rien n'est jamais simple.

Mohamed Merah a fréquenté "des extrémistes", confirme sa mère aux policiers, mais, à en croire Souad, la grande sœur, sa relation "avec les barbus" n'aurait pas duré à cause du caractère "instable" et "capricieux" de son frère. Mohamed Merah quitte la robe, retrouve ses copains du quartier. Secrètement, il se rebaptise Abu Yusuf, en référence "à la sourate [qui parle] des épreuves de la prison", décrypte Abdelkader Merah, et refuse désormais curieusement d'utiliser le moindre téléphone.

Un matin, il disparaît. Dans le quartier, tout le monde le croit chez son père, en Algérie. A sa mère, il dit s'être engagé dans la Légion. Souad Merah a eu des doutes lorsque, à son retour, il lui raconte "avoir vu des tigres". Il n'y a pas de tigres en Algérie. En réalité, Mohamed Merah a traversé la Syrie, la Jordanie, a retrouvé son frère Kader au Caire, qui y suit officiellement des cours d'arabe littéraire. Avec fierté, il lui montre ses photos de Bagdad. Pour la suite de son périple, il hésite entre le Soudan et la Somalie.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Anthracite



Nombre de messages : 6215
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: APPRENTISSAGE DE LA LECTURE   Mar 12 Juin 2012 - 19:57

PASSEROSEGRIVE a écrit:
Entièrement d'accord avec "Le Vieux"....

Mais si Anthracite, on peut avoir du temps pour gérer la télé...surtout avec les télécommandes, les programmes affichés sur écran...

He bien non, avec la zappette, on ne peut pas aller pisser sans se retrouver sur une chaîne, qui obligeamment vous signale quant il faut rire.
C'est trop facile sans bouger de son fauteuil... Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yoda



Nombre de messages : 2085
Age : 38
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 11/02/2007

MessageSujet: Re: APPRENTISSAGE DE LA LECTURE   Mar 12 Juin 2012 - 20:00

narduccio a écrit:
Il faudra que je retrouve l'étude en question : mais, ils ont bien le même age ...
L'auteur de l'étude est le pédiatre allemand Peter Winterstein. Si je ne me trompe, les enfants étaient pris dans les mêmes classes (vu qu'ils ont 5-6 ans, c'est soit l'équivalent du CP, soit celui de la grande section de maternelle) et étaient tous scolarisés depuis l'âge de 3 ans.

Anthracite a écrit:
Mais il ne l'est pas, les parents manquant de temps.
Ben c'est normal, notre société veut qu'ils travaillent tous les deux et soient bien crevés quand ils rentrent le soir...
Dommage d'ailleurs que le temps partiel soit si difficile à obtenir et si mal vu, surtout pour les hommes. Les familles y ont beaucoup à gagner, mais en France, vouloir travailler moins (et gagener moins) est vu comme honteux.

_________________
yoda

Les gens sont prêts à tout pour sauver le monde, excepté prendre des cours de science.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rolistesnantais.blogspot.fr/
yoda



Nombre de messages : 2085
Age : 38
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 11/02/2007

MessageSujet: Re: APPRENTISSAGE DE LA LECTURE   Mar 12 Juin 2012 - 20:16

PASSEROSEGRIVE a écrit:
Moi j'ai connu:....pas de zapette....TELERAMA pour piocher comme on peut...le noir et blanc....le poste de 100kgs... affraid
Moi aussi, j'ai connu la télé sans télécommande et où on regardait les programmes. Du coup, je n'ai jamais regardé la télé de mon enfance, j'ai toujours regardé quelque chose à la télé.
Ce que je veux dire, c'est qu'à l'époque (je n'avais accès qu'à 3 chaines), je regardais le programme, et si une émission m'intéressait, je programmais de la voir, et j'allumais la télévision sur la bonne chaine à l'heure de l'émission et je l'éteignais après.
La notion de regarder la télé, c'est-à-dire allumer la télé sans savoir ce qui passe et naviguer de chaine en chaine m'était érangère jusqu'à ce que je rencontre mon homme. Pour moi, la télécommande ne servait qu'à éviter les pubs au milieu de l'émission qu'on veut voir. Mais se dire "je vais regarder la télé pendant une heure", regarder une émission qu'on n'a pas choisi et la couper avant la fin, ça me semble trop bizarre... Mais c'est vrai que j'ai eu la chance de grandir à la campagne, cela a joué aussi, j'avais un gros panel d'activités à ma disposition, je pouvais sortir à tout moment. Pour beaucoup d'enfants, la télé ne sert qu'à tromper l'ennui, du coup ils la regardent même s'il n'y a rien d'intéressant, car ils n'ont rien de mieux à faire. Et puis j'avais aussi ma mère à la maison, quand un gamin fait une journée complète d'école (maintenant très longue) + garderie, il est normal qu'il aspire une fois rentré à la maison à se reposer le cerveau. Après tout les adultes aussi, après une journée de travail particulièrement difficile, ils préfèrent la zapette à un roman, ça demande moins d'efforts.

_________________
yoda

Les gens sont prêts à tout pour sauver le monde, excepté prendre des cours de science.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rolistesnantais.blogspot.fr/
passerosegrive



Nombre de messages : 93
Age : 57
Localisation : CAMPAGNE PICARDE
Date d'inscription : 06/06/2012

MessageSujet: Re: APPRENTISSAGE DE LA LECTURE   Mar 12 Juin 2012 - 20:43

Oui "YODA" j'aime bien votre réponse..."regarder quelque chose à la télé"...cela inclus le fait du choix, primordial...

En effet, ce qu'il faut c'est "faire avec" les enfants...cuisine, petits bricolages, jardin quand on a...mille et une activités qui ouvrent l'esprit, permettent d'échanger vraiment!

Après, la télé permet d'enrichir dans le sens apporter un plus quand par exemple, sur la 5, ARTE on voyage on s'informe...

Quelques magazines que j'aime bien aussi: THALASSA...PETITRENAUD et ses merveilleux chefs cuisiniers....DES RACINES ET DES AILES..."On les sent VRAIS ces gens-là ...on a envie de les suivre..." après quelques films...la série des MAUPASSANT était très bien..."Un village français"..."Les piliers de la terre"...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steph



Nombre de messages : 7689
Date d'inscription : 09/03/2007

MessageSujet: Re: APPRENTISSAGE DE LA LECTURE   Mar 12 Juin 2012 - 20:55

yoda a écrit:



Super explication.
Cela montre qu'il vaut mieux ne regarder qu'une heure de merde par jour plutôt que 3h!
Franchement ca demande vraiment vérification à travers une étude scientifique?

Je voudrais le même genre d'étude avec un nombre d'heures équivalent mais correspondant à des émissions éducatives.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anthracite



Nombre de messages : 6215
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: APPRENTISSAGE DE LA LECTURE   Mar 12 Juin 2012 - 21:38

Super, et ça marche même en physique : moins longtemps on est exposé à un péril, mieux ça vaut !
À mon avis le gars qui pense avoir innové en trouvant ça a été fort longtemps exposé à la télé !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yoda



Nombre de messages : 2085
Age : 38
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 11/02/2007

MessageSujet: Re: APPRENTISSAGE DE LA LECTURE   Mar 12 Juin 2012 - 23:33

Anthracite a écrit:
Mais il ne l'est pas, les parents manquant de temps.
Ben c'est normal, notre société veut qu'ils travaillent tous les deux et soient bien crevés quand ils rentrent le soir...
Il n'y a pas que le travail, il y a aussi les loisirs. Le temps passé sur Internet ou à regarder la télé, ce sont bien des moments pendant lesquels tu ne peux pas t'occuper de tes enfants. Je pense même qu'il y a pire, et que certains ne savent pas s'occuper sans l'intermédiaire d'un écran. J'ai la chance d'être une grande lectrice et de jouer beaucoup aussi, du coup j'envisage sans problème de partir en vacances sans télé et sans ordinateur. Mais pour bien des familles, sans télé, point de salut ! Un adulte français regarde la télé pas loin de 4h par jour en moyenne, j'ignore combien sur facebook etc, ça laisse moins de temps pour s'occuper des enfants !

Steph a écrit:
A l'école l'enfant ne dessine pas non plus ni ne joue pendant 8h et pourtant l'école est le centre d'apprentissage par excellence.
à l'école l'enfant n'est pas passif pendant toute la journée, il écrit, il chante, il dessine et il joue. C'est rare qu'il ne fasse qu'écouter le maitre sans rien dire, et ce sont justement ces cours magistraux qui sont considérés comme à éviter pour assurer une bonne éducation, un enfant actif apprenant bien mieux qu'un enfant passif.
En plus, un enfant passe plus de temps à regarder la télévision qu'à l'école...
Citation :
Un écolier scolarisé en école primaire a passé en moyenne 864 heures devant son professeur en 2010. Il en a passé 956 devant la télévision.
Source

Citation :
Cela montre qu'il vaut mieux ne regarder qu'une heure de merde par jour plutôt que 3h!
Franchement ca demande vraiment vérification à travers une étude scientifique?

Je voudrais le même genre d'étude avec un nombre d'heures équivalent mais correspondant à des émissions éducatives.
Visiblement oui ça demandait vérification, vu que tu as pas l'air de croire que rester passif devant la télé est nuisible. Et la valeuir des programmes n'y change rien ! Il ne s'agit pas du nombre d'heures passé à regarder de la merde, mais le nombre d'heures devant la télé tous programmes confondus. Statistiquement, les enfants qui ont fait les dessins du bas ont regardé plus d'émissions culturelles que ceux du haut, puisqu'ils regardent plus la télé ! Ce que disent les scientifiques, c'est que c'est la télévision en elle-même qui est nocive... Et qu'un enfant qui regarde 20 mn de truc débile par jour sera statistiquement plus intelligent qu'un gosse qui ingurgite 4 heures d'émissions culturelles. Parce qu'il aura 3h40 de plus par jour à être actif, et c'est en étant actif qu'on apprend.

Une autre étude scientifique montre un lien entre asthme et télévision. Là encore, c'est l'objet en lui-même et non la nature des émissions qui pose problème.
Idem d'ailleurs pour les liens entre télévision et obésité, ce ne sont pas les émissions qui rendent obèse, mais le fait de rester assis et les pubs qui les entourent.
Mais là, je donne un point à PASSEROSEGRIVE : les pubs qui encadrent les dessins animés sont bien plus riches en calories que celles qui entourent les reportages de la 5.

PASSEROSEGRIVE a écrit:
Après, la télé permet d'enrichir dans le sens apporter un plus quand par exemple, sur la 5, ARTE on voyage on s'informe...
Il existe aussi de bons livres et magazines de voyage, y compris destinés au jeune public. Avec l'avantage indéniable de pouvoir revenir dessus, encore et encore. Si une image nous plait dans dans un flux télévisuel, on ne peut pas s'arrêter dessus. Si une idée nous questionne, on n'a pas le temps d'y réfléchir, l'émission continue et il faut bien suivre... Du point de vue de la découverte, de la mise en critique et de la curiosité intellectuelle, rien ne remplace la lecture.

Là encore, qu'on se comprenne bien, je ne vois pas de mal à laisser les enfants regarder un peu la télévision, surtout si c'est cadré et vers des émissions intéressantes adaptées à son âge. mais ça me dérange qu'on vienne dire que c'est un formidable outil éducatif et qu'il serait dommage de s'en passer. Parce que si c'était vrai, les enfants qui ne regardent pas du tout la télé seraient moins intelligents et moins cultivés que ceux qui la regardent beaucoup. Or, les statistiques démontrent l'inverse ! Les enfants privés de télé sont très loin d'être coupés du monde, ignorants et asociaux, ils sont moins souvent en échec scolaire que les autres aussi.

_________________
yoda

Les gens sont prêts à tout pour sauver le monde, excepté prendre des cours de science.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rolistesnantais.blogspot.fr/
Anthracite



Nombre de messages : 6215
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: APPRENTISSAGE DE LA LECTURE   Mer 13 Juin 2012 - 19:37

yoda a écrit:
Anthracite a écrit:
Mais il ne l'est pas, les parents manquant de temps.
Ben c'est normal, notre société veut qu'ils travaillent tous les deux et soient bien crevés quand ils rentrent le soir...
Il n'y a pas que le travail, il y a aussi les loisirs. Le temps passé sur Internet ou à regarder la télé, ce sont bien des moments pendant lesquels tu ne peux pas t'occuper de tes enfants.
Je limite, en moyenne à moins d'une demi-heure, même pour quelque chose d'aussi passionnant que ce forum, mais il est vrai que c'est hors travail et que ça manque pour l'éducation de la relève...
Quant à la télé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steph



Nombre de messages : 7689
Date d'inscription : 09/03/2007

MessageSujet: Re: APPRENTISSAGE DE LA LECTURE   Mer 13 Juin 2012 - 19:51

Yoda je ne comprends pas trop la raison de tes explications. Si on se concentre sur des émissions intéressantes, on limite FATALEMENT le nombre d'heures passées à regarder la TV.
C'est un peu comme ceux veulent manger moins: ils mangent aussi mieux (enfin je leur souhaite) car ils sont plus sélectifs. Ils auront une meilleure santé mais est-ce parce qu'ils auront mangé moins ou parce qu'ils auront mangé mieux?
Bon dans l'absolu on peut aussi passer 10h par jour à regarder la TV mais ce n'est pas très réaliste.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yoda



Nombre de messages : 2085
Age : 38
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 11/02/2007

MessageSujet: Re: APPRENTISSAGE DE LA LECTURE   Jeu 14 Juin 2012 - 14:09

Anthracite a écrit:
Je limite, en moyenne à moins d'une demi-heure, même pour quelque chose d'aussi passionnant que ce forum, mais il est vrai que c'est hors travail et que ça manque pour l'éducation de la relève...
Quant à la télé...
Le "tu" était généraliste, il ne te visait pas particulièrement. La population passe en moyenne de plus en plus de temps devant les écrans.

Steph a écrit:
Yoda je ne comprends pas trop la raison de tes explications. Si on se concentre sur des émissions intéressantes, on limite FATALEMENT le nombre d'heures passées à regarder la TV.
Si on commande les DVD, on peut allègrement passer autant de temps devant un écran... Wink
Ce que je veux dire, c'est qu'un enfant qui regarde une émission intelligente est passif : il ne commet pas d'erreur (puisqu'il ne fait rien), il ne va pas à la recherche de l'information, c'est elle qui vient à lui. Probablement qu'à la fin de l'émission, il aura appris quelques informations, mais ce qui lui aura manqué, c'est le temps d'apprentissage par son action propre et ses erreurs. Ce n'est pas l'information qui lui manque, mais d'"apprendre à apprendre", de façon autonome et venant de lui-même. Avec du temps pour ne rien faire, pour réfléchir et assimiler. Les émissions ne proposent pas des pauses "maintenant vous allez avoir un écran bleu pendant deux minutes pour réfléchir à tout ce qu'on a vu et y exercer votre esprit critique", de toutes façons si cela existait les spectateurs en profiteraient pour zapper, car ce n'est pas ce qu'ils attendent de la télé. Ce que la télé offre et qu'on prend, c'est la stimulation intellectuelle permanente et passive, ce qui est paradoxalement reposant, car sans cela on a tendance à s'auto-stimuler (réfléchir à toutes sortes de choses). D'ailleurs une étude montrait que les enfants trouvaient la télé plus ennuyeuse sans les pubs.
Bref, je vois que j'ai un peu de mal à expliquer ce qui me gène dans la télé... mais je sais qu'aucune émission de télé ne pourra m'aider à apprendre à m'exprimer, et que seul le temps hors-télé, où je teste l'information sans l'ingurgiter passivement, peut me le permettre. On apprend par ce qu'on fait, pas par ce qu'on met devant nos yeux !

_________________
yoda

Les gens sont prêts à tout pour sauver le monde, excepté prendre des cours de science.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rolistesnantais.blogspot.fr/
buck



Nombre de messages : 2578
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: APPRENTISSAGE DE LA LECTURE   Jeu 14 Juin 2012 - 15:09

Pourquoi tu persistes a dire qu'ils sont passifs devant la tv ou autre. Les miens , a moins que ce ne soient des cas a part, s’inspirent de ce qu'il voient pour leurs propres jeux (dinotrain), posent des questions (nom des dinosaures) participent aux questions posee (Dora l'exploratrice sid le scientifique) apprennent les chansons (Tom sawyer, Sherlock holmes en ce moment les cites d'or ...)...
Forcement si toi en tant que parent tu ne fait rien, ne dit rien, n’instille pas la conversation ne t'interesse pas a ce qu'ils voient ... forcement les gossent n'apprendront rien. Mais est ce que ca sera a cause de la tele ou a cause de toi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: APPRENTISSAGE DE LA LECTURE   Aujourd'hui à 15:28

Revenir en haut Aller en bas
 
APPRENTISSAGE DE LA LECTURE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les méthodes d'apprentissage de la lecture vues par un médecin généraliste
» Les consonnes comme obstacles à l'apprentissage de la lecture?
» Questions aux PE sur l'apprentissage de la lecture.
» Projet de recherche sur l'apprentissage de la lecture
» Demarche d'apprentissage de la lecture

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORSV : Forum de Sciences et de Vie :: Vie :: Société-
Sauter vers: