FORSV : Forum de Sciences et de Vie

Forum scientifique
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Constante inconstante.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 9 ... 15  Suivant
AuteurMessage
Altona

avatar

Nombre de messages : 219
Date d'inscription : 21/11/2007

MessageSujet: Re: Constante inconstante.   Mar 15 Fév 2011 - 13:48

buck a écrit:

Il me semblait que l'experience interdisait toute notion d'ether. Tu pourrait donner un lien donnant les protocoles de mesures et explications stp
On ne peut vraisemblabement trouver les protocoles de mesure et les variations saisonnières observées que dans les publications d’origine de Michelson/Morley, car ces variations sont systématiquement passées sous silence par la communauté scientifique établie. Michelson et Morley ont renouvelé leur première expérience de 1887 (vent d’éther de 8,8 km/s) à plusieurs reprises avec un dispositif expérimental amélioré: 1902, 1904 et 1905 (vent d’éther 8,7 km/s), 1921, 1924, 1925 et 1927 (entre 9,3 et 11,2 km/s).

La plus importante compilation des travaux critiques sur la relativité restreinte sur une période de 95 ans qui existe à ce jour, la documentation du groupe de recherche G.O. Mueller, qui étudie les publications d’origine, cite par exemple voir page 67:

Citation :
1887, Juli, Michelson / Morley, Cleveland, Kellerraum: 8,8 km/sec.

"The brief series of observations was sufficient to show clearly that the effect did not have the
anticipated magnitude. However, and this fact must be emphasized, the indicated effect was
not zero
; the sensitivity of the apparatus was such that the conclusion, published in 1887,
stated that the observed relative motion of the earth and the ether did not exceed one-fourth
of the earth's orbital velocity. This is quite different from a null effect now so frequently
imputed to this experiment by writers on Relativity." (S. 206) - "Inspection shows clearly that
these curves are not of zero value, nor are the observed points scattered at random; there is a
positive, systematic effect." (S. 207)

1902, Aug. / 1903, Juni, Morley / Miller, Case School of Applied Science, Kellerraum: ca.10 km/sec (S. 208; Diagramm S. 207)).

1904, Juli, Morley / Miller, Cleveland Hights, 7,5 km/sec (S. 217).

1905, Oktober, Morley / Miller, Cleveland Hights, 285 m über Meereshöhe: 8,7 km/sec (S. 217).

1921, April, Miller, Mount Wilson, 1750 m: 10 km/sec (S. 218).

1921, Dez., Miller, Mount Wilson, nichtmagnetisches Baumaterial: Ergebnisse wie im April (S. 218-219).

1924, Sept., Miller, Mount Wilson: 10 km/sec (S. 221).

1925, Michelson / Gale / Pearson, Clearing (Illinois): berechneter Wert 0,236 Interferenzstreifen,
beobachtet 0,230 (Michelson/Gale/Pearson, Teil 2, S. 144).

1925, April, Aug., Sep. / 1926, Feb., Miller, Mount Wilson: 9,3 / 10,1 / 11,2 / 9,6 km/sec (S. 230). "The present results strikingly illustrate the correctness of this method, as it now appears that the forty-six years of delay in finding the effect of the orbital motion of the earth in the ether-drift observations has been due to the efforts to verify certain predictions of the so-called classical theories and to the influence of traditional points of view." (S. 231).

1927, Dayton C. Miller
Die Versuchsanordnungen und Abläufe von Michelson, Morley u. Miller sind von Collins/ Pinch 1998 (Golem, 2. ed.), S. 38-43 eingehend kritisch analysiert worden. Sie beurteilen Millers positives Ergebnis als "the outcome of the best experiment yet completed, perhaps the only one which could truly be said to have tested what it was meant to test" (S. 42).

Maurice Allais, dont il a été question plus haut, publie de son côté sur son site les informations suivantes:

Citation :
Tous les travaux scientifiques de Maurice Allais concernent le domaine de la gravitation, de la vitesse de la lumière et de l'anisotropie de l'espace.

Maurice Allais a, dans un premier temps, effectué ses propres expérimentations qui l'ont amené à constater l'existence de phénomènes incompatibles avec les théories communément admises. Il en a tiré ses propres conclusions selon lesquelles la vitesse de la lumière n'a pas une valeur constante mais varie (légèrement) suivant la direction. Ce qui l'a amené à conclure à l'existence de "l'éther" et à l'anisotropie de l'espace.

Dans un deuxième temps et pour conforter ses propres résultats, Maurice Allais a été amené à réexaminer le détail des résultats des expériences qui avaient été effectuées dans le passé sur le même sujet aux U.S.A. par Michelson et Morley en 1887, par Morley et Miller en 1902, 1904 et 1905, et par Miller en 1925, 1926 et 1930. Il a pu ainsi constater que ces résultats contenaient les mêmes anomalies qui avaient échappé aux expérimentateurs de l'époque ou avaient été négligées.

ainsi que plusieurs travaux sur ce sujet, par exemple:

Sur l'interprétation des expériences de Michelson. Aucun vent d'éther de 30 km/s, mais un vent d'éther de 8 km/s - Mémoire de Maurice Allais en date du 4 Mars 2004

Les expériences de Dayton C. Miller et la Théorie de la relativité.

Des régularités très significatives dans les observations interférométriques de Dayton C. Miller 1925-1926

Nouvelles régularités très significatives dans les observations interférométriques de Dayton C. Miller 1925-1926

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
buck



Nombre de messages : 2586
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: Constante inconstante.   Mar 15 Fév 2011 - 15:04

Merci
J'y jetterais un oeil quand j'aurais un peu plus que 5min de libre et le net a la maison
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
blondie

avatar

Nombre de messages : 2287
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Constante inconstante.   Mar 15 Fév 2011 - 17:15

Bonjour

Bien entendu, en tant que blonde de service, je ne puis comprendre ces belles démonstrations, ce qui ne m’empêche pas d’y rajouter mon grain de sel…
Et de poser cette question :
Le décalage spectral vers le rouge ou le bleu observé parmi les objets astronomiques selon qu'ils s'éloignent ou se rapprochent, « observé indépendamment du mouvement général d'expansion »
Ne montre t-il pas que C varie en fonction de la vitesse de sa source ?

Bondie téméraire

flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nieur



Nombre de messages : 1699
Date d'inscription : 18/08/2008

MessageSujet: Re: Constante inconstante.   Mar 15 Fév 2011 - 17:27

Le décalage spectral, c'est l'effet doppler : quand une ambulance passe dans la rue à côté de toi, sa sirène est plus aigue (blue shift) quand elle approche que quand elle part (red shift). Dans les deux cas, la vitesse du son est inchangée, c'est juste que les ondes sonores sont compressées dans un sens et pas dans l'autre.


Quand un avion va a la vitesse du son, il compresse devant lui toutes les ondes sonores émises, qui deviennent alors un grand bang.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jibus



Nombre de messages : 2607
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: Re: Constante inconstante.   Mar 15 Fév 2011 - 17:34

blondie a écrit:
Ne montre t-il pas que C varie en fonction de la vitesse de sa source ?

que nenni!!

voici un dessin expliquant un peu l'effet doppler



alors, comment ca marche tout ca?

la couleur d'une lumiere ca correspond a sa frequence.

imagine un objet emettant toujours a la meme frequence, par exemple toutes les secondes il emet un BIP.

et imagine que cet objet soit loin de toi, par exemple, a 300 000 kilometres, et sans bouger, et il emet 3 BIPS consecutifs separes de une seconde.

dans cette situation, tu vas toi recevoir, toutes les secondes un BIP pendant 3 secondes


maintenant, imagine que l'objet se rapproche de toi de 100 000 kilometre par secondes.

lors du premier BIP, il se trouve a 300 000 kilometres. pour que ce BIP t'arrive, il faut une seconde

lors du second BIP, il se trouve a 200 000 kilometres. pour que ce BIP t'arrive, il va lui falloir 2/3 de seconde

lors du troisieme BIP, il se trouve a 100 000 kilometres. pour qu ce BIP t'arrive, il va lui falloir 1/3 de seconde.

qu'est ce que tu vas donc toi percevoir? une fois l'experience commencee, tu vas donc d'abord recevoir le premier BIP au bout de une seconde. le second BIP, tu ne vas pas le recevoir au bout de 2 secondes, mais au bout de 1.66666666 secondes, parce qu'il et emis 1 seconde plus tard mais qu'il ne faut que 0.66666 secondes pour que le signal t'arrive parce qu'il est plus pret. le 3eme BIP, tu le recois au bout de 2.33333 secondes, parce qu'il est emis 2 secondes apres le debut de l'experience mais qu'il ne faut que 0.33333 secondes au signal pour t'arriver...

bref, tu as donc une source qui emet de maniere constante toutes les secondes mais, comme cette source s'approche, tu ne recois pas toutes les secondes mais tous les 0.666666 secondes...

la vitesse de transmission du signal est la meme, la difference c'est que l'objet, chaque fois qu'il emet, se trouve toujours un peu plus proche..

et ca marche pareil dans l'autre sens..

c'est-y clair?

'jib
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nieur



Nombre de messages : 1699
Date d'inscription : 18/08/2008

MessageSujet: Re: Constante inconstante.   Mar 15 Fév 2011 - 17:48

Limpide, mon Jibier de potence. Je ferais mieux la prochaine fois Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Altona

avatar

Nombre de messages : 219
Date d'inscription : 21/11/2007

MessageSujet: Re: Constante inconstante.   Mar 15 Fév 2011 - 18:03

blondie a écrit:


Bien entendu, en tant que blonde de service, je ne puis comprendre ces belles démonstrations, ce qui ne m’empêche pas d’y rajouter mon grain de sel…
Et de poser cette question :
Le décalage spectral vers le rouge ou le bleu observé parmi les objets astronomiques selon qu'ils s'éloignent ou se rapprochent, « observé indépendamment du mouvement général d'expansion »
Ne montre t-il pas que C varie en fonction de la vitesse de sa source ?

Je ne suis pas blonde (brune grisonnante), mais je trouve ta remarque très pertinente. Wink Pour moi aussi le décalage spectral signifie forcément une modification de la vitesse relative entre deux objets. Cependant, on ne peut pas forcément mesurer, surtout dans les observations astronomiques, quelle est la participation de la vitesse de chacun des objets dans la modification de fréquence (s'ils sont tous les deux mouvement, comme c'est toujours le cas dans l'univers). Si par exemple la source lumineuse est immobile et l'observateur en mouvement, on observera un changement de fréquence, et vice-versa. On observera aussi un changement de fréquence, si les deux sont en mouvement.

Bon, pour t'encourager en tant que "blonde de service" à continuer à participer à cette discussion sur la relativité restreinte, ainsi que Nieur, qui craignait plus haut ne pas en avoir le niveau, je vous donne deux autres citations de relativistes de haut niveau, qui à mon avis valent aussi d’être connues et méditées…

Albert Einstein n’était pas particulièrement calé en maths, il n’en a jamais fait un secret. Les maths de ses deux théories ont été faites par des amis qu’il a appelés à la rescousse (pour la relativité restreinte le mathématicien Hermann Minkowski, pour la relativité générale le mathématicien Marcel Grossmann).

On a vu plus haut que la contraction de la longueur des objets en mouvement n’est réelle que dans l’hypothèse de Lorentz, qui postule que cette contraction matérielle dans le sens du mouvement est occasionnée par une résistance de l’éther. Dans l’hypothèse d’Einstein il n’y a pas d’éther et donc pas de contraction réelle des objets en mouvement. Malgré tout, puisqu’Einstein a repris la formule de contraction de Lorentz - on se demande pourquoi (un canular ?) - le mathématicien Hermann Minkowski a établi ultérieurement en 1908 pour la relativité restreinte d’Einstein les calculs mathématiques qui décrivent cette contraction non-matérielle dans un “espace-temps” fictif (l’espace Minkowski). On se demande certes pourquoi on prend la peine de décrire et de calculer une contraction qui n’existe pas dans la nature, puisque pour Einstein la longueur matérielle d’un objet immobile ou en mouvement reste invariable, mais bon…

Le clou de l’histoire est la causalité que Minkowski donne pour cette contraction des objets dans la théorie d‘Einstein.

Il mentionne tout d’abord dans son travail de 1908 l’hypothèse de Lorentz et donne ensuite l’explication suivante:

Citation :
Hermann Minkowski:
[...]
Diese Hypothese klingt äußerst phantastisch. Denn die Kontraktion ist nicht etwa als Folge von Widerständen im Äther zu denken, sondern rein als Geschenk von oben, als Begleitumstand des Umstandes der Bewegung.

Ma traduction:

Cette hypothèse semble très fantastique. Parce que la contraction n’est pas à concevoir comme un effet de la résistance dans l'éther, mais uniquement comme un don du ciel, une circonstance d'accompagnement de la circonstance du mouvement.
Bon, on peut se demander ce qu’est «une circonstance de la circonstance» (ce n’est pas une erreur de traduction, c’est écrit ainsi en allemand…), par contre, nous pouvons nous réjouir que la contraction des objets en mouvement soit un don de Dieu pour nous tous, non ? La contraction de la longueur des objets n’existe pas, mais c’est un cadeau divin, ainsi soit-il...

Un autre relativiste de haut niveau, Sir Arthur Eddington (qui a falsifié les observations de l’éclipse du soleil de 1919 pour confirmer la théorie d’Einstein) a donné l’explication suivante sur la nature de la contraction de la longueur des objets en mouvement :

"The shortening of the moving rod is true, but it is not really true.”

Je crois qu’on se paie notre tête en beauté avec la théorie de la relativité restreinte… Neutral


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anthracite

avatar

Nombre de messages : 6215
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: Constante inconstante.   Mar 15 Fév 2011 - 20:40

Altona a écrit:
Salut Anthracite,

Puisque je sais que tu es un professionnel (ingénieur ?) et que je t’ai sous la main, j’aimerais t’exposer une analogie concernant la compréhension et l’interprétation de l’expérience de Michelson-Morley et j’aimerais que tu me dises si mon raisonnement tient la route ou s’il contient des failles. Dans l’ensemble, j’en suis relativement sûre, mais j’aurais besoin d’une confirmation.

Imaginons un avion qui part de son aéroport d’origine et effectue à un jour donné un trajet aller-retour en direction Nord à la vitesse de 600 km/h.

Ce jour-là, il n’y a pas de vent, la masse d’air de l’atmosphère est parfaitement immobile. L’avion volera donc à la vitesse constante de 600 km/h aller-retour et mesurera durant son vol une vitesse de vent de 0. Tu es d’accord ?

Le lendemain, il souffle un vent de 100 km/h direction Nord-Sud. L’avion volera direction Nord à la vitesse de 600 km/h - 100 km/h = 500 km/h et à la vitesse de 600 km/h + 100 km/h = 700 km/h direction Sud et mesurera pendant son vol une vitesse du vent de 100 km/h. Tu es aussi d’accord ?



Je suis d'accord pour cette expérience.
Cependant, extrapoler cet exemple pour la lumière me semble faux pour plusieurs raisons.
De plus, ce serait dans le cadre d'un éther homogène ayant son temps propre qui aurait été, en quelque sorte, le temps universel.
Or, cette notion de temps universel et d'éther homogène a été démentie par l'expérimentation.

Ce que j'aime bien, en te lisant, c'est que je retrouve toutes les objections que je me suis posées quand j'ai étudié cette magnifique théorie.
Au risque de me répéter ces objections ne tiennent pas la route, je m'en suis aperçu tout seul en y réfléchissant.

Par contre, celles que j'ai citées semblent toujours aussi embarrassantes, notamment le cas de l'ascenseur devenu fusée, ce qui témoigne d'un grand souci de modernité, mais ne semble guère plus crédible...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Altona

avatar

Nombre de messages : 219
Date d'inscription : 21/11/2007

MessageSujet: Re: Constante inconstante.   Mar 15 Fév 2011 - 21:22

Anthracite a écrit:

Je suis d'accord pour cette expérience.
Merci pour la confirmation que je n'ai pas fait d'erreur de raisonnement.

Il y a un point, où je suis dans le brouillard et peut-être que tu pourrais me renseigner brièvement.
Je suppose qu'un avion en vol peut mesurer lui-même avec ses instruments de bord la direction et la vitesse du vent, mais je n'ai aucune idée comment ça se mesure. Je n'ai pas forcément besoin de le savoir, mais ça m'intéresse quand même. Je suppose que les maths là-derrière sont très complexes et je ne veux pas les connaître, je passe tout de suite... Wink Mais pourrais-tu m'expliquer le plus simplement possible le principe de la mesure concrète ?


Anthracite a écrit:

Or, cette notion de temps universel et d'éther homogène a été démentie par l'expérimentation.
Quelle expérimentation?
La dilatation du temps n'a jamais été démontrée par l'expérience.

De même, le paradoxe des jumeaux est insoluble:
Selon la relativité restreinte et son principe de relativité (symétrie du mouvement et réciprocité), chacun des jumeaux peut se définir indiféremment comme étant immobile ou en mouvement par rapport à l'autre, c'est-à-dire comme viellissant plus lentement que l'autre. Une absurdité qui correspond à l'expression non valable en logique et en maths: a > b et en même temps b > a Neutral


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jibus



Nombre de messages : 2607
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: Re: Constante inconstante.   Mar 15 Fév 2011 - 21:30

Altona a écrit:
Je suppose qu'un avion en vol peut mesurer lui-même avec ses instruments de bord la direction et la vitesse du vent, mais je n'ai aucune idée comment ça se mesure.

je crois que ca se fait avec un tube de pitot..

http://fr.wikipedia.org/wiki/Tube_de_Pitot

'jib
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jibus



Nombre de messages : 2607
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: Re: Constante inconstante.   Mar 15 Fév 2011 - 21:40

Altona a écrit:
Je pense que tu fais ici allusion à l'expérience de Michelson-Morley, qui avait pour but de mesurer la vitesse de la Terre par rapport à un éther hypothétique, dont on a parlé plus haut.

hmm, je ne crois pas non...

ce a quoi je fais reefrence c'est le fait qu'il a ete mesure, des avant, que la vitesse de la lumiere etait toujours la meme, que l'objet s'approche ou s'eloigne...

il me sembe que ca a ete determine en prenant en compte jupiter ou ses lunes, et en mesurant la vitesse de la lumiere qui arrivait de la. que les lunes s'approchent ou s'eloignent de la terre, la vitesse de la lumiere etait toujours la meme...

c'est justement la que ca a commence a poser probleme et que les gens ont commence a se demander comment cela etait possible vu que galilee disait que les vitesses devaient s'additionner ou se soustraire...


'jib
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Altona

avatar

Nombre de messages : 219
Date d'inscription : 21/11/2007

MessageSujet: Re: Constante inconstante.   Mar 15 Fév 2011 - 21:54

jibus a écrit:


je crois que ca se fait avec un tube de pitot..

http://fr.wikipedia.org/wiki/Tube_de_Pitot

Merci ! Smile Les explications me suffisent largement pour la mesure de la vitesse du vent dans les avions en vol. Je n’ai pas besoin d’en savoir plus, surtout quand on lit ce qu’il peut se passer quand le truc se bouche… pale

Mais est-ce qu’un avion en vol peut aussi déterminer exactement la direction du vent par rapport au sens de son mouvement, c’est-à-dire l’angle de son exposition au vent ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Altona

avatar

Nombre de messages : 219
Date d'inscription : 21/11/2007

MessageSujet: Re: Constante inconstante.   Mar 15 Fév 2011 - 22:12

jibus a écrit:


Altona a écrit:
Je pense que tu fais ici allusion à l'expérience de Michelson-Morley, qui avait pour but de mesurer la vitesse de la Terre par rapport à un éther hypothétique, dont on a parlé plus haut.

hmm, je ne crois pas non...

ce a quoi je fais reefrence c'est le fait qu'il a ete mesure, des avant, que la vitesse de la lumiere etait toujours la meme, que l'objet s'approche ou s'eloigne...

il me sembe que ca a ete determine en prenant en compte jupiter ou ses lunes, et en mesurant la vitesse de la lumiere qui arrivait de la. que les lunes s'approchent ou s'eloignent de la terre, la vitesse de la lumiere etait toujours la meme...
Je ne connais pas ces mesures qui seraient antérieures à l'expérience de Michelson-Morley.

A ma connaissance, l'expérience de Michelson-Morley est considérée comme cruciale pour la détermination de la constance de la lumière dans toutes les directions de l'espace (et pour les conclusions qu'on peut en tirer sur l'existence ou non d'un éther).

Albert Einstein lui-même considérait ces mesures comme déterminantes pour la validité de sa relativité restreinte. Il a déclaré que sa théorie serait mise en défaut et serait à rejeter, s'il s'avérait par l'expérience que la vitesse de la lumière n'était pas constante dans toutes les directions. Maurice Allais a repris cette citation d'Albert Einstein dans son site:

Citation :
Albert Einstein:

Si les résultats du Dr. Miller sont confirmés, dans ce cas la théorie de la relativité restreinte, de même que la théorie générale dans sa forme actuelle, s'écroulent. L' Expérience est le juge suprême. Seule serait conservée l'équivalence de l'inertie et de la masse, ce qui conduirait à une théorie complètement différente.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anthracite

avatar

Nombre de messages : 6215
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: Constante inconstante.   Mar 15 Fév 2011 - 23:15

Altona a écrit:
Je ne connais pas ces mesures qui seraient antérieures à l'expérience de Michelson-Morley.

Il y a également, si mes souvenirs sont bons, la théorie de Maxwell sur la propagation des ondes radios qui est incompatible avec une vitesse variable de la lumière.
En fait, aucune expérience reproductible n'a pu, jusqu'à présent, établir une variation de C qui, comme les ondes sonores est indépendant de la vitesse de la source, mais, en plus, de celle de l'observateur, ce qui fait toute la différence.

Note que dans ta démonstration des additions de vitesse, tu ne devrais pas avoir de différence entre le calcul par Lorentz et celui par Einstein, vu que les formules d'addition de vitesse sont exactement les mêmes...
Einstein a, en fait, adopté celles de ...Lorentz !
Ce qui me fait penser qu'il doit y avoir un problème avec tes sources.

Quant au problème des jumeaux, il est définitivement résolu par la relativité généralisée, celui qui a fait le trajet a subi une augmentation d'énergie pour pouvoir avoisiner C (accélération) pendant la plus grande partie de son voyage.
C'est pendant ce temps là, aussi bien à l'aller qu'au retour, qu'il a vieilli moins vite.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jibus



Nombre de messages : 2607
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: Re: Constante inconstante.   Mer 16 Fév 2011 - 1:54

Altona a écrit:
Selon l’addition de vitesses d’Einstein et son postulat on calcule:
70 + 10 = 70 km/h
70 + 30 = 70 km/h
70 + 40 = 70 km/h

Il y a comme un problème de logique…

pourrais tu me dire quelles equations de l'addition de vitesse tu prends?

dans son livre sur la relativite restreinte, einstein prend justement les formules de lorentz...

et ce que disent les equations c'est que 70 + 40, ca ne fait ni 70 ni 110, mais ca fait une vitesse un tout petit peu inferieure a 110... pas grand chose, parce que les vitesses mises en jeu sont tres faibles, mais un tout petit peu...

la formule est d'ailleurs



ce qui donnerait, avec v1 = 70 km/h = 19.4444 m/s, et v2 = 40 km/h = 11.1111 m/s, un resultat de

(19.4444 + 11.1111) / (1 + ( (19.4444 + 11.1111) / (300 000 * 300 000) ) =

30.5555 / ( 1 + (30.5555 / 90 000 000 000) ) =

30.5555 / ( 1 + 0.000000000395) = 30.5554999879 ...

ce qui est quasiment 30.5555

'jib
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Altona

avatar

Nombre de messages : 219
Date d'inscription : 21/11/2007

MessageSujet: Re: Constante inconstante.   Mer 16 Fév 2011 - 10:11

Anthracite a écrit:

Il y a également, si mes souvenirs sont bons, la théorie de Maxwell sur la propagation des ondes radios qui est incompatible avec une vitesse variable de la lumière.
La théorie de Maxwell concerne l’invariance de la vitesse des ondes électromagnétiques par rapport à un observateur immobile.

Ce qui correspondrait en fait au postulat d’Einstein formulé au plus simple par c + v = c, une expression qui n’est valable mathématiquement et logiquement que si v=0, c’est-à-dire si l’observateur est immobile par rapport au faisceau lumineux.

Einstein applique de manière erronée la théorie de Maxwell à un observateur en mouvement, ce qui donne une équation invalide de la forme 1 + 1 = 1, comme on l’a vu plus haut avec mon analogie avec la vague et les observateurs en mouvement (70 + 10 = 70). Tout comme Einstein a utilisé de manière erronée l’équation de Lorentz (conçue pour un observateur en mouvement dans l’éther), il se base de manière eronnée sur l’équation de Maxwell (conçue pour un observateur immobile dans l’éther). Ni le concept ni les maths de sa théorie ne tiennent donc la route.

Anthracite a écrit:

En fait, aucune expérience reproductible n'a pu, jusqu'à présent, établir une variation de C qui, comme les ondes sonores est indépendant de la vitesse de la source, mais, en plus, de celle de l'observateur, ce qui fait toute la différence.
Aucune mesure de la vitesse de la lumière n’a été à ce jour effectuée avec un observateur en mouvement par rapport au faiscau lumineux / à la source lumineuse !! Toutes les mesures de la vitesse de la lumière ont été faites par rapport à un observateur immobile, si bien que le postulat d’Einstein sur l’invariance de c par rapport à un observateur en mouvement n’a jamais été démontré par l’expérience.

Au point de vue technique, il n’est d’ailleurs pas possible en raison de la vitesse vertigineuse de la lumière par rapport à la vitesse d’un observateur d’effectuer ces mesures, qui se situent bien au-delà du domaine mesurable. Les résultats ne seraient pas évaluables, ce serait une bouillie indescriptible et inutilisable. On se situe déjà à la limite du mesurable avec des équipements de haute précision pour déterminer la vitesse de la lumière par rapport à un observateur immobile, il est tout à fait exclu et illusoire de penser qu’on puisse la déterminer avec un observateur en mouvement.


Anthracite a écrit:

Quant au problème des jumeaux, il est définitivement résolu par la relativité généralisée, celui qui a fait le trajet a subi une augmentation d'énergie pour pouvoir avoisiner C (accélération) pendant la plus grande partie de son voyage.
C'est pendant ce temps là, aussi bien à l'aller qu'au retour, qu'il a vieilli moins vite.
Le problème des jumeaux a été posé dans le cadre de la relativité restreinte, qui traite de la dilatation du temps. Il est impossible de résoudre ce paradoxe par cette théorie, car il repose sur une distorsion de la logique et des maths: a>b et en même temps b>a. La relativité généralisée de 1915 est une tout autre théorie, où le concept de la dilatation du temps a été de facto abandonné par Einstein lui-même: abandon de la constance de c, abandon de la symétrie du mouvement et de la réciprocité.

Anthracite a écrit:

Note que dans ta démonstration des additions de vitesse, tu ne devrais pas avoir de différence entre le calcul par Lorentz et celui par Einstein, vu que les formules d'addition de vitesse sont exactement les mêmes...
Einstein a, en fait, adopté celles de ...Lorentz !
Ce qui me fait penser qu'il doit y avoir un problème avec tes sources.
Je reviens là-dessus sous peu.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Altona

avatar

Nombre de messages : 219
Date d'inscription : 21/11/2007

MessageSujet: Re: Constante inconstante.   Mer 16 Fév 2011 - 11:27

Anthracite a écrit:

Quant au problème des jumeaux, il est définitivement résolu par la relativité généralisée, celui qui a fait le trajet a subi une augmentation d'énergie pour pouvoir avoisiner C (accélération) pendant la plus grande partie de son voyage.
C'est pendant ce temps là, aussi bien à l'aller qu'au retour, qu'il a vieilli moins vite.
Au sujet du paradoxe des jumeaux insoluble par la relativité restreinte, j’attire l’attention sur une initiative récente à partir des Etats-Unis:

Le site Natural Philosophy Alliance (NPA) est actuellement la plus grosse organisation au niveau mondial, qui présente depuis plus de 20 ans des scientifiques critiquant la physique moderne établie, y compris la théorie de la relativité restreinte d’Einstein. Sa base de données World Science Database recense environ 2000 auteurs originaires de 65 pays, elle est loin d'être exhaustive et est en expansion continuelle.

Une équipe de NPA a récemment lancé sur Internet à l’occasion du centenaire du célèbre paradoxe des jumeaux de Paul Langevin une pétition que l’on peut signer sans complication par e-mail (voir la liste des signataires à ce jour):

http://twinparadox.net

Cette initiative est intéressante et nouvelle dans les milieux critiques par sa démarche particulière: On ne cherche pas à démontrer que le paradoxe des jumeaux est insoluble dans le cadre de la relativité restreinte, mais on lance un appel à la communauté scientique établie de présenter une solution unifiée de ce paradoxe. En effet, on se trouve depuis des décennies au niveau international devant une situation inadmissible: Les auteurs adeptes de la relativité restreinte ne sont pas d’accord entre eux pour la solution de ce paradoxe et présentent une bonne demi-douzaine de solutions différentes, qui sont incompatibles et contradictoires entre elles, aussi bien dans les écoles que dans les universités, les livres de physique, la presse de vulgarisation et les medias établis.

Un Professeur de mathématiques français a déjà signé - ouf, l’honneur est sauf ! Smile


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Altona

avatar

Nombre de messages : 219
Date d'inscription : 21/11/2007

MessageSujet: Re: Constante inconstante.   Mer 16 Fév 2011 - 19:06

Anthracite a écrit:

Note que dans ta démonstration des additions de vitesse, tu ne devrais pas avoir de différence entre le calcul par Lorentz et celui par Einstein, vu que les formules d'addition de vitesse sont exactement les mêmes...
Einstein a, en fait, adopté celles de ...Lorentz !
C’est justement le problème que l’on a traité plus haut: Einstein adopte la formule de Lorentz alors qu’elle donne des résultats qui sont en contradiction avec son postulat de la constance de c par rapport aux observateurs en mouvement et invalide ainsi sa théorie !


Anthracite a écrit:

Ce qui me fait penser qu'il doit y avoir un problème avec tes sources.
Non, mes sources sont en béton : ce sont des matheux relativistes dans des forums qui m’ont donné la formule exacte et qui m’ont calculé eux-mêmes les exemples chiffrés de mon analogie selon Lorentz et selon Einstein (avec la même formule…). Leurs calculs ont été confirmés par la suite par mon interlocuteur expert en relativité et Docteur en Maths de l’Institut Albert Einstein en Allemagne, à qui je les ai soumis.

Pour mon exemple de la vague qui se déplace à une vitesse c postulée constante de 70 km/h vers un observateur qui se déplace lui-même à une vitesse 10 km/h vers la vague, les calculs sont les suivants avec la même formule (u est ici la vitesse recherchée entre la vague et l’observateur):

Lorentz:

u = (u’ +v) / (1 + u’v/c²)
u = (70 + 10)/ (1 + 70*10/c²[km²/h²]) km/h
u = presque 80 km/h

Einstein:

Si l’on postule que la vitesse maximum de c est 70 km/h, il en résulte:

u = (70 + 10)/ (1 + 70*10/70²) km/h = 70 km/h


Il s’avère que la formule de Lorentz est utilisée dans la relativité restreinte comme une formule chasse-trappe, apparemment de la façon suivante:

(c + v) / (1 + c*v/c²) = c

On remplace aussi l’expression c+v par 1 (soit-disant pour simplifier les calculs). Si tu poses c+v=1, cela implique que v=1-c et l’on déduit:

(c + v) / (1 + c*v/c²) = c
1 / (1 + c(1-c)/c²) = c
1 / (1 + (1-c)/c = c
1 / (1 – 1/c – 1) = c
1 / (1/c) = c
c = c

De même, on peut aussi „éliminer” la vitesse v de l’observateur par la déduction suivante:

(c + v) / (1 + c*v/c²) = c
1 / (1 + c*v/c²) = c
1+c*v/c² = 1
c*v/c²=0
v=0

Et le tour est joué…


---------------------------------------------------
PS: Jibus, je réponds ainsi aussi à ton message.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jibus



Nombre de messages : 2607
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: Re: Constante inconstante.   Mer 16 Fév 2011 - 19:48

Altona a écrit:
Anthracite a écrit:

Note que dans ta démonstration des additions de vitesse, tu ne devrais pas avoir de différence entre le calcul par Lorentz et celui par Einstein, vu que les formules d'addition de vitesse sont exactement les mêmes...
Einstein a, en fait, adopté celles de ...Lorentz !
C’est justement le problème que l’on a traité plus haut: Einstein adopte la formule de Lorentz alors qu’elle donne des résultats qui sont en contradiction avec son postulat de la constance de c par rapport aux observateurs en mouvement et invalide ainsi sa théorie !

euh... j'ai pas vu ce truc la...

tu pourrais me dire ou est-ce que les resultats sont en contradiction avec la constance de c? je n'ai pas suivi cette partie...

Altona a écrit:

Lorentz:

u = (u’ +v) / (1 + u’v/c²)
u = (70 + 10)/ (1 + 70*10/c²[km²/h²]) km/h
u = presque 80 km/h

Einstein:

Si l’on postule que la vitesse maximum de c est 70 km/h, il en résulte:

u = (70 + 10)/ (1 + 70*10/70²) km/h = 70 km/h

ah ben ca oui, forcement

si dans un cas tu prends que c = 300 000 k/s et que tu fais des calculs avec des vitesses n'ayant rien a voir et que, dans le second cas tu prends que c = 70 km/h et que tu pars justement dans tes calculs d'une vitesse de base de 70 km/h..

et si dans le premier calcul tu prends que c = 300 000 km/s (ou encore 1080000000 km/h) et que dans le second tu prends que c = 70 km/h, ca change beaucoup de choses et les ordres de grandeur n'ont rien a voir...

si tu veux faire un truc equivalent, vu que dans le cas de einstein tu prends que la vitesse du bonhomme est de 1/7 la vitesse de c, alors fais la meme chose dans le cas de lorentz et prends que la vitesse est 1/7 de celle de c

ca va te donner, pour ta formule de lorentz

Lorentz:

u = (c + c/7) / (1 + (c*c/7)/c²)
u = (c + c/7)/ (1 + 1/7)
u = c

et ca, c'est en prenant ta formule de lorentz mais en lui appliquant les memes conditions de base que dans la formule de einstein...

si tu regardes, la formule de lorentz et celle de einstein, c'est la meme chose...

mais si tu veux faire des comparaisons entre l'une et l'autre, ben il faut partir des memes bases aussi. il ne faut pas, dans un cas, partir d'une vitesse tres petite vis a vis de c (partir d'une vague allant a 70km/h et la comparer contre c, ca n'a rien a voir) et, dans un autre cas, partir d'une vitesse qui est c (partir d'une vague allant a 70km/h et dire que justement cette vitesse est celle de c...)

'jib
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jibus



Nombre de messages : 2607
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: Re: Constante inconstante.   Mer 16 Fév 2011 - 20:05


en gros, pour resumer un peu, si tu veux faire des calculs en te basant sur c, alors fais des calculs comparables, et tu seras surprise du resultat...

si dans un cas tu fais un calcul en te basant sur le fait que c = 70 km/h et que tu fais un calcul en sommant v1 = 70 km/h (c'est a dire c) plus v2 = 10 km/h (c'est a dire un 7eme de c) et que dans un autre cas tu veux faire un calcul avec c = 300 000 km/s, alors que ce deuxieme calcul se base aussi en partant d'une vitesse v1 = c = 300 000 km/s, et non pas v1 = 70 km/h, et que v2 = 1/7 c = 1/7 v1 ...

pourquoi ca? ben parce que, comme tu vas justement par la suite faire des divisions par c*c, tu vas sinon perdre tout ordre de grandeur et avoir des resultats qui n'auront rien a voir..

'jib
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anthracite

avatar

Nombre de messages : 6215
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: Constante inconstante.   Mer 16 Fév 2011 - 20:48

jibus a écrit:

en gros, pour resumer un peu, si tu veux faire des calculs en te basant sur c, alors fais des calculs comparables, et tu seras surprise du resultat...

si dans un cas tu fais un calcul en te basant sur le fait que c = 70 km/h et que tu fais un calcul en sommant v1 = 70 km/h (c'est a dire c) plus v2 = 10 km/h (c'est a dire un 7eme de c) et que dans un autre cas tu veux faire un calcul avec c = 300 000 km/s, alors que ce deuxieme calcul se base aussi en partant d'une vitesse v1 = c = 300 000 km/s, et non pas v1 = 70 km/h, et que v2 = 1/7 c = 1/7 v1 ...

pourquoi ca? ben parce que, comme tu vas justement par la suite faire des divisions par c*c, tu vas sinon perdre tout ordre de grandeur et avoir des resultats qui n'auront rien a voir..

'jib
Je reste confondu devant ta perspicacité ! cheers
Bon, je vais laisser à d'autres le soin de juger.

Mettre en question la relativité avec ce genre d'arguments que Jibus démontre avec tant de pertinence faux, me semble une entreprise pleine d'aléas*...

* Si l'on sait qu'aléas jacte à l'est. Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Altona

avatar

Nombre de messages : 219
Date d'inscription : 21/11/2007

MessageSujet: Re: Constante inconstante.   Mer 16 Fév 2011 - 21:02

jibus a écrit:

Altona a écrit:

C’est justement le problème que l’on a traité plus haut: Einstein adopte la formule de Lorentz alors qu’elle donne des résultats qui sont en contradiction avec son postulat de la constance de c par rapport aux observateurs en mouvement et invalide ainsi sa théorie !
euh... j'ai pas vu ce truc la...

tu pourrais me dire ou est-ce que les resultats sont en contradiction avec la constance de c? je n'ai pas suivi cette partie...
C’est page 3, mon message de Dim 13 Fév - 11:32.
(comment on fait à propos pour donner un lien sur un message dans le forum lui-même ? J’ai pas trouvé – ce n’est pas prévu ?)


jibus a écrit:


ah ben ca oui, forcement

si dans un cas tu prends que c = 300 000 k/s et que tu fais des calculs avec des vitesses n'ayant rien a voir et que, dans le second cas tu prends que c = 70 km/h et que tu pars justement dans tes calculs d'une vitesse de base de 70 km/h..
C’est justement ce que fait Einstein dans son postulat, et ce n'est qu'à cette condition que la formule de Lorentz appliquée à ce postulat est valable chez Einstein, c’est-à-dire que n’importe quelle vitesse que tu postules comme étant constante et maximum fonctionne avec cette formule, que tu postules une vitesse de 70 km/h, de 300.000 km/s ou de 600.000 km/s: La formule doit toujours donner pour résultat la vitesse que tu as définie d'entrée comme étant constante et maximum. En quelque sorte, on applique la formule en cercle vicieux: On mesure la vitesse de la lumière avec… la vitesse de la lumière…

Ce n’est pas le cas dans le calcul selon Lorentz: Ici on mesure la vitesse de la vague non pas avec la vitesse de la vague, comme selon Einstein, mais correctement avec l’unité de mesure définie par convention et valable au moment de la mesure, qui est ici 300.000 km/s puisque l’unité de mesure de vitesse est depuis 1987 la vitesse de la lumière. Le forumeur qui a calculé selon Lorentz l’a d’ailleurs mentionné dans son calcul selon Lorentz, si on y regarde à deux fois:

u = (70 + 10)/ (1 + 70*10/c²[km²/h²]) km/h

une mesure correcte sur le plan physique avec une unité de mesure correcte, mais qui donne des résultats ne correspondant pas au postulat d'Einstein, car les vitesses calculées entre la vague et les observateurs en mouvement ne sont ni constantes ni maximum.


Je donne dans ce contexte une citation de deux Docteurs en Physique allemands, qui ont écrit ensemble en 1997 le livre contemporain le plus exhaustif sur la critique de la relativité restreinte (il va sans dire que leur livre a été traité avec une extrême “discrétion” par la presse scientifique et de vulgarisation...), une citation qui peut s’appliquer à la transformation de vitesses de la relativité restreinte d’Einstein:

Citation :
Georg Galeczki et Peter Marquardt dans leur livre „Requiem für die Spezielle Relativität“ :

Transformationen als Gaukler

Der Zirkus der Mathematik hält einige Taschenspielertricks bereit, die sich nicht leicht durchschauen lassen und oft für bare Physik genommen werden. […] Und was dabei herauskommt, ist Mathematismus, zur Formel erstarrte Pseudo-Physik.


Ma traduction :

Transformations de saltimbanques

Le cirque des mathématiques a en réserve divers tours de passe-passe, qui ne se laissent pas élucider facilement et qui sont souvent pris pour de la vraie physique. […] Et ce qui en résulte, c’est du mathématisme, une pseudo-physique pétrifiée dans des formules.

Ou encore deux citations d’Albert Einstein lui-même:

Seit die Mathematiker über die Relativitätstheorie hergefallen sind, verstehe ich sie selbst nicht mehr.“
(Depuis que les mathématiciens ont attaqué la théorie de la relativité, je ne la comprends plus moi-même)

Mathematik ist die perfekte Methode, sich selbst an der Nase herum zu führen.“
(La mathématique est la méthode parfaite pour se mener soi-même par le bout du nez)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jibus



Nombre de messages : 2607
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: Re: Constante inconstante.   Mer 16 Fév 2011 - 21:25


hmmm....

si j'ai bien compris, einstein a une formule qui se base sur c et lorentz aussi...

les 2 formules etablissent que c est une vitesse maximum atteignable...

et, d'ailleurs, dans les 2 cas, quand on additionne la vitesse d'un objet allant a c, avec la vitesse d'un autre objet, on trouve une vitesse relative qui est de c

jusque la c'est correct?

'jib
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jibus



Nombre de messages : 2607
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: Re: Constante inconstante.   Mer 16 Fév 2011 - 21:33


bon, je suis parti voir ton message de la page 3...

Altona a écrit:
Il s’agit ici primordialement d’un problème d’ordre mathématique: le postulat d’Einstein est incompatible avec les règles fondamentales de la mathématique, selon lesquelles les nombres sont infinis et peuvent toujours être additionnés. Le postulat d’Einstein, qui interdit toute addition de vitesses à partir du nombre 300000 est donc mathématiquement inadmissible, il est non valable et doit être rejeté.

hmm, question, tes problemes, ce sont des problemes de mathematique ou des problemes de physique?

les mathematiques sont une chose, la physique en est une autre...

les mathematiques sont un outil servant en physique...

mais le monde physique a ses limitations qui ne sont pas celles du monde des mathematiques...

par exemple, en mathematique, les nombres negatifs sont permis...

pourtant, est-il physiquement possible d'avoir des temperatures inferieures a 0 degre kelvin?

mathematiquement, il est possible d'avoir des temperatures inferieures a 0 kelvin. mais physiquement, c'est impossible, du fait meme que la notion de temperature mesure la vibration d'un objet et que un objet a 0 degres kelvin est un objet sans vibration et que, un objet ayant une temperature negative, ca ne representerait rien, il n'est pas possible d'avoir moins que 0 vibration...

bref, cette loi basique de la temperature est en contradiction avec les regles fondamentales des mathematiques qui permettent des nombres negatifs. vas-tu donc dire que cette loi physique doit etre rejetee et est non valable?

'jib
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Altona

avatar

Nombre de messages : 219
Date d'inscription : 21/11/2007

MessageSujet: Re: Constante inconstante.   Mer 16 Fév 2011 - 22:45

jibus a écrit:

si j'ai bien compris, einstein a une formule qui se base sur c et lorentz aussi...

les 2 formules etablissent que c est une vitesse maximum atteignable...

et, d'ailleurs, dans les 2 cas, quand on additionne la vitesse d'un objet allant a c, avec la vitesse d'un autre objet, on trouve une vitesse relative qui est de c

jusque la c'est correct?
Non, ce n’est pas tout à fait correct, c'est plus embrouillé que ça si l’on compare les calculs de la vitesse entre une vague allant à c et des observateurs en mouvement selon Lorentz et selon Einstein :

- Selon le postulat d’Einstein, la vitesse de la lumière est invariable par rapport aux observateurs en mouvement. C’est-à-dire que le résultat de la formule doit toujours être exactement la vitesse qu’on postule comme étant constante, il n’y a pas d’addition de vitesses chez Einstein, c+v=c. Si tu postules par exemple que la vitesse de la lumière est constante et maximum à 400.000 km/s, tu doit obligatoirement trouver un résultat de 400.000 km/s comme vitesse entre la lumière et tous les observateurs, quelles que soient leurs vitesses propres et la direction de leur mouvement. Ce qui est absurde et impossible, puisque ça implique que la vague devrait atteindre tous les observateurs en mouvement au même endroit et au même moment... Shocked

- Selon l’addition de vitesses de Lorentz par contre, il y a bien une addition de la vitesse des observateurs avec c, qui est très très légèrement en-dessous de l’addition de vitesses de la physique classique de Galilée. Il y a donc une différence énorme entre les résultats de Lorentz et les résultats d’Einstein avec la même formule d’addition de vitesses !

En raison de l’addition de vitesses de Lorentz, on calcule aussi des coordonnées de lieu et de temps variables pour le contact physique de la vague avec chacun des observateurs (comme dans la physique classique, comme c'est évident dans la réalité et comme c’est logique), qui sont aussi légèrement en-deçà des coordonnés calculées avec Galilée. Un forumeur m’a calculé aussi les lieux et les moments qui correspondent chez Lorentz au contact de la vague avec chacun des observateurs, et qui sont bien entendu variables:

Calculs pour des observateurs A et B se déplaçant en direction de la vague à des vitesses de 3 km/h et 4 km/h et pour des observateurs C et D se déplaçant en direction opposée de la vague à des vitesses de 8 km/h et 10 km/h:

Lieux du contact de la vague avec les observateurs:

Citation :
sx2′ = x2/gamma2 = 0.0410581
v2′ = sx2′/t2′ = 3

sx3′ = x3/gamma3 = 0.0539657
v3′ = sx3′/t3′ = 4

sx4′ = x4/gamma4 = 0.1018921
v4′ = sx4′/t4′ = 8

sx5′ = x5/gamma5 = 0.1237179
v5′ = sx5′/t5′ = 10

Moments du contact de la vague avec les observateurs:

Citation :
gamma2 = 1/sqrt(1-v2^2/v_W^2) = 1.000920
x2′ = gamma2*(x2-v2*t2) = 0
t2′ = gamma2*(t2-v2*x2/v_W^2) = 0.013686

gamma3 = 1/sqrt(1-v3^2/v_W^2) = 1.001637
x3′ = gamma3*(x3-v3*t3); = 0
t3′ = gamma3*(t3-v3*x3/v_W^2) = 0.013491

gamma4 = 1/sqrt(1-v4^2/v_W^2) = 1.006595
x4′ = gamma4*(x4-v4*t4) = 0
t4′ = gamma4*(t4-v4*x4/v_W^2) = 0.012737

gamma5 = 1/sqrt(1-v5^2/v_W^2) = 1.010363
x5′ = gamma5*(x5-v5*t5) = 0
t5′ = gamma5*(t5-v5*x5/v_W^2) = 0.012372
Tous les calculs qui sont donc effectués dans le cadre de la relativité restreinte et qui sont attribués à Einstein correspondent en fait aux calculs de Lorentz pour sa propre théorie et ils donnent des résultats variables qui invalident le postulat d’Einstein.


jibus a écrit:

les mathematiques sont un outil servant en physique...

mais le monde physique a ses limitations qui ne sont pas celles du monde des mathematiques...
Je suis tout à fait d’accord avec toi. Les mathématiques sont un outil, elles décrivent un phénomène physique, mais elles n’ont en aucun cas valeur de preuve pour la validité d'un postulat. Elles ne peuvent que décrire ce postulat, qui ne peut être prouvé que par l'observation de la nature, les mesures concrètes et l’expérimentation.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Constante inconstante.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Constante inconstante.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 15Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 9 ... 15  Suivant
 Sujets similaires
-
» La constante de la régression n'est pas significative!!
» Constante macabre
» Prise de tête constante ...
» Regression linéaire sans constante
» La "constante macabre" en première du Monde !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORSV : Forum de Sciences et de Vie :: Sciences :: Physique-
Sauter vers: