FORSV : Forum de Sciences et de Vie

Forum scientifique
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le secret de la...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anthracite

avatar

Nombre de messages : 6215
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Le secret de la...   Mer 29 Déc 2010 - 14:41

... confession.
Nous vivons, paraît-il, dans un état laïc.
Taire certains faits peut être considéré comme non-assistance à personnes en danger.
Je suis certain qu'il peut y avoir des opinions très tranchées à ce
sujet
Il y a de quoi s'exprimer non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Vieux

avatar

Nombre de messages : 6090
Age : 67
Localisation : Liège
Date d'inscription : 08/02/2007

MessageSujet: Re: Le secret de la...   Mer 29 Déc 2010 - 22:10

Salut

Lorsqu'il s'agit du secret de la confession, il n'y a aucune exception aussi grave que soit le crime.

Mais dans cette affaire, sur base de l'article mis par Anthracite, il y a tout de même quelques questions et réflexions.

Citation :
Pour «non-dénonciation de crime» et «non-dénonciation d'atteinte sexuelle sur mineurs de moins de 15 ans», à la suite de la plainte déposée par quatre des familles des victimes, constituées parties civiles. En clair, on accuse Mgr Pican d'avoir su, mais de n'avoir rien dit et pis, peut-être: d'avoir laissé faire. Au nom du secret de la confession?


Je ne pense donc pas que le secret de la confession est en lui même doit être mis en cause, à moins que le prévenu l'ait dit lui même publiquement (ou alors l'évêque, mais alors il a commit une faute grave morale vis à vis de l'église et vis à vis de lui même) personne ne peut donc affirmer qu'il y ait eut confession et encore moins ce qu'il a été dit dans le secret du confessionnal. En supposant que le pédophile ait avoué à son confesseur son penchant pour les enfants c'est qu'il y avait une prise de conscience de la part de celui-ci et il me semble donc que le confesseur aurait du discuter avec lui et l'écarter de la vie paroissiale.
.
Pourquoi ne l'a t'il pas fait ? tout comme ne ne l'on pas fait hélas nombre d'évêques et cardinaux ? corporatisme ? peur du scandale ? peur pour l'image de l'église catholique ? manque de prise de conscience du mal fait ? sans doute un peu de tout cela, trop longtemps l'église catholique a lavé son linge sale en famille et maintenant elle en paie le prix


Le Vieux

_________________
S'occuper des grands problèmes de ce monde c'est bien, et même très bien, s'asseoir sous un arbre et regarder les nuages passer c'est très bien aussi (L.V.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anthracite

avatar

Nombre de messages : 6215
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: Le secret de la...   Mer 29 Déc 2010 - 22:32

Je vais me faire l’avocat du diable (il en a parfois bien besoin) !
Une règle religieuse primerait donc la loi.
Considérons un bon musulman qui applique la loi de son pays d’origine et de sa religion.
Étant cocu, il décide avec quelques coreligionnaires de lapider sa femme…
Elle s’en tire avec quelques hématomes sur le corps, un nez écrasé, une pommette un rien explosée, un œil un peu crevé et une très légère fracture du crâne.

Je présume (j’ose espérer) que cet individu sera sérieusement sanctionné.

D’un autre côté, un serial-killer qui, à défaut de se préoccuper du bien-être des autres, est hanté par le salut de son âme.
Il va donc se confesser, disons deux fois par an, en reprenant entre temps ses activités.
Et, légalement, le curé qui l’a absout ne serait pas complice ?
J’avoue avoir bien du mal à accepter ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Vieux

avatar

Nombre de messages : 6090
Age : 67
Localisation : Liège
Date d'inscription : 08/02/2007

MessageSujet: Re: Le secret de la...   Jeu 30 Déc 2010 - 0:13

Salut

Alors il faut dépasser l'affaire décrite dans le lien, car il n'y a que des suppositions gratuites, que tu as posté pour entrer dans le problème de conscience, qui va à l'encontre d'un principe.

Nous avons tous des principes et il est parfois bien difficile d'aller à leurs encontre.

De plus il existe un autre problème, seul un curé pourrait l'expliquer dans le cadre de la confession, mais personnellement je donnerai un exemple qui traduit le fond de ma pensée mais qui est qu'une partie du problème.
Si un jour un membre de notre famille qui nous est vraiment très cher, un fils, une fille, un conjoint, et que nous apprenons que cette personne a commis un délit grave, il faut se poser la question: comment allons nous réagir ? comment je l'ignore, mais il est certain que nous devons réagir.

Même si je peux comprendre l'attitude d'un prêtre face au secret de la confession, il faut se rappeler le principe premier de la religion chrétienne est l'intégrité de la personne humaine

Il est un peu tard pour répondre plus complètement, si j'ai le temps demain, je te répondrais

A demain.

Le Vieux

_________________
S'occuper des grands problèmes de ce monde c'est bien, et même très bien, s'asseoir sous un arbre et regarder les nuages passer c'est très bien aussi (L.V.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Huyustus



Nombre de messages : 1749
Localisation : Paris
Date d'inscription : 08/03/2008

MessageSujet: Re: Le secret de la...   Jeu 30 Déc 2010 - 0:50

Anthracite a écrit:
JUne règle religieuse primerait donc la loi.

Non, puisque la loi reconnait ce secret (en France en tout cas. Chez les sauvages du nord, je ne sais pas ;-) )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Vieux

avatar

Nombre de messages : 6090
Age : 67
Localisation : Liège
Date d'inscription : 08/02/2007

MessageSujet: Re: Le secret de la...   Jeu 30 Déc 2010 - 17:02

Salut

Je ne connais pas ce que dit la loi en Belgique concernant le secret de la confession, mais il n'y a sans doute aucune raison pour que ce soit différent de chez ces (censurés) de sauvages du sud, d'autant que le catholicisme Belge est plus imbriqué dans l'état qu'en France.

Ceci dit, on va élargir un peu le débat.
Je pourrais parler d'une échelle de valeur et sur cette échelle on placerait un curseur qui permettrait de savoir à partir de quand l'on devrait « délatter », mais si l'on fait cela le débat serait stérile. Car bien sur la gravité d'un acte pédophile est évidente, mais alors pourquoi pas ne pas dénoncer aussi son voisin parce qu'il a arraché le sac de quelques petites vieilles, j'aime autant dire, que les dames que j'ai rencontré et à qui l'on avait arraché le sac, s'en remettent que très difficilement, certaines en sont même décédées. L'on peut s'affranchir de ce problème en se disant que ce serait selon la conscience du confesseur ou de de tout un chacun.

Les curés ne sont pas les seuls à être tenu par le secret, les médecins en général et les psychiatres en particulier le sont également, sauf que ces derniers s'il y a décision de justice, les médecins soit peuvent en discuter avec ses confrères soit peuvent transmettre sans remord, le dossier à la requête d'un procureur, ce qui n'est pas le cas des curés qui sont soit protégé par la loi, soit qu'il se positionnent derrière leurs principes moraux.

Pourquoi ce secret dans des affaires pourtant grave ?
Je pense qu'il faut déjà connaitre l'utilité de la confession. A quoi peut elle servir ?

Je ne connais pas la position officielle de l'église à ce sujet, mais il est fort possible qu'au départ, c'est pour absoudre les vilains péchés de quelques grands seigneurs qui ainsi se donnent bonne conscience, mais la confession peut avoir une autre fonction. C'est la reconnaissance par le fautif de sa faute, prendre conscience d'une faute grave est déjà un pas vers la culpabilisation et éventuellement une atténuation de récidive. Ceci dit, je doute fort que beaucoup de pédophiles aillent se confesser, je ne connais pas la mentalité des pédophiles, mais d'après le peu que je sais, ils ne se sentent pas en faute ou s'en fiche complètement.

Et puis, si un prêtre viendrait à dénoncer le confessé , plus personne ne viendrait à confesse, pas plus que d'aller chez le psychiatre si ces derniers dénonçaient systématiquement à la justice des faits confiés sur le canapé.

Je dirais en conclusion, qu'il ne faut pas toucher au secret la confession, pas plus qu'au secret médical, mais le prêtre ou le médecin, qui entend une faute d'une telle gravité, se doit réagir, et il peut certainement le faire sans pour autant dévoiler ce qui a été dit dans le secret.

Le Vieux






.




_________________
S'occuper des grands problèmes de ce monde c'est bien, et même très bien, s'asseoir sous un arbre et regarder les nuages passer c'est très bien aussi (L.V.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anthracite

avatar

Nombre de messages : 6215
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: Le secret de la...   Jeu 30 Déc 2010 - 21:08

Huyustus a écrit:
Anthracite a écrit:
JUne règle religieuse primerait donc la loi.

Non, puisque la loi reconnait ce secret (en France en tout cas. Chez les sauvages du nord, je ne sais pas ;-) )
Certes, messire !

Mais, il faut bien reconnaître que cette dérrogation, sur base d'une seule religion, va à l'encontre d'autres lois.

Note que chez les sôvache du chnord "septentrional", Wink on a déjà interdit les crucifix dans les tribunaux et on se penche (à mon avis à tort, c'est un fait historique et culturel qui n'a rien à voir avec la justice et qui pourrait bien avoir des conséquences inattendues pour les entreprises) sur le fait d'aménager les jours de congés d'origine religieuse suivants les diverses religions...

Si tu penses que c'est con, tu as mon aval ! cheers

En résumé, je pense que le secret de la confession est intenable dans un état dit de droit et, qu'il finira donc par ne plus être admis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Vieux

avatar

Nombre de messages : 6090
Age : 67
Localisation : Liège
Date d'inscription : 08/02/2007

MessageSujet: Re: Le secret de la...   Jeu 30 Déc 2010 - 21:40

Salut

Citation :
En résumé, je pense que le secret de la confession est intenable dans un état dit de droit et, qu'il finira donc par ne plus être admis.

Si c'est le cas, alors la confession n'existera tout simplement plus. De toutes manières à la vitesse ou cela va, il n'y aura bientôt plus aucun confesseur.


Le Vieux

_________________
S'occuper des grands problèmes de ce monde c'est bien, et même très bien, s'asseoir sous un arbre et regarder les nuages passer c'est très bien aussi (L.V.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Vieux

avatar

Nombre de messages : 6090
Age : 67
Localisation : Liège
Date d'inscription : 08/02/2007

MessageSujet: Re: Le secret de la...   Jeu 30 Déc 2010 - 21:52

Citation :
Si c'est le cas, alors la confession n'existera tout simplement plus. De toutes manières à la vitesse ou cela va, il n'y aura bientôt plus aucun confesseur.

Et l'on se sera comme Gros-Jean comme devant voir même dans une situation pire qu'avant.

_________________
S'occuper des grands problèmes de ce monde c'est bien, et même très bien, s'asseoir sous un arbre et regarder les nuages passer c'est très bien aussi (L.V.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anthracite

avatar

Nombre de messages : 6215
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: Le secret de la...   Jeu 30 Déc 2010 - 22:38

Le Vieux a écrit:
Salut

Je dirais en conclusion, qu'il ne faut pas toucher au secret la confession, pas plus qu'au secret médical, mais le prêtre ou le médecin, qui entend une faute d'une telle gravité, se doit réagir, et il peut certainement le faire sans pour autant dévoiler ce qui a été dit dans le secret.

Le Vieux
Bof, le secret médical a des limites bien précises : un médecin se doit de signaler si un décès lui semble suspect et d'autre part de prévenir la justice si une blessure pouvait* avoir des causes criminelles.
D'autant plus que c'est l'ouverture à d'autres excès ou entrave à la justice, pour les journalistes et les avocats, par exemple.

Je pense qu'avant d'abandonner définitivement ce principe ,chez les prêtres, il sera bon qu'il fassent de même...

Où, je te suis, c'est que psychologiquement la confession a des avantages sur la santé morale des confessés, mais, à notre époque, de pareilles considérations ont-elles encore une place ?

Mais, est-ce normal qu'on privilégie sur ce plan des croyants par rapport aux autres ? Suspect confused

* Pas très sûr du temps utilisé.




.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anthracite

avatar

Nombre de messages : 6215
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: Le secret de la...   Jeu 30 Déc 2010 - 23:05

Attention, le Vieux, ne pense pas que je suis absolument anticlérical
J’ai simplement une conviction, de plus en plus ancrée, qu’après la mort il n’y a plus rien, comme avant la naissance il n’y avait rien.

Mais je puis parfaitement comprendre la réaction de personnes qui pensent que ça ne peut s’arrêter là et qu’il n’y a pas, au moins, un principe d’eux qui va perdurer…
Ce qui doit donner un certain confort moral et probablement physique.
À la limite, je dirais que ça doit aider de le croire !
Mais, peut-être aussi que la confession et le pardon qui s’en suit peuvent aussi permettre d’aller un peu trop loin dans certaines dérives.

Donc, mes propos n’ont rien d’antireligieux et n’attaquent pas ta foi.

Ce ne sont que simples considérations de basse justice terrestre et d’égalité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Vieux

avatar

Nombre de messages : 6090
Age : 67
Localisation : Liège
Date d'inscription : 08/02/2007

MessageSujet: Re: Le secret de la...   Jeu 30 Déc 2010 - 23:06

Salut

Citation :
a confession a des avantages sur la santé morale des confessés

Rien que le fait d'aller se confesser tendrait peut être à prouver que le fautif a la connaissance qu'il a un problème, soit qu'il a peur de la sanction divine (ce dont je doute) soit qu'il s'aperçoit qu'il va droit dans le mur et qu'il risque de se faire du tort, soit encore qu'il éprouve de la compassion pour ses victimes, ce qui est certainement assez rare dans le cas des pédophiles.

Ceci dit, l'église continuera jusqu'à la fin de leur temps a soutenir le secret de la confession et ne dévieront pas d'un pouce. et si jamais un jour un prêtre trahit le secret de la confession, les fautifs auront tout autant intérêt d'aller se confesser au commissariat du coin.

Le Vieux qui ne s'est plus confessé depuis son mariage il y a 33 ans.

_________________
S'occuper des grands problèmes de ce monde c'est bien, et même très bien, s'asseoir sous un arbre et regarder les nuages passer c'est très bien aussi (L.V.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Vieux

avatar

Nombre de messages : 6090
Age : 67
Localisation : Liège
Date d'inscription : 08/02/2007

MessageSujet: Re: Le secret de la...   Jeu 30 Déc 2010 - 23:10

Salut

[quote][Attention, le Vieux, ne pense pas que je suis absolument anticlérical/quote]

T'inquiète pas de cela, voilà plus de 10 ans que l'on se connait, on a eut le temps de se connaître suffisamment pour parler librement

Ceci dit plus j'avance, plus je crois à une forme de vie dans l'au delà mais plus encore je m'interroge.

Le Vieux

_________________
S'occuper des grands problèmes de ce monde c'est bien, et même très bien, s'asseoir sous un arbre et regarder les nuages passer c'est très bien aussi (L.V.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le secret de la...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le secret de la...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ovni militaire, base, secret défense, sécurité nationale
» En 1954, le 11/01 Top secret militaire
» le secret de la longévité ?
» LE SECRET DE LA SALETTE
» Notre Dame de l'Apocalypse et le 3e secret de Fatima

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORSV : Forum de Sciences et de Vie :: Vie :: Société-
Sauter vers: